Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ÉCONOMIE MONDIALE 2008 : de la crise financière à la crise économique

Résistance du monde émergent

Le moteur émergent a su maintenir sa dynamique propre, même s'il a pâti du ralentissement des pays développés, mais aussi d'une inflation galopante, laquelle a érodé le pouvoir d'achat des ménages. Au printemps, la flambée du prix des matières premières, et notamment de celui des céréales, a engendré des grèves et des révoltes, dites « émeutes de la faim », dans une trentaine de pays émergents. De plus, le renchérissement du crédit a globalement pesé sur le financement des entreprises et des ménages : plusieurs États (Hongrie, Ukraine, Pakistan) ont dû recourir à l'aide du F.M.I. en fin d'année.

En Asie émergente, la croissance chinoise a légèrement faibli, mais elle est restée portée par la vigueur de la consommation et des investissements, dont le caractère exceptionnel s'est reflété avec le déroulement grandiose des jeux Olympiques de Pékin. Dans le reste de l'Asie émergente, la flambée des prix du pétrole et des prix alimentaires a pesé sur la consommation des ménages. La forte remontée de l'aversion pour le risque à partir de la mi-septembre a fortement ébranlé les places boursières asiatiques. En Amérique du Sud, après plusieurs années de croissance soutenue, l'activité a vu son rythme fléchir. Le retournement du commerce mondial a affecté les économies très exportatrices, comme celle du Brésil, ou dont les cycles économiques sont fortement corrélés avec ceux des États-Unis, à l'image du Mexique. Les pays d'Europe centrale et orientale (P.E.C.O.) ont pâti du ralentissement de la demande extérieure, en particulier en provenance de l'Europe occidentale. L'inflation a dépassé 10 p. 100 dans certains pays (Bulgarie ou Turquie). Au sein de la Communauté des États indépendants, la croissance est restée vigoureuse, mais l'inflation s'est envolée, s'établissant à environ 15 p. 100 sur l'ensemble de la zone. Si la Russie a bénéficié de la flambée des prix du pétrole, elle a dû affronter la défiance des investisseurs internationaux, la Bourse de Moscou ayant même été suspendue à plusieurs reprises pour enrayer de trop fortes baisses. Au Moyen-Orient, l'économie est demeurée en surchauffe. Si les tensions sur l'offre sont venues limiter la croissance du secteur pétrolier, les autres secteurs ont connu une croissance plus robuste. Là encore, des signes d'hyperinflation se sont manifestés, l'inflation atteignant 20 p. 100 en Égypte ou en Iran et plus de 10 p. 100 en Arabie Saoudite, pays traditionnellement peu inflationniste. Enfin, l'activité en Afrique subsaharienne a bénéficié de l'amélioration des termes de l'échange due à la flambée des prix des matières premières.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Nicolas SAGNES. ÉCONOMIE MONDIALE - 2008 : de la crise financière à la crise économique [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Voir aussi