Elektra, STRAUSS (Richard)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Forme - Monologue

L'ouvrage n'est pas long – à peine plus d'une heure et demie – mais le rôle-titre est presque toujours en scène et soumis à des exigences de puissance, de tension et d'intensité qui ne se relâchent jamais. Son grand moment est ce monologue introductif, passage névrotique où Elektra invoque la mémoire de son père assassiné, Agamemnon, et passe par des états d'âme allant de l'amour filial à l'imprécation exaltée, de la rancœur morbide aux appels à la vengeance sanglante. On assiste à une incoercible progression vers la sauvagerie, la chanteuse et l'orchestre s'enflammant mutuellement jusqu'à un paroxysme de violence.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, docteur ès lettres, maître de conférences à l'université de Lille-III-Charles-de-Gaulle, critique musical

Pour citer l’article

Christian MERLIN, « Elektra, STRAUSS (Richard) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 juin 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/elektra-strauss-richard/