ÉCOLE FRANÇAISE DE ROME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Comme la plupart des autres grands établissements français à l'étranger, l'École française de Rome (E.F.R.) est une vieille dame à qui les réformes progressives, et particulièrement celles des années 1970-1975, ont permis d'épouser son temps. Née en 1875, par décret du ministre Henri Wallon, trente ans après l'École française d'Athènes, dans un climat de rivalité entre la France et l'Allemagne, elle s'est, dès sa fondation, établie au deuxième étage du palais Farnèse, au-dessus de l'ambassade de France ; le choix de ce siège prestigieux était à lui seul révélateur de la volonté de créer une institution qui fût la vitrine de la science française, face à la toute puissante érudition germanique. Le terme d'école ne doit pas en effet prêter à confusion : s'il évoque de nos jours une activité d'enseignement, il appartient ici au vocabulaire de l'Université du xixe siècle et désigne un institut de recherche.

De fait, l'école n'accueille pas des élèves mais des membres, jeunes savants que leurs travaux historiques ou archéologiques orientent vers l'Italie. L'esprit de ces chercheurs, qui ont su très tôt s'intégrer à la riche communauté scientifique, italienne et internationale, de Rome, n'a pas changé : ils veulent prendre de l'Italie « tout ce qu'ils peuvent », comme le leur recommandait jadis Mgr Duchesne qui fut longtemps directeur de l'école, conscients qu'ils sont de la chance insigne qui leur est offerte de se trouver pendant deux et plus souvent trois années au cœur du pays qui fut la matrice de l'Occident, et plus précisément dans cette Rome où, selon le mot de Freud comparant la Ville éternelle au subconscient humain, tout s'est déposé et rien ne s'est effacé.

D'abord accessible essentiellement, mais non exclusivement, aux antiquisants et aux médiévistes, l'E.F.R. a élargi son domaine d'activité en définissant, à l'initiative de Georges Vallet, trois sections, antique, médiévale, moderne et contemporaine ; cette dernière, qui sort largement du cadre traditionnel des étud [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : chaire de civilisation et archéologie romaines à l'Institut universitaire de France, université de Provence-Aix-Marseille-I

Classification


Autres références

«  ÉCOLE FRANÇAISE DE ROME  » est également traité dans :

GRIMAL PIERRE (1912-1996)

  • Écrit par 
  • Alain MICHEL
  •  • 814 mots

Né en 1912 à Paris, Pierre Grimal fut élève de l'École normale supérieure, puis membre de l'École française de Rome. Après la guerre, il enseigna dans les universités de Caen et de Bordeaux. En 1952, il devenait professeur de langue et littérature latines à la Sorbonne. En 1975, il fut élu à l'Académie des inscriptions et belles-lettres. Il fut administrateur de la Société des études latines. Son […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-grimal/#i_70551

MUSARNA, site archéologique

  • Écrit par 
  • Henri BROISE, 
  • Vincent JOLIVET
  •  • 974 mots
  •  • 1 média

Dans l'histoire de la civilisation étrusque, il est peu de domaines sur lesquels nous soyons moins bien renseignés que celui de l'urbanisme. Les études étrusques se sont en effet en très grande partie développées autour de l'étude des tombes, plus spectaculaires, plus faciles à fouiller, et plus riches de mobilier intact. Cette situation s'explique également, toutefois, par des difficultés objecti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/musarna-site-archeologique/#i_70551

Pour citer l’article

Pierre GROS, « ÉCOLE FRANÇAISE DE ROME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-francaise-de-rome/