BOURGOGNE DUCHÉ DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les Valois : Jean sans Peur et Charles le Téméraire

Jean le Bon, après en avoir confirmé l'autonomie administrative et les privilèges, hérita en 1361 du duché en se donnant comme le plus proche parent du dernier duc capétien. Mais, dès 1363, il abandonna le duché de Bourgogne à son quatrième fils, Philippe le Hardi. Le premier des Valois de Bourgogne eut d'abord à lutter contre les routiers qui avaient envahi la Bourgogne sur les traces des Anglais, avec lesquels il avait fallu passer en 1360 le traité de Guillon. Mais il dut à son mariage avec Marguerite de Flandre de réunir à son duché les domaines de la maison de Flandre : Flandre et Artois, mais aussi Franche-Comté et Nevers. Ceux-ci constituent avec le duché le groupe des « pays de Bourgogne » pour lesquels s'institue à Dijon un véritable gouvernement central, dont les organes sont le gouverneur, la chambre du conseil (fondée en 1386) et la chambre des comptes. Toutefois les « grands jours » continuent à siéger à la fois à Beaune (pour les terres relevant du royaume) et à Saint-Laurent-lès-Chalon (pour celles qui relèvent de l'Empire).

Bourgogne, 1363-1477

Dessin : Bourgogne, 1363-1477

Les acquisitions successives du duché de Bourgogne sous les Valois, de Philippe le Hardi à la mort de Charles le Téméraire. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Cet ensemble de territoires fut réduit sous Jean sans Peur (1404-1419) du fait de l'attribution de Nevers à un cadet. L'acquisition du comté de Tonnerre, enlevé par le duc au comte Louis, partisan des Armagnacs, devait être éphémère, à la différence de celle du Charolais, acheté en 1390. Mais, en 1417, le ralliement de Mâcon et d'Auxerre au parti bourguignon prélude au rattachement au duché de ces deux comtés et de Bar-sur-Seine. Celui-ci, consenti en 1424 par le roi lancastrien, est confirmé en 1435 par le traité d'Arras, qui y ajoute les élections royales.

Sévèrement éprouvé par la lutte contre les routiers, contre les Armagnacs, par le passage des écorcheurs et, plus tard, par les guerres entre Louis XI et Charles le Téméraire, le duché devait cependant profiter de la fortune de la maison de Bourgogne. Les ducs entendaient faire de Dijon une capitale véritable, aussi y construisirent-ils un palais ducal, la chambre des comptes et surtout la Chartreuse de Champmol ; fondée par Philippe le Hardi pour être la nécropole de sa lignée, celle-ci devint, grâce à des artistes appelés de Paris et des pays du Nord – tel Claus Sluter – un prodigieux foyer artistique. Philippe le Bon restait encore fidèle à la ville lorsqu'il fixa à la Sainte-Chapelle de Dijon le siège de l'ordre de la Toison d'or. C'est après 1430 que Bruxelles commença à éclipser Dijon comme résidence ducale. Mais les Bourguignons peuplaient l'entourage ducal et les administrations des pays septentrionaux : beaucoup d'entre eux firent au service du duc de belles fortunes, tel l'Autunois Nicolas Rolin, le fondateur de l'Hôtel-Dieu de Beaune, ou Philippe Pot, qui construisit les magnifiques châteaux de Châteauneuf et de la Rochepot. La Bourgogne participa ainsi au prestige et au luxe de la cour bourguignonne.

Chartreuse de Champmol, (Dijon)

Photographie : Chartreuse de Champmol, (Dijon)

La Chartreuse de Champmol, estampe d'après un dessin d'A. Piron, 1686. Bibliothèque municipale de Dijon. Le dessin réalisé au XVIIe siècle permet de distinguer, au centre du grand cloître de la Chartreuse de Champmol fondée par Philippe le Hardi en 1385, un puits hexagonal surmonté d'une... 

Crédits : François Perrodin/ Bibliothèque municipale de Dijon

Afficher

Puits de Moïse, Chartreuse de Champmol, Dijon

Photographie : Puits de Moïse, Chartreuse de Champmol, Dijon

Au cœur du grand cloître de la Chartreuse de Champmol fondée par Philippe le Hardi, duc de Bourgogne, en 1385 a été édifié un puits hexagonal, autrefois surmonté d'une grande croix de pierre. Du calvaire aujourd'hui disparu ne subsistent que quelques fragments. À l'intérieur demeure la... 

Crédits : J.L. Duthu/ 2004, Inventaire Général

Afficher

Au cours de cette période prend forme l'institution des états de Bourgogne, que Jean le Bon avait réunis pour la première fois durant sa régence. Philippe le Hardi se servit d'eux pour acquérir à l'égard de la royauté française une indépendance fiscale : en particulier par l'exonération des impôts indirects (les aides). Les états, qui réunissaient les seigneurs nobles ou ecclésiastiques et les représentants des villes, allaient jouer un rôle essentiel après la réunion de la Bourgogne à la couronne de France.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

400 à 500. Royaumes barbares

400 à 500. Royaumes barbares
Crédits : Encyclopædia Universalis France

chronologie

Autun

Autun
Crédits : Adam Woolfitt/ Corbis

photographie

Sainte-Madeleine, Vézelay

Sainte-Madeleine, Vézelay
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie

Bourgogne, 1363-1477

Bourgogne, 1363-1477
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Afficher les 6 médias de l'article


