ÉCONOMIE MONDIALE1997 : la crise asiatique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une reprise toujours aléatoire au Japon

Les difficultés économiques du Japon, dues aux contraintes budgétaires, ont été aggravées vers la fin de l'année par le climat d'inquiétude provoqué par la crise en Asie. L'O.C.D.E. a estimé la croissance de son P.I.B. en 1997 à 0,5 p. 100, la plus faible depuis 1994, contre 3,5 p. 100 en 1996. Le dynamisme du secteur exportateur n'a pas suffi à compenser un fort ralentissement de la consommation des ménages consécutif au relèvement, le 1er avril, de la taxe sur la consommation (portée de 3 à 5 p. 100) ainsi qu'à la suppression des abattements fiscaux temporaires.

Ce resserrement de la politique budgétaire avait trouvé son expression dans la décision du gouvernement de Ryutaro Hashimoto, entérinée par le Parlement le 6 novembre, de réduire le déficit budgétaire à 3 p. 100 du P.I.B. au 31 mars 2003, contre 5,5 p. 100 en 1997-1998. Il s'agissait de remédier aux conséquences inflationnistes de la série des programmes de relance qui avaient mobilisé quelque 66 000 milliards de yen depuis 1990. Cette rigueur a été jugée prématurée par certains analystes, séduits par l'exemple des États-Unis qui ont su profiter d'une conjoncture favorable pour progresser significativement sur la voie de l'équilibre budgétaire.

L'économie japonaise était aussi compromise par la faiblesse d'un système bancaire toujours hypothéqué, depuis la crise immobilière et bancaire, par un portefeuille de créances non performantes évalué à 28 000 milliards de yen. En fait, les deux problèmes étaient liés, l'aide à ce secteur supposant le recours à des fonds publics, à moins d'accepter la faillite des établissements de crédit les plus vulnérables ; l'une et l'autre solution se heurtaient à de fortes oppositions politiques.

Les observateurs n'ont guère été impressionnés par le troisième plan de relance proposé, le 16 décembre, par le parti libéral-démocrate, en dépit d'allégements fiscaux prévus à 850 milliards de yen, soit 0,2 p. 100 du P.I.B. Après une réduction de 3,5 points, le taux de l'impôt sur les sociétés serait en effet encore, à 46,36 p 100, sensiblement supérieur à la norme des pays développés. Le plan prévoyait aussi l'émission d'emprunts totalisant 10 000 milliards de yen pour venir en aide à certains établissements financiers.

Tōkyō s'est efforcé de contribuer à la solution de la crise monétaire en Asie en proposant, à l'assemblée annuelle du F.M.I., qui s'est tenue en septembre à Hong Kong, la création d'un fonds asiatique destiné à faire face aux difficultés des pays de la région. L'idée a été reprise le 19 novembre à Manille par les ministres des Finances des pays membres de l'A.S.E.A.N. et précisée par eux au début de décembre à Kuala Lumpur. Cette contribution financière se ferait au cas par cas pour s'ajouter éventuellement aux concours du F.M.I., ce dernier restant seul maître d'œuvre. Il a été prévu en outre un dispositif de « surveillance des pairs », comparable à celui qui est en vigueur au sein du G7.

Ces initiatives ont été consacrées par le sommet de l'A.P.E.C., le forum économique de la zone Asie-Pacifique, qui s'est tenu du 23 au 25 novembre à Vancouver. Le principal résultat de la diplomatie économique américaine, dans cette enceinte, a été une résolution en faveur du projet d'accord international sur les échanges de services financiers dans le cadre de l'Organisation mondiale du commerce (O.M.C.). Washington avait fait échec à ce projet en 1995, en raison de l'insuffisance des offres des principaux pays en développement ; mais la crise en Asie et ses répercussions (y compris au Brésil) risquaient de conduire ces derniers à durcir encore leurs positions. Les dirigeants des pays en difficulté ont toutefois compris qu'ils ne pouvaient espérer un retour des capitaux internationaux sans ouvrir leurs marchés aux banques et aux institutions financières étrangères. Ainsi a pu être conclu à Genève, à la date limite du 12 décembre, après sept ans de négociations, un accord entre 102 pays qui s'appliquera aux 132 membres de l'O.M.C. pour les activités de banque, d'assurance et de transactions sur valeurs mobilières.

Si les premiers bénéficiaires de cette avancée devaient être les pays d'Asie en crise, l'économie internationale franchissait aussi une nouvelle étape vers la mondialisation, après celle des réformes structurelles imposées par les institutions multilatérales aux économies les plus vulnérables du Tiers Monde.

Pour auta [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ÉCONOMIE MONDIALE, depuis 1990  » est également traité dans :

ÉCONOMIE MONDIALE - 2020 : l'effondrement économique, sombre corollaire de la crise sanitaire

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 5 366 mots
  •  • 3 médias

L’année 2020 est marquée par un terrible choc : la pandémie de Covid-19, qui répand la maladie et la mort et qui, au niveau économique, engendre crises profondes et incertitude. Elle est rythmée par les fluctuations de l’épidémie et les à-coups des décisions politiques. La plupart des pays ont ainsi connu un stop-and- […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2019 : entraves à la croissance, recul de la mondialisation

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 4 921 mots
  •  • 5 médias

L'année 2019 se caractérise par un essoufflement de la croissance mondiale, accentué par une montée du protectionnisme et atténué par des conditions de financement exceptionnellement favorables. En passant de 3,6 à 3 p. 100, la croissance de l’économie mondiale enregistre son niveau le plus faible depuis la crise de 2008-2009. Le fléchissement est qu […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2018 : croissance, restrictions commerciales et argent plus cher

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 4 040 mots
  •  • 7 médias

En termes de croissance, l’année 2018 semble une simple réplique de l’année précédente : la croissance mondiale du produit intérieur brut (PIB) reste à 3,7 p. 100, celle des pays avancés se maintient à 2,4 p. 100 et celle des pays en voie de développement et émergents (ou « pays du Sud »), à 4,7 p. 100. Pourtant, un certain nombre de changements affectent l’économie mondiale, qui pourraient faire […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2017 : expansion, inégalités, fragilités

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 3 863 mots
  •  • 6 médias

La croissance mondiale s’est nettement accélérée en 2017, passant de 3,2 à 3,6 p. 100 par rapport à 2016, poussée par des taux d’intérêt faibles, un progrès des profits et des investissements, ainsi que par une hausse des prix des matières premières. Une grande partie des pays est concernée. Les pays avancés connaissent, certes, une croissance inférieure à la c […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2016 : dynamisme asiatique et replis nationaux

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 3 422 mots
  •  • 7 médias

L’année 2016 est marquée, sur le plan économique, par une tendance de plusieurs pays au repli sur eux-mêmes. La comparaison entre la croissance de la production mondiale et la croissance du commerce mondial est lourde de signification. En 2014, le commerce mondial progressait de 3,9 p. 100, donc plus rapidement que la production (3,4 p. 100), mais en 2015 e […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2015 : entre reprise et crise des matières premières

  • Écrit par 
  • Axel MARMOTTANT
  •  • 3 292 mots
  •  • 7 médias

En 2015, le prix du pétrole est resté très bas. Deux facteurs ont concouru à la pérennité de cet état de fait important pour l’économie de la planète : la surabondance de l’offre – alimentée par la guerre des prix que se livrent les pays de l’O.P.E.P. et les États-Unis, producteurs de pétrole et de gaz de schiste –, ainsi que l’essoufflement de la demande, provoqué par le ralentissement de l’écono […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2014 : nouvelle répartition de l'activité

  • Écrit par 
  • Axel MARMOTTANT
  •  • 3 449 mots
  •  • 4 médias

En 2014, la croissance de l'activité économique mondiale se situe à peu près au même niveau qu’en 2013, à 3,3 p. 100. Géographiquement, elle se répartit cependant de manière différente. Elle est plus forte dans les pays avancés, en raison de la reprise modérée de la croissance dans la zone euro et de la croissance toujours dynamique des États-Unis, et ce malgré […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2013 : une croissance mondiale apathique

  • Écrit par 
  • Axel MARMOTTANT
  •  • 3 275 mots
  •  • 5 médias

En 2013, l’activité mondiale subit encore les conséquences de la crise financière. Bridée par le désendettement en cours, elle semble condamnée à avancer à un rythme lent. Embarrassés par la crise de la dette souveraine, notamment aux États-Unis et dans la zone euro, les gouvernements ont réduit leurs dépenses, et le secteur privé a dans l’ensemble diminué ses […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2012 : le monde dans la crise

  • Écrit par 
  • Nicolas SAGNES
  •  • 3 278 mots
  •  • 4 médias

L'économie mondiale a dû affronter des vents contraires de plus en plus violents en 2012. L'année a été marquée par la poursuite de la crise des dettes souveraines, particulièrement dans la zone euro, et par une forte progression du chômage dans de nombreux pays développés. Victime de ce contexte, la croissance mondiale s'e […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2011 : une année de tourmente

  • Écrit par 
  • Nicolas SAGNES
  •  • 3 085 mots
  •  • 4 médias

Après une embellie relative en 2010, l'économie mondiale a pénétré en 2011 dans une zone de fortes turbulences financières. L'année a été marquée par le déferlement de la crise de la dette dans la zone euro, caractérisée par la fin de la confiance des investisseurs dans les titres obligataires des États. Dans ce contexte, la croissance mondiale s'est établie à […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2010 : entre rigueur et relance économiques

  • Écrit par 
  • Nicolas SAGNES
  •  • 3 102 mots
  •  • 5 médias

L'année 2010 a pris quelque distance avec la tornade financière des années 2008 et 2009. L'économie mondiale est sortie de récession pour entamer une reprise, dans un contexte de croissance des échanges mondiaux après une contraction historique l'année précédente. La Chine s'est trouvée au cœur de cette reprise, en venant alimenter les importations de la p […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

3-29 décembre 1997 Crise financière asiatique. Mobilisation internationale pour tenter d'enrayer la crise sud-coréenne

Le 3, le Fonds monétaire international (F.M.I.) présente un plan d'aide à la Corée du Sud d'un montant de 57 milliards de dollars, le plus important jamais accordé sous son égide. Les pays européens participent pour la première fois à un programme d'aide concernant l'Asie. Ce plan s'accompagne de contraintes qui visent à la restructuration de l'économie sud-coréenne, la onzième du monde et la deuxième dans la région après celle du Japon. […] Lire la suite

3-28 novembre 1997 Crise financière asiatique. Le Japon et la Corée du Sud frappés à leur tour par la crise financière

Le 3, la maison de titres japonaise Sanyo Securities dépose son bilan. Elle laisse un passif équivalant à 18 milliards de francs. Il s'agit de la première faillite d'un courtier japonais depuis 1945. Le 16, la banque Hokkaido Takushoku, l'une des dix plus importantes du Japon, se déclare en faillite. La somme de ses créances douteuses est estimée à l'équivalent de 43,5 milliards de francs. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Tristan DOELNITZ, « ÉCONOMIE MONDIALE - 1997 : la crise asiatique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 novembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-mondiale-1997-la-crise-asiatique/