ÉLECTRO-ACOUSTIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En acoustique comme en tant d'autres domaines, l'électricité a accompli une révolution : véhicule de l'information aux propriétés remarquables, elle a permis de résoudre des problèmes restés sans solution depuis des millénaires et a ainsi donné naissance à l'électro-acoustique. N'importe quel son peut aisément être transformé en signal électrique, et ce signal peut être transmis aussi loin qu'on le désire. Mais il peut aussi être enregistré, transformé, analysé, étudié, reconstitué, et ces manipulations offrent des possibilités tellement vastes et tellement nouvelles qu'il n'est plus aujourd'hui une seule branche de l'acoustique qui n'utilise, comme moyen d'action fondamental, l'électro-acoustique : enregistrement et diffusion universels de la voix humaine et de la musique, étude des lois de l'acoustique physique et de celles de l'acoustique psychophysiologique, rééducation des sourds et des muets, prothèse auditive, étude des cris d'animaux et nouveaux moyens d'action en agronomie, étude des bruits nocifs pour l'homme afin de s'en protéger, amélioration des salles de concert ou de conférence et aussi, plus généralement, de tous locaux publics, étude des instruments de musique traditionnels, création d'instruments de musique nouveaux, mais également de formes de musique totalement nouvelles, etc.

Partout, on retrouve à la base de l'opération deux « outils » qui permettent d'opérer, l'un, la transformation, la traduction d'un signal acoustique en signal électrique : c'est le microphone ; l'autre, la traduction inverse : c'est le haut-parleur ou l'écouteur ; d'où le néologisme de « transducteurs électro-acoustiques » inventé pour désigner ces deux types d'appareils fondamentaux et tous les appareils plus particuliers qui leur sont apparentés.

L'électro-acoustique est la science de ces traductions ; elle est du ressort à la fois de l'électricité – ou plutôt de l'électronique – avec ses lois pour la plupart très précises et bien connues et de l'acoustique, où les phénomènes physiques, essentiellement mécaniques, obéissent à des lois déjà fort complexes et sont perçus par l'oreille, dont on sait la complexité physiologique, pour être finalement appréciés par le cerveau, « appareil » dont les mécanismes nous échappent encore presque totalement. L'électro-acoustique, si elle tire de l'aspect « électrique » une certaine rigueur de véritable science physique, reste encore largement tributaire d'un certain empirisme, conséquence de la trop grande complexité des phénomènes mécaniques mis en jeu, mais plus encore des incertitudes inhérentes au fonctionnement de l'appareil de mesure final, l'oreille.

Enfin, l'électro-acoustique est naturellement dominée par le problème de la fidélité : lorsque l'on a un message à transmettre, il importe en principe de ne pas l'altérer. L'électro-acoustique a atteint son but lorsqu'elle a permis la restitution parfaitement fidèle d'un message sonore, après que celui-ci ait été tout d'abord enregistré et transmis sous forme de signal électrique. C'est cette préoccupation essentielle qui a fait naître dans le domaine du grand public le vocable maintenant commun de « haute fidélité », réservé d'ailleurs en général à la transmission de messages sonores musicaux ou, du moins, à caractère esthétique.

Haute fidélité

Donner au mélomane qui écoute chez lui de la musique enregistrée ou radio-diffusée la même « sensation » sonore que s'il se trouvait au concert est, en réalité, un pari fort difficile à tenir pour un très grand nombre de raisons, parmi lesquelles on peut distinguer, d'une part, des problèmes purement techniques et, d'autre part et surtout, des questions de principe.

Les problèmes techniques sont liés à l'imperfection des divers éléments de la chaîne de transmission électro-acoustique, et tout particulièrement des transducteurs : distorsions de tous ordres apportées par les microphones lors de la prise de son, et plus encore par les haut-parleurs lors de la reproduction, mais aussi bruit de fond apporté par le magnétophone lorsqu'il y a eu enregistrement, distorsions qui apparaissent à la lecture des disques, etc. Tous ces problèmes contribuent à limiter la fidélité absolue de la chaîne de transmission, de sorte que, de ce point de vue, le qualificatif de « haute fidélité » apparaît comme extrêmement relatif. De fait, lorsqu'on l'attribue à un appareil, il s'agit plutôt d'une sorte de label de qualité qui tend à le distinguer des appareils du même type, [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages

Médias de l’article

Grandeurs électriques, mécaniques et acoustique

Grandeurs électriques, mécaniques et acoustique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Bobine mobile

Bobine mobile
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Microphone à charbon

Microphone à charbon
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Lord Rayleigh

Lord Rayleigh
Crédits : Hulton Getty

photographie

Afficher les 10 médias de l'article


Écrit par :

  • : ingénieur en chef à télédiffusion de France, chef du département Image et son à l'Ecole nationale supérieure des télécommunications

Classification

Autres références

«  ÉLECTRO-ACOUSTIQUE  » est également traité dans :

ACOUSMATIQUE MUSIQUE

  • Écrit par 
  • François BAYLE
  •  • 7 829 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Acousmatique et acoustique »  : […] Et tout d'abord d'où vient acousmatique, ce mot rare retrouvé du vi e   siècle avant J.-C. et attribué à Pythagore ? Dans Musique animée , une émission du Groupe de musique concrète de 1955, l'écrivain et poète Jérôme Peignot déclarait à propos des vives réflexions terminologiques sur les premières « musiques de bruits » : « Quels mots pourraient désigner cette distance qui sépare les sons de leur […] Lire la suite

BELL ALEXANDER GRAHAM (1847-1922)

  • Écrit par 
  • Bruno JACOMY, 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 900 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une vie consacrée à la physiologie de la parole »  : […] Né le 3 mars 1847 à Édimbourg (Écosse) , Alexander Graham Bell a été fortement influencé dans ses travaux par son père, Alexander Melville Bell, et son grand-père, Alexander Bell, tous deux très impliqués dans la recherche sur les troubles du langage et de l’élocution. Après avoir étudié durant une année à l’université d’Édimbourg (1864-1865), il entame des recherches sur la physiologie de la paro […] Lire la suite

ENREGISTREMENT

  • Écrit par 
  • Michel CALMET
  •  • 11 307 mots
  •  • 28 médias

Dans le chapitre « Les mécanismes de gravure »  : […] Pendant la gravure, le disque original est posé sur un plateau tournant à vitesse angulaire constante. Le graveur porte une pointe en saphir ou en diamant, appelée burin, qui s'appuie à la surface du disque et y enlève un copeau de matière. Le burin est légèrement chauffé et une buse aspirante élimine le copeau. Une tige filetée déplace lentement le graveur vers le centre du disque, la pointe du […] Lire la suite

MUSIQUE CONTEMPORAINE - Les musiques électro-acoustiques

  • Écrit par 
  • André-Pierre BOESWILLWALD
  •  • 4 291 mots
  •  • 2 médias

L' électro-acoustique est l'ensemble des techniques d'application de l'électricité ou de l'électronique au domaine de l'acoustique, et les termes de musique électro-acoustique désignent, globalement, tout phénomène de caractère musical qui utilise ces techniques dans son processus de réalisation ou de diffusion. Pratiquement, ces musiques font usage, à un moment donné, d'un haut-parleur, seul élé […] Lire la suite

PIÉZO-ÉLECTRICITÉ

  • Écrit par 
  • Pierre VOVELLE
  •  • 4 738 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Applications électro-acoustiques »  : […] Les têtes de lecture des électrophones ont constitué un débouché important pour les céramiques piézo-électriques. Celles-ci permettent la réalisation de capteurs sensibles et possédant une fréquence de résonance mécanique propre élevée, ce qui est indispensable à la reproduction fidèle des enregistrements. Les céramiques utilisées (souvent le titanate zirconate de plomb) sont insensibles aux vari […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Éric de LAMARE, « ÉLECTRO-ACOUSTIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/electro-acoustique/