Écrit par :

  • : doyen de la faculté des lettres et sciences humaines de Dijon

Classification

Autres références

«  BOURGOGNE DUCHÉ DE  » est également traité dans :

ABBAYES DE CLUNY - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Christophe MOREAU
  •  • 332 mots

909-910 L'abbaye de Cluny est fondée par le duc d'Aquitaine Guillaume III le Pieux sur l'un de ses domaines en Bourgogne. Elle fut placée sous la protection directe du pape. 910-927 Abbatiat de Bernon, le fondateur de l'ordre. Il lance alors le chantier de l'abbaye. 927-942 Abbatiat de saint Odon sous lequel fut terminée la première église abbatiale. 942-948 Abbatiat d'Aymar qui, grâce à ses r […] Lire la suite

AUTUN

  • Écrit par 
  • Jean RICHARD
  •  • 886 mots
  •  • 3 médias

Augustodunum fut fondée vers ~ 10 pour remplacer Bibracte comme chef-lieu de la cité des Éduens. Entourée d'une vaste enceinte, au carrefour de voies importantes, dotée de monuments imposants, elle connut en particulier une activité de type universitaire dont témoignent les Panégyriques (Eumène). En dépit du siège qu'elle subit en 269 à la suite de sa révolte contre l'empereur gaulois Tetricus, e […] Lire la suite

BEDFORD JEAN DE LANCASTRE duc de (1389-1435)

  • Écrit par 
  • Paul BENOÎT
  •  • 742 mots

Troisième fils d'Henri IV d'Angleterre, Jean de Lancastre est fait duc de Bedford par son frère Henri V en 1414. Mêlé très jeune aux luttes politiques, il soutient son frère qui lui confie la lieutenance du royaume lors de ses expéditions en France. À ce titre, il prend Berwick aux Écossais et réprime l'hérésie lollarde. En 1422, il rejoint le roi malade en France, prend le commandement de l'armée […] Lire la suite

BELGIQUE - Histoire

  • Écrit par 
  • Guido PEETERS
  •  • 20 612 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Le cadre institutionnel »  : […] Il est de tradition de considérer l'arrivée au pouvoir des ducs de Bourgogne en Flandre (1385), puis dans les autres régions belges, ainsi que la période de leurs successeurs les Habsbourg, comme des apogées de l'histoire de la Belgique. Certes, au point de vue institutionnel, dynastique, la centralisation d'en haut, l'union personnelle de diverses régions sous les Bourguignons, le caractère mona […] Lire la suite

CERCLE D'EMPIRE

  • Écrit par 
  • Georges LIVET
  •  • 185 mots

Division du Saint-Empire romain germanique instituée d'abord pour remédier à l'anarchie féodale par Albert II (1438-1439) qui créa six cercles ( Kreise ), sans compter l'Autriche et la Bohême, et reprise par Maximilien I er en 1500 : aux cercles bavarois, souabe, franconien, rhénan (plus tard haut-rhénan), westphalien et saxon (plus tard bas-saxon) s'ajoutent, en 1512, les cercles bas-rhénan, hau […] Lire la suite

CHARLES LE TÉMÉRAIRE (1433-1477) duc de Bourgogne (1467-1477)

  • Écrit par 
  • Jean FAVIER
  •  • 1 074 mots
  •  • 1 média

Fils aîné de Philippe le Bon et d'Isabelle de Portugal, Charles le Téméraire attendit trente-quatre ans la succession de son père (1467) et trompa l'attente en voyageant, en complotant et en préparant son règne. Il prit notamment part à la ligue du Bien public (1465) et combattit à Montlhéry contre l'armée de Louis XI. L'État bourguignon dont il hérita finalement n'était que l'union personnelle de […] Lire la suite

CLUNY

  • Écrit par 
  • Jacques DUBOIS, 
  • Carol HEITZ
  •  • 3 328 mots
  •  • 3 médias

Cluny, abbaye bourguignonne de l'ancien diocèse de Mâcon (aujourd'hui de celui d'Autun, Saône-et-Loire), a joué un rôle majeur dans le renouveau monastique français des x e et xi e  siècles . Ce ne fut certes pas le seul foyer de réforme : Fleury-sur-Loire, Saint-Bénigne de Dijon, les abbayes de Gorze, Metz, Toul et Verdun, et d'autres encore, ont aussi puissamment contribué au relèvement général […] Lire la suite

DIJON

  • Écrit par 
  • Robert CHAPUIS
  •  • 1 038 mots
  •  • 3 médias

Dijon, capitale de la région Bourgogne et chef-lieu de la Côte-d'Or, a été désignée en 2015 comme chef-lieu de la nouvelle grande région Bourgogne-Franche-Comté . La ville se situe à l'une des intersections entre les voies nord-sud unissant la Méditerranée à l'Europe du Nord et les voies sud-est - nord-ouest joignant l'Italie du Nord au Bassin parisien. Elle a donc bénéficié de certains atouts, ma […] Lire la suite

FLANDRE

  • Écrit par 
  • Xavier MABILLE
  •  • 4 858 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le comté de Flandre »  : […] Lors du démembrement de l'empire carolingien, le traité de Verdun (843) attribua à Charles le Chauve les territoires situés entre l'Escaut à l'est et la mer à l'ouest. Ces territoires s'étendaient donc vers le nord au-delà de la frontière linguistique entre domaine roman et