ÉDITION DES GÉNOMES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Une méganucléase complexée à de l’ADN

Une méganucléase complexée à de l’ADN
Crédits : Laguna Design/ SPL/ AKG-images

photographie

Modes d’action des outils d’édition du génome

Modes d’action des outils d’édition du génome
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Emmanuelle Charpentier et Jennifer Doudna

Emmanuelle Charpentier et Jennifer Doudna
Crédits : Miguel Riopa/ AFP

photographie


Des applications à peine imaginables

Avec des systèmes aussi malléables, les organismes sur lesquels on applique ces techniques d’édition du génome sont très divers. La recherche dans ce domaine n’est pas dominée par la possibilité de modification transmissible du génome humain, actuellement au cœur d’un débat éthique fondamental. En revanche, la quasi-totalité des articles publiés porte sur la modification d’animaux modèles bien connus (souris, poisson-zèbre, Caenorhabditis elegans, etc.) ainsi que sur d’autres animaux (papillons, étoiles de mer, insectes, protozoaires parasites, grands mammifères) ou plantes. Les chercheurs en écologie s’y intéressent, puisqu’on n’est plus obligé de se limiter aux animaux modèles et que l’on peut manipuler les composants génétiques d’un écosystème. Dans la plupart des cas, on vise à créer un transgène, qui sera donc transmis à la descendance chez nombre d’animaux et de plantes. Les questions scientifiques posées sont également extrêmement diverses. Les usages thérapeutiques sont très présents. L’édition du génome ouvre en effet de nombreuses possibilités d’intervention médicale. La plus évidente, déjà largement documentée, est la capacité de détruire des virus au sein d’une cellule infectée, virus VIH et virus de l’hépatite C pour la plupart des cas publiés. On a déjà montré que l’on peut inactiver dans une cellule cancéreuse un ou plusieurs des gènes anormalement exprimés et responsables de l’état cancéreux ou des capacités métastatiques des cellules cancéreuses, limitant ainsi la prolifération tumorale. Les applications thérapeutiques à plusieurs maladies génétiques chez l’homme sont au stade de l’essai clinique. Les projets d’applications biotechnologiques ne manquent pas. Concernant le seul porc, on note des projets d’amélioration de la qualité de la viande, de son goût et de la quantité de graisses. On peut également entrevoir la modification de ces animaux pour pouvoir réaliser de nouveau des [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages




Écrit par :

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Gilles SAUCLIÈRES, « ÉDITION DES GÉNOMES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/edition-des-genomes/