ALBEE EDWARD (1928-2016)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Qui a peur de Virginia Woolf ?

Qui a peur de Virginia Woolf ?
Crédits : Hulton Getty

photographie

Edward Albee

Edward Albee
Crédits : Jack Mitchell/ Getty Images

photographie


Pour le grand public, Edward Albee reste avant tout l'auteur de Qui a peur de Virginia Woolf ? (Who's Afraid of Virginia Woolf ?). Cette pièce fut précédée de quelques autres, plus brèves (Zoo Story, Le Tas de sable [The Sandbox], La Mort de Bessie Smith [The Death of Bessie Smith] et Le Rêve de l'Amérique [The American Dream]), mais fut la première à être montée à Broadway, en 1962. Par son succès, elle assura à son auteur la célébrité. Qui a peur de Virginia Woolf ?, dont le titre saugrenu est emprunté à une inscription murale, devait tenir l'affiche quinze mois, être enregistrée sur disques, adaptée au cinéma par Mike Nichols en 1966, avec Elisabeth Taylor et Richard Burton dans les rôles principaux, et présentée un peu partout dans le monde (à Stockholm dans une mise en scène d'Ingmar Bergman, ou à Paris dans une mise en scène de l'Italien Franco Zeffirelli). On peut chercher plusieurs raisons au succès d'Albee, qui ne devait faire que se confirmer. La première, la plus évidente peut-être, est qu'il y avait une place à prendre pour acclimater en Amérique ce qu'on a appelé le « théâtre de l'absurde ». Le rôle d'Albee aura été, de ce point de vue, comparable à celui que joua Pinter en Angleterre : enraciner dans un contexte national la remise en cause, par un Beckett ou un Ionesco, du réalisme psychologique et social. Pinter donnait une voix à la poésie de la grande banlieue londonienne, des stations balnéaires désertes ou des modestes pensions de famille un peu inquiétantes qu'on connaissait déjà par Agatha Christie. Albee, quant à lui, rattachera ses dialogues, soigneusement décrochés de la quotidienneté et attentifs aux bizarreries du langage, à une série de traditions et de thèmes proprement américains : la psychanalyse « sauvage » des rapports familiaux, qui met l'accent sur le matriarcat et la dévirilisation sournoise du mâle américain ; la discrimination raciale contre les Noirs ; les forces de mort d'une civilisation cherchant à liquider les non-productifs et les inadaptés. La deuxième chance d'Albee aura été [...]

Qui a peur de Virginia Woolf ?

Qui a peur de Virginia Woolf ?

Photographie

Elizabeth Taylor et Richard Burton dans l'adaptation cinématographique par Mike Nichols (1965) de la pièce d'Edward Albee Qui a peur de Virginia Woolf ? (Who's afraid of Virginia Woolf ?). 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Edward Albee

Edward Albee

Photographie

Trop souvent réduite à un titre - Qui a peur de Virginia Woolf ? - l'œuvred'Edward Albee propose une prodigieuse exploration de la machinerie théâtrale, proche de l'esprit d'un Harold Pinter. 

Crédits : Jack Mitchell/ Getty Images

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  ALBEE EDWARD (1928-2016)  » est également traité dans :

LA CHÈVRE (E. Albee)

  • Écrit par 
  • Liliane KERJAN
  •  • 882 mots

DansLa Chèvre, ou Qui est Sylvia ?, Edward Albee n'est ni tout à fait le même ni tout à fait un autre si l'on se réfère aux pièces restées dans les mémoires comme Zoo Story (1959), Qui a peur de Virginia Woolf ? (1962) ou Delicate Balance (1966). Créée le 10 mars 2002 au Gol […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-chevre/#i_44391

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - Le théâtre et le cinéma

  • Écrit par 
  • Geneviève FABRE, 
  • Liliane KERJAN, 
  • Joël MAGNY
  •  • 9 417 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Un nouveau classicisme ? »  : […] La volonté de reconstruire avec ironie le réel à partir de l'irréel a inspiré un théâtre des images qui a permis aux grands metteurs en scène d'exprimer leur vision sur les plateaux du monde entier. C'est en premier lieu le cas du texan Robert Wilson, qui a d'abord étudié l'architecture puis la peinture, avant de s'intéresser aux thérapies corporelles et à la danse. Nancy, Avignon puis Paris ont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-arts-et-culture-le-theatre-et-le-cinema/#i_44391

Pour citer l’article

Marie-Claire PASQUIER, « ALBEE EDWARD - (1928-2016) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/edward-albee/