ÉCONOMIE MONDIALE2004 : une reprise turbulente

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La reprise était annoncée pour 2004. À la fin de l'année précédente, les économistes s'étaient généralement accordés sur une prévision de croissance allant au-delà du rythme potentiel pour les principales zones industrialisées. L'économie mondiale a certes démarré l'année sur les chapeaux de roue mais, à l'automne, certains facteurs négatifs sont apparus, comme la flambée inattendue du prix du pétrole ou le subit infléchissement de la croissance européenne. Au final, sur l'année, l'économie a manifesté de nombreux signes de redémarrage : selon les projections du F.M.I., la croissance mondiale a accéléré de près d'un point, passant de 3,9 p. 100 en 2003 à 5 p. 100 en 2004. Mais des doutes planaient encore sur la fermeté et la durabilité de la reprise.

Les écarts de croissance entre les grandes zones ont persisté, malgré le début de convergence attendu. Les deux locomotives de l'activité ont été les États-Unis et la Chine : le commerce mondial a été en grande partie stimulé par le comportement très dépensier des consommateurs américains, ainsi que par la vive poussée de la demande chinoise en matière d'investissement. Selon le F.M.I., le commerce mondial aurait vivement accéléré de 5,1 p. 100 en 2003 à 8,8 p. 100 en 2004. Comme en 2003, la zone euro est restée en retrait, avec une croissance certes meilleure mais contrastée : certaines grandes économies continentales comme celles de l'Allemagne ou de l'Italie ont peiné à redémarrer.

Les ménages américains n'épargnent pratiquement plus

La croissance américaine n'a pas maintenu, en 2004, le rythme très rapide qu'elle avait connu l'an passé, mais elle a gardé beaucoup d'allant. À nouveau, les deux moteurs ont été la consommation très soutenue des ménages et le dynamisme des investissements des entreprises, particulièrement en ordinateurs et logiciels, dans un contexte de remontée des taux d'utilisation des capacités des industries. Le taux d'épargne des ménages s'est encore affaissé pour avoisiner un niveau proche de zéro. Ce comportement peut être jugé excessif, au regard notamment de ce que suggèrent les déterminants traditionnels du niveau de l'épargne, comme le revenu disponible brut ou les taux d'intérêt.

La consommation des ménages a malgré tout perdu un peu de son souffle. Elle a d'abord pâti de l'arrêt des stimuli budgétaires, les effets des précédents plans Bush s'étant épuisés. Les ménages ont aussi connu une érosion de leur pouvoir d'achat, à cause d'un regain d'inflation imputable en grande partie à la montée des prix du pétrole (de 35 dollars en janvier, le prix du baril est passé à 45 dollars en toute fin d'année). Par ailleurs, les effets des baisses antérieures des taux d'intérêt se sont estompés et ont amoindri l'effet richesse que les ménages tiraient des marchés hypothécaires pour leur consommation.

Les bons chiffres de croissance, conjugués à un regain d'inflation au printemps, ont décidé la Réserve Fédérale, la Fed, à entamer un nouveau cycle de resserrement monétaire. Dès juin, le taux directeur, dit des « Fed Funds », a été relevé à plusieurs reprises, passant de 1 p. 100 à 2,25 p. 100. Cela étant, ce tour de vis n'a eu qu'un effet modéré sur l'économie américaine : les taux longs, qui, plus que les taux courts, influent sur les comportements d'épargne et d'investissement, ont certes augmenté suite aux décisions de la Fed, mais ont ensuite reflué pour retrouver en fin d'année des niveaux très bas.

Ce début de reprise n'a malheureusement pas réduit le principal déséquilibre américain, à savoir le niveau très élevé du déficit courant. Ce dernier s'est encore creusé pour atteindre un montant équivalent à plus de 5 points de P.I.B., en raison de la baisse continue de l'épargne des ménages, mais aussi de la dégradation des finances publiques qui s'est poursuivie. L'année 2004 a ainsi vu l'exacerbation du phénomène de déficits jumeaux, à savoir à la fois un déficit courant (qui s'est largement creusé en passant de 4,8 p. 100 du P.I.B. à — 5,4 p. 100 du P.I.B.) et un déficit des finances publiques (4,9 p. 100 du P.I.B., amenant la dette publique à 61,5 p. 100 du P.I.B.). Le déséquilibre du compte courant continuait donc de faire peser sur l'économie mondiale le risque d'un ajustement massif, via la dépréciation du dollar. Les monnaies asiatiques ayant évolué de concert avec le dollar au cours des dernières années, c'est l'euro qui, dans le pire des scénarios, pourrait porter l'essentiel de l'ajustement. À cet égard, les mouvements de change observés en 2004 ont donné quelques inquiétudes. La forte remontée du taux de change euro/dollar (franchissant en novembre la barre historique de 1 euro pour 1,30 dollar, avant de s'établir à 1,33 en toute fin d'année) a créé la surprise.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ÉCONOMIE MONDIALE, depuis 1990  » est également traité dans :

ÉCONOMIE MONDIALE - 2020 : l'effondrement économique, sombre corollaire de la crise sanitaire

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 5 366 mots
  •  • 3 médias

L’année 2020 est marquée par un terrible choc : la pandémie de Covid-19, qui répand la maladie et la mort et qui, au niveau économique, engendre crises profondes et incertitude. Elle est rythmée par les fluctuations de l’épidémie et les à-coups des décisions politiques. La plupart des pays ont ainsi connu un stop-and- […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2019 : entraves à la croissance, recul de la mondialisation

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 4 921 mots
  •  • 5 médias

L'année 2019 se caractérise par un essoufflement de la croissance mondiale, accentué par une montée du protectionnisme et atténué par des conditions de financement exceptionnellement favorables. En passant de 3,6 à 3 p. 100, la croissance de l’économie mondiale enregistre son niveau le plus faible depuis la crise de 2008-2009. Le fléchissement est qu […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2018 : croissance, restrictions commerciales et argent plus cher

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 4 040 mots
  •  • 7 médias

En termes de croissance, l’année 2018 semble une simple réplique de l’année précédente : la croissance mondiale du produit intérieur brut (PIB) reste à 3,7 p. 100, celle des pays avancés se maintient à 2,4 p. 100 et celle des pays en voie de développement et émergents (ou « pays du Sud »), à 4,7 p. 100. Pourtant, un certain nombre de changements affectent l’économie mondiale, qui pourraient faire […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2017 : expansion, inégalités, fragilités

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 3 863 mots
  •  • 6 médias

La croissance mondiale s’est nettement accélérée en 2017, passant de 3,2 à 3,6 p. 100 par rapport à 2016, poussée par des taux d’intérêt faibles, un progrès des profits et des investissements, ainsi que par une hausse des prix des matières premières. Une grande partie des pays est concernée. Les pays avancés connaissent, certes, une croissance inférieure à la c […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2016 : dynamisme asiatique et replis nationaux

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 3 422 mots
  •  • 7 médias

L’année 2016 est marquée, sur le plan économique, par une tendance de plusieurs pays au repli sur eux-mêmes. La comparaison entre la croissance de la production mondiale et la croissance du commerce mondial est lourde de signification. En 2014, le commerce mondial progressait de 3,9 p. 100, donc plus rapidement que la production (3,4 p. 100), mais en 2015 e […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2015 : entre reprise et crise des matières premières

  • Écrit par 
  • Axel MARMOTTANT
  •  • 3 292 mots
  •  • 7 médias

En 2015, le prix du pétrole est resté très bas. Deux facteurs ont concouru à la pérennité de cet état de fait important pour l’économie de la planète : la surabondance de l’offre – alimentée par la guerre des prix que se livrent les pays de l’O.P.E.P. et les États-Unis, producteurs de pétrole et de gaz de schiste –, ainsi que l’essoufflement de la demande, provoqué par le ralentissement de l’écono […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2014 : nouvelle répartition de l'activité

  • Écrit par 
  • Axel MARMOTTANT
  •  • 3 449 mots
  •  • 4 médias

En 2014, la croissance de l'activité économique mondiale se situe à peu près au même niveau qu’en 2013, à 3,3 p. 100. Géographiquement, elle se répartit cependant de manière différente. Elle est plus forte dans les pays avancés, en raison de la reprise modérée de la croissance dans la zone euro et de la croissance toujours dynamique des États-Unis, et ce malgré […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2013 : une croissance mondiale apathique

  • Écrit par 
  • Axel MARMOTTANT
  •  • 3 275 mots
  •  • 5 médias

En 2013, l’activité mondiale subit encore les conséquences de la crise financière. Bridée par le désendettement en cours, elle semble condamnée à avancer à un rythme lent. Embarrassés par la crise de la dette souveraine, notamment aux États-Unis et dans la zone euro, les gouvernements ont réduit leurs dépenses, et le secteur privé a dans l’ensemble diminué ses […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2012 : le monde dans la crise

  • Écrit par 
  • Nicolas SAGNES
  •  • 3 278 mots
  •  • 4 médias

L'économie mondiale a dû affronter des vents contraires de plus en plus violents en 2012. L'année a été marquée par la poursuite de la crise des dettes souveraines, particulièrement dans la zone euro, et par une forte progression du chômage dans de nombreux pays développés. Victime de ce contexte, la croissance mondiale s'e […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2011 : une année de tourmente

  • Écrit par 
  • Nicolas SAGNES
  •  • 3 085 mots
  •  • 4 médias

Après une embellie relative en 2010, l'économie mondiale a pénétré en 2011 dans une zone de fortes turbulences financières. L'année a été marquée par le déferlement de la crise de la dette dans la zone euro, caractérisée par la fin de la confiance des investisseurs dans les titres obligataires des États. Dans ce contexte, la croissance mondiale s'est établie à […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2010 : entre rigueur et relance économiques

  • Écrit par 
  • Nicolas SAGNES
  •  • 3 102 mots
  •  • 5 médias

L'année 2010 a pris quelque distance avec la tornade financière des années 2008 et 2009. L'économie mondiale est sortie de récession pour entamer une reprise, dans un contexte de croissance des échanges mondiaux après une contraction historique l'année précédente. La Chine s'est trouvée au cœur de cette reprise, en venant alimenter les importations de la p […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Nicolas SAGNES, « ÉCONOMIE MONDIALE - 2004 : une reprise turbulente », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-mondiale-2004-une-reprise-turbulente/