ÉLECTRICITÉVue d'ensemble

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'étude des phénomènes électriques constitue une des bases de la description de l'Univers ; ces phénomènes sont partout présents : les forces qui agissent au sein de toute matière entre les électrons et les noyaux atomiques sont des forces électriques ; la lumière est une onde électromagnétique.

Les premières observations électrostatiques et magnétostatiques dont nous soyons sûrs datent du vie siècle avant J.-C. : l'ambre jaune (en grec êlektron) frotté attire les corps légers, le fer est attiré par la pierre d'aimant provenant de Magnésie, ville d'Asie Mineure. L'article sur l'histoire de l'électricité traite de l'évolution des idées en ce domaine et montre comment on a pu aboutir aux équations de Maxwell : ces équations fournissent toutes les informations purement électriques et indiquent comment les charges électriques sont responsables des phénomènes électrostatiques, tandis que les charges électriques mobiles (courant électrique) permettent d'atteindre les phénomènes magnétiques.

Il est très utile de savoir si un matériau peut conduire ou non l'électricité, c'est-à-dire s'il peut être parcouru ou non par un courant électrique : on distingue ainsi les corps isolants, conducteurs et semi-conducteurs. Signalons qu'à basse température et sous des champs magnétiques pas trop élevés, certains corps sont dans l'état supraconducteur : ils peuvent alors être traversés par un courant continu sans aucune perte de puissance. Une autre classification des corps peut être trouvée en examinant les phénomènes magnétiques : les corps peuvent être diamagnétiques, paramagnétiques, ferromagnétiques, antiferromagnétiques ou ferrimagnétiques [cf. magnétisme] .

Les éléments des circuits sont les résistances (dans lesquelles de l'énergie est dissipée), les inductances (dans lesquelles on peut stocker de l'énergie sous forme magnétostatique) et les condensateurs (stockage d'énergie électrostatique). Quand on établit diverses connexions entre de tels éléments, il est nécessaire d'en connaître le comportement d'ensemble : on étudie les circuits électriques quand les dimensions de l'ensemble sont très faibles devant la longueur d'onde et les lignes de transmission électriques dans le cas contraire. Cette distinction provient du fait suivant : dans un fil isolé soumis à des phénomènes périodiques, l'intensité du courant traversant le fil, à un instant bien précisé, dépend du point considéré : toutefois, l'intensité est quasi la même pour deux points dont la distance mutuelle est très faible devant la longueur d'onde et l'approximation relative aux circuits (le courant ne dépend pas du point considéré) peut être utilisée. Pour les courants industriels (f = 50 Hz), il suffit que la distance considérée soit très faible devant 6 000 km.

Pour qu'un ensemble électrique (circuit ou ligne) soit utile, il faut qu'il comprenne au moins un générateur électrique et au moins un récepteur électrique. Quand l'aspect principal est la transmission d'un message, d'une information, on parle des techniques de la radioélectricité ; le domaine de l'électrotechnique, au contraire, est celui où l'aspect principal est la transmission de puissance. Dans le domaine de l'électrotechnique, les récepteurs transforment l'énergie électrique en un autre type d'énergie : les moteurs électriques fournissent ainsi de l'énergie mécanique. Les générateurs électriques effectuent l'opération inverse ; en partant d'énergie mécanique, les alternateurs fournissent de l'énergie électrique sous forme alternative. Les transformateurs permettent de transmettre l'énergie entre deux circuits de type différent. Les convertisseurs fournissent des tensions et des fréquences autres que celles qui sont imposées par un générateur de courant alternatif ou continu ; les variateurs permettent de modifier la vitesse de rotation des machines tournantes. À l'échelle d'un pays, la production, le transfert et la distribution de l'énergie électrique doivent permettre de satisfaire, au coût minimal, les différents consommateurs. Les lois et applications principales de l'électricité font l'objet du second article.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-VI et à l'École nationale supérieure d'électricité, directeur du laboratoire de génie électrique de la Ville de Paris

Classification

Autres références

«  ÉLECTRICITÉ  » est également traité dans :

ÉLECTRICITÉ - Histoire

  • Écrit par 
  • Jacques NICOLLE
  •  • 6 205 mots
  •  • 11 médias

La science de l'électricité s'est peu à peu constituée à partir de simples observations des phénomènes de la nature. La boussole en est la première application.La possibilité de produire à volonté de l'électricité fut acquise seulement au xviie siècle (machines statiques de Guericke et Huygens), et, au début du […] Lire la suite

ÉLECTRICITÉ - Lois et applications

  • Écrit par 
  • Jean-Marie DONNINI, 
  • Lucien QUARANTA
  •  • 4 783 mots
  •  • 8 médias

L'électricité est généralement perçue comme une source d'énergie améliorant nos conditions de vie. Il est vrai que l'électricité a provoqué, d'une part, une véritable révolution technologique ayant des conséquences sans précédent dans l'histoire et, d'autre part, des répercussions sociologiques liées aux modifications des conditions du travail humain. Si l'utilisation pour l'éclairage, en particul […] Lire la suite

AMPÈRE ANDRÉ-MARIE (1775-1836)

  • Écrit par 
  • Louis POUDENSAN
  •  • 1 782 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le fondateur de l'électromagnétisme »  : […] Jusqu'en 1820, on connaissait l' électricité grâce à la pile de Volta et à la balance de Coulomb. On connaissait aussi le magnétisme et la lumière. Mais entre ces trois ordres de phénomènes, on n'établissait aucune relation, et, ignorant leur nature intime, on ne savait même pas déterminer et régler leurs manifestations. En 1820, le physicien danois Hans Christian Œrsted découvre que le voisinage […] Lire la suite

BIPM (Bureau international des poids et mesures)

  • Écrit par 
  • Céline FELLAG ARIOUET
  •  • 1 570 mots

Dans le chapitre « Activités scientifiques et coopération internationale »  : […] Les mesures sont au cœur des activités humaines. Le BIPM représente la communauté métrologique internationale dont il s’efforce d’optimiser la reconnaissance et l’impact. Il travaille avec les différents laboratoires nationaux de métrologie et autres partenaires stratégiques pour promouvoir et faire progresser la comparabilité mondiale des mesures afin de favoriser la découverte et l'innovation s […] Lire la suite

BRAUN KARL FERDINAND (1850-1918)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 271 mots

Né le 6 juin 1850 à Fulda (Allemagne), Karl Ferdinand Braun fit ses études universitaires à Marburg et à Berlin. Après une thèse sur l'oscillation des cordes élastiques, il obtint divers postes d'enseignant qui le menèrent successivement à Würzburg, Leipzig, Marburg, Strasbourg (alors allemande), Karlsruhe et Tübingen où il resta dix ans avant de retourner, en 1895, à Strasbourg, comme directeur d […] Lire la suite

CAVENDISH HENRY (1731-1810)

  • Écrit par 
  • Jacques GUILLERME
  •  • 1 847 mots

Dans le chapitre « Électrostatique et courant électrique »  : […] L'œuvre scientifique de Cavendish ne se limite pas à la chimie pneumatique. Doué d'une bonne culture mathématique, il a étudié avec bonheur les phénomènes électriques et dynamiques ; malheureusement, une grande partie de ses recherches sont demeurées inédites, jusqu'à ce que Maxwell attire l'attention des érudits sur ses manuscrits. C'est en se fondant sur le modèle newtonien de l'attraction qu' […] Lire la suite

CENTRALE NUCLÉAIRE DE SHIPPINGPORT (Ohio)

  • Écrit par 
  • Robert DAUTRAY
  •  • 258 mots

La première centrale nucléaire civile de la filière R.E.P. (réacteur à eau pressurisée) produisant de l'électricité de manière industrielle a été mise en service, aux États-Unis, le 2 décembre 1957 à Shippingport, près de Pittsburgh (Ohio). Celle-ci utilisait un réacteur nucléaire de 60 mégawatts électriques (MWe), modéré et refroidi par de l'eau ordinaire, avec un combustible en uranium légèremen […] Lire la suite

CHARBON - Industrie charbonnière

  • Écrit par 
  • Michel BENECH, 
  • Pierre BERTE, 
  • Jacques BONNET, 
  • Robert PENTEL
  •  • 11 876 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le marché charbonnier français »  : […] Le marché charbonnier français ne correspond plus qu'aux importations de houille. Elles sont stabilisées depuis quelques années aux environs de 20 millions de tonnes (21,5 Mt en 2005). Ces importations concernent du charbon vapeur (65 p. 100), destiné à la production d'électricité, et du charbon à coke (35 p. 100), utilisé pour la sidérurgie. Les cinq principaux pays d'origine sont l'Australie (5 […] Lire la suite

CHARBONNAGES DE FRANCE

  • Écrit par 
  • Pierre BERTE
  •  • 593 mots

Les Charbonnages de France sont nés en 1946 de la nationalisation des Houillères de France, pour la plupart déjà intensivement exploitées depuis plus d'un siècle. Depuis leur création jusqu'à leur disssolution en 2007, leur mission a considérablement évolué. De fournisseur de l'énergie principale du pays, l'entreprise est passée à un rôle d'acteur industriel placé sur un marché concurrentiel. Opér […] Lire la suite

CONDUCTION DE L'ÉLECTRICITÉ

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 167 mots
  •  • 1 média

Les travaux sur l'électricité de Stephen Gray (1666-1736) marquent la découverte de la conduction électrique. En février 1729, ayant frotté un grand tube de verre fermé par deux bouchons de liège, il constate « qu'il y avait certainement une vertu attractive communiquée au bouchon par le tube excité ». Il parvient à transmettre sur de grandes distances le pouvoir d'attraction en utilisant une fice […] Lire la suite

Les derniers événements

2 septembre 2007 France. Accord sur la fusion entre Suez et G.D.F.

Celui-ci avait été lancé un an et demi plus tôt, en février 2006, par le gouvernement de Dominique de Villepin, en vue de repousser la menace d'une O.P.A. sur Suez du groupe italien d'électricité Enel. La nouvelle entité, qui doit naître au cours de l'année 2008, représente un chiffre d'affaires de 72 milliards d'euros et une capitalisation boursière de 70 milliards, devenant ainsi le numéro quatre mondial de l'énergie, derrière le groupe russe Gazprom, E. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Gérard FOURNET, « ÉLECTRICITÉ - Vue d'ensemble », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 février 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/electricite-vue-d-ensemble/