ALBEE EDWARD (1928-2016)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une consécration théâtrale

Si l'ensemble de l'œuvre d'Albee peut, elle aussi, pour sa part, être envisagée rétrospectivement comme une stratégie globale, le parallèle avec Pinter s'impose à nouveau. Ce sont d'abord des pièces brèves, assez linéaires, des exercices de style d'un auteur qui délimite son territoire et explore le registre de ce qui va devenir sa « petite musique » personnelle. Puis viennent les grandes symphonies du succès, les machines de guerre savamment agencées qui envoient loin leurs ondes. Pour Albee, c'est Qui a peur de Virginia Woolf ?, Tiny Alice (1964), Délicate Balance (A Delicate Balance, 1966). Le cinéma s'en mêle. Tout un discours critique s'installe autour de l'œuvre, risquant de l'embaumer prématurément. Comment le créateur va-t-il survivre ? C'est là qu'on assiste à un second souffle, à un retour, en pleine possession du savoir-faire, au chant plus ténu du début. Pour Pinter, c'est Landscape et Silence, pour Albee la très pure réussite de Box-Mao-Box (1968), œuvre « achevée » en ce sens, justement, qu'elle ne l'est pas, et ouvre sur le silence qu'elle n'a éloigné qu'un temps. Après les symphonies, le quatuor à cordes. Les voix ne proclament pas, mais proviennent d'une source diffuse, qui semble toute proche de l'oreille de chacun. Libre à nous de recoudre ces fragments, de leur recréer une cohérence, dans ce rêve éveillé où sont touchées les cordes de résonance de notre propre inconscient, de nos désirs enfouis. Théâtre non plus de représentation mais de suggestion, où l'immense cube blanc qui occupe l'espace scénique, dans une absence totale de mouvement, contribue à un effet d'hypnotisme. La scène n'est plus que l'espace-prétexte où se déploient, en contrepoint, des voix qui disent la mémoire et le manque de mémoire, le dialogue s'effaçant pour laisser émerger le plus concret et le plus abstrait à la fois, l'effort toujours vain pour se raccrocher à quelque chose – élan partagé, moment vécu, quelque chose qui affronte le rien avant l'inéluctable victoire du rien.

Il faudrait en rester là, mais tout n'est pas si simple, et l'on voit Al [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages



Médias de l’article

Qui a peur de Virginia Woolf ?

Qui a peur de Virginia Woolf ?
Crédits : Hulton Getty

photographie

Edward Albee

Edward Albee
Crédits : Jack Mitchell/ Getty Images

photographie





Écrit par :

Classification


Autres références

«  ALBEE EDWARD (1928-2016)  » est également traité dans :

LA CHÈVRE (E. Albee)

  • Écrit par 
  • Liliane KERJAN
  •  • 882 mots

DansLa Chèvre, ou Qui est Sylvia ?, Edward Albee n'est ni tout à fait le même ni tout à fait un autre si l'on se réfère aux pièces restées dans les mémoires comme Zoo Story (1959), Qui a peur de Virginia Woolf ? (1962) ou Delicate Balance (1966). Créée le 10 mars 2002 au Gol […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - Le théâtre et le cinéma

  • Écrit par 
  • Geneviève FABRE, 
  • Liliane KERJAN, 
  • Joël MAGNY
  •  • 9 417 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Un nouveau classicisme ? »  : […] La volonté de reconstruire avec ironie le réel à partir de l'irréel a inspiré un théâtre des images qui a permis aux grands metteurs en scène d'exprimer leur vision sur les plateaux du monde entier. C'est en premier lieu le cas du texan Robert Wilson, qui a d'abord étudié l'architecture puis la peinture, avant de s'intéresser aux thérapies corporelles et à la danse. Nancy, Avignon puis Paris ont […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marie-Claire PASQUIER, « ALBEE EDWARD - (1928-2016) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/edward-albee/