DE VALERA EAMON (1882-1975)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Révolutionnaire et homme d'État irlandais. Fils d'un artiste espagnol et d'une Irlandaise, né aux États-Unis, professeur de mathématiques, membre de la ligue gaélique, Eamon De Valera prend part au soulèvement de Pâques 1916 et n'échappe à l'exécution que grâce à sa double nationalité britannique et américaine. Devenu président du Sinn Fein en octobre 1917, il fait alors de plus en plus figure de chef de file des nationalistes et constitue le premier « gouvernement » irlandais en 1919. Il autorise les négociations avec le Premier ministre britannique Lloyd George (1921), mais, profondément déçu par le statut de dominion et surtout par la division de l'île, combat les accords conclus à la fin de l'année. En janvier 1922, le Dáil (l'Assemblée) ayant ratifié ces accords, De Valera démissionne de la présidence du gouvernement et, mis en échec aux élections de juin suivant, encourage la résistance illégale. En avril 1923, il met fin à une guerre civile sanglante et est emprisonné pendant une année. Libéré, il préconise une forme de lutte constitutionnelle et, devant la résistance de certains de ses amis, crée en 1926 un nouveau parti, le Fianna Fáil ou « Soldats de la destinée ». En 1932, ce parti remporte les élections et De Valera devient le chef du gouvernement : il occupera ce poste sans interruption jusqu'en février 1948 ; il marquera l'histoire de son pays par la dénonciation de toute allégeance réelle à la Couronne britannique, la création d'une citoyenneté irlandaise spécifique, la promulgation d'une nouvelle constitution définissant l'Eire (1937), l'accord de 1938 avec la Grande-Bretagne stipulant l'évacuation des trois bases navales anglaises du sud de l'Irlande, enfin une politique de neutralité pendant la guerre pour protester contre le refus britannique d'envisager une réunification de l'Irlande.

Eamon De Valera à Londres en 1938

Eamon De Valera à Londres en 1938

photographie

Premier Taoiseach de l'Eire, chef du gouvernement de l'Irlande depuis la Constitution de 1937, Eamon De Valera (1882-1975), à gauche, figure incontournable de l'émancipation irlandaise, s'employa à détacher son pays de la Grande-Bretagne entre 1932 et 1938. La crise prit fin en 1938, aux termes... 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

En 1951-1954 et en 1957-1959, il reprendra les rênes du pouvoir dans le cadre de la république proclamée en 1948. En 1959 et en 1966, porté à la présidence de cette république, sans cesser d'exercer une influence certaine sur les affaires publiques, De Valera apparaît de plus en plus comme le symbole d'un nationalisme intransigeant et l'incarnation de l'espérance unitaire. Son âge et une croissante cécité ajouteront au respect dû à une figure déjà historique. En 1973, abandonnant toute activité politique, Eamon De Valera décide de finir sa vie dans un monastère. Il meurt en 1975.

—  Roland MARX

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification


Autres références

«  DE VALERA EAMON (1882-1975)  » est également traité dans :

COSGRAVE WILLIAM THOMAS (1880-1965)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 552 mots

Homme d'État irlandais, né le 6 juin 1880 à Dublin, mort le 16 novembre 1965 à Dublin. William Thomas Cosgrave rejoint très tôt le Sinn Fein. Membre du conseil municipal de Dublin en 1909, il sera ensuite réélu sous la bannière du mouvement nationaliste. Il rejoint la milice nationaliste des Volontaires irlandais créée en 1913 et, en août 1914, q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/william-thomas-cosgrave/#i_34776

FIANNA FÁIL

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 415 mots
  •  • 1 média

Longtemps symbole de l'Irlande « révolutionnaire », le Fianna Fáil (« Soldats de la destinée ») a été fondé en 1926 par Eamon de Valera, chef des irrédentistes qui refusèrent le traité de partage avec l'Angleterre. Parti essentiellement rural au départ, sa physionomie a changé au rythme de l'urbanisation et de l'industrialisation de l'Irlande. Le p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fianna-fail/#i_34776

GRIFFITH ARTHUR (1872-1922)

  • Écrit par 
  • Pierre JOANNON
  •  • 1 072 mots

Fils d'une longue lignée d'imprimeurs, Arthur Griffith fut un redoutable journaliste de combat. Sa plume fit plus pour mettre fin à la présence britannique dans le sud de l'Irlande que toutes les révoltes nationalistes du xix e siècle finissant. Jeune homme, il dévore les écrits des grands polémistes anti-anglais, participe activement à la renaiss […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arthur-griffith/#i_34776

IRLANDE RÉPUBLIQUE D' (EIRE)

  • Écrit par 
  • Brigitte DUMORTIER, 
  • Pierre JOANNON
  • , Universalis
  •  • 10 103 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « De l'État libre à l'Eire »  : […] La constitution de l'État libre demeure, malgré les séquelles de la guerre civile, rigoureusement fidèle à l'esprit démocratique du gouvernement représentatif à l'anglaise. Le pouvoir législatif est confié au Parlement (Oireachtas) qui se compose d'une Chambre des députés élue à la représentation proportionnelle avec vote préférentiel (Dail Eireann […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/republique-d-irlande/#i_34776

MICHAEL COLLINS (N. Jordan)

  • Écrit par 
  • Pierre JOANNON
  •  • 1 047 mots

Michael Collins fut le stratège incontesté de la guerre d'indépendance irlandaise qui vit s'affronter entre 1916 et 1921 les forces de la couronne britannique et quelques milliers de nationalistes sinn feiners résolus à s'émanciper de la férule anglaise. Inventeur de cette guerre de l'ombre, dont la décolonisation, à travers le monde, et, en Europ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/michael-collins-personnage/#i_34776

Pour citer l’article

Roland MARX, « DE VALERA EAMON - (1882-1975) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/eamon-de-valera/