DUMAS ALEXANDRE, dit DUMAS FILS (1824-1895)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un des fondateurs de la pièce à thèse, c'est-à-dire d'un drame bourgeois réaliste mettant en scène quelque problème social et suggérant des solutions, Dumas fils, enfant illégitime d'Alexandre Dumas père, avait hérité de ce dernier, mais dans un genre totalement différent, une grande fécondité littéraire. Son premier succès fut un roman, La Dame aux camélias (1848), adapté pour la scène en 1852 ; Verdi en tira La Traviata (1853). Dumas fils se détourna des passions exacerbées du drame romantique pour créer, avec La Dame aux camélias, la comédie de mœurs. Le succès de cette pièce tient à la fusion entre un romantisme passionnel lyrique et l'observation déjà réaliste des modes de vie et des problèmes de la société contemporaine. L'héroïne, Marguerite Gautier, quittant sa vie de demi-mondaine entretenue pour vivre un amour difficile et pathétique qui se clôt sur une mort soudaine, acquiert, d'emblée, une force d'émotion dramatique supérieure à celle de nombre d'héroïnes romantiques, qu'elle éclipsa. Influencé par Diderot, Dumas fils, partisan d'un théâtre « utile », introduisit dans ses pièces de longs discours moralisateurs sur le caractère sacré de la famille et du mariage : Le Demi-Monde (joué en 1855), par exemple, traite de la menace que constituent les prostituées pour l'institution du mariage. Il attira aussi l'attention sur la triste situation des enfants illégitimes et des filles perdues, et provoqua souvent de la sorte un certain scandale. Parmi ses pièces les plus intéressantes figurent Le Fils naturel (1858) et Un père prodigue (1859).

Si le public moderne ne goûte plus guère l'aspect sentencieux et prolixe de son théâtre, les critiques de la fin du xixe siècle en vantaient précisément le côté sérieux et moralisateur.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  DUMAS ALEXANDRE, dit DUMAS FILS (1824-1895)  » est également traité dans :

LA DAME AUX CAMÉLIAS (mise en scène A. Arias)

  • Écrit par 
  • Didier MÉREUZE
  •  • 816 mots

Fantôme tout habillé de noir, le geste las, le pas lent, elle apparaît, comme surgie d'outre-tombe, dans l'encadrement d'une porte. Son visage se dévoile. Dans la salle, chacun retient son souffle. Le regard perdu, elle esquisse une moue, comme si sa bouche n'était pleine que du goût de la mort, puis s'en va... Isabelle Adjani joue La […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-dame-aux-camelias/#i_2582

BOULEVARD THÉÂTRE DE

  • Écrit par 
  • Daniel ZERKI
  •  • 5 989 mots

Dans le chapitre « L'amour, le mariage, l'adultère »  : […] Avec l'argent, et conditionné par l'argent, on trouve bien entendu, l'amour... Le Boulevard partage l'amour en deux catégories bien distinctes : l'amour-sentiment, souvent très désincarné, du drame, du mélodrame, de la féerie et de la comédie de mœurs ; et l'amour physique, dont on ne parle pas ouvertement, mais auquel on fait de fréquentes allusions dans la comédie légère. C'est le règne du clin […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-de-boulevard/#i_2582

COMÉDIE

  • Écrit par 
  • Robert ABIRACHED
  •  • 5 416 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'âge bourgeois »  : […] Avec l'avènement progressif de la bourgeoisie au xix e siècle, les problèmes de la comédie vont se trouver posés en termes nouveaux. À la nouvelle classe prédominante le théâtre va proposer des images où elle puisse se reconnaître sans s'effaroucher et trouver un divertissement qui ne mette pas en cause sa vision du monde. Le formalisme littérai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/comedie/#i_2582

DRAME - Drame bourgeois

  • Écrit par 
  • René POMEAU
  •  • 3 504 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Augier et Dumas fils »  : […] Au xix e  siècle, le substrat social du genre ne cessant de se consolider, maintes œuvres, sous d'autres étiquettes, continuent à répondre à la définition du drame bourgeois. De Hugo à Montherlant le théâtre à sujets historiques exprime une volonté de poésie. Parallèlement se perpétue une tradition de pièces à idées, sur des problèmes familiaux, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/drame-drame-bourgeois/#i_2582

DUSE ELEONORA (1858-1924)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 922 mots

Actrice italienne qui trouva ses meilleurs rôles chez deux grands dramaturges européens : l'Italien Gabriele D'Annunzio et le Norvégien Henrik Ibsen. Née à Vigevano, en Lombardie, le 3 octobre 1858, la Duse, issue d'un milieu d'acteurs, fit ses débuts au théâtre à l'âge de quatre ans dans une adaptation pour la scène des Misérables . Dix ans plus tard, quand elle joua Juliett […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eleonora-duse/#i_2582

FÉMINISME - Histoire du féminisme

  • Écrit par 
  • Geneviève FRAISSE
  •  • 3 471 mots
  •  • 2 médias

Le féminisme est une notion à la fois trop générale et trop complexe pour qu'on puisse évaluer son contenu, ses objectifs, ses argumentations, son importance historique, avant d'avoir posé la question du terme lui-même. Apparu au xix e  siècle et attribué, à tort semble-t-il, à la pensée utopique de Fourier, on le trouve sous la plume d'Alexandre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/feminisme-histoire-du-feminisme/#i_2582

MÉLODRAME

  • Écrit par 
  • Anne UBERSFELD
  •  • 3 298 mots

Dans le chapitre « Évolution »  : […] Dès la fin de la Révolution, le grand homme du mélodrame sera Guilbert de Pixérécourt. « Tout était dit, tout était fait quand je parus. Il fallait donc inventer un nouveau théâtre. » S'il n'a point créé le mélodrame, Pixérécourt en a du moins fixé les lois tout au long de soixante-trois œuvres et de trente mille représentations. Parmi ses plus grands succès, citons […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/melodrame/#i_2582

Pour citer l’article

« DUMAS ALEXANDRE, dit DUMAS FILS (1824-1895) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/dumas-alexandre-dit-dumas-fils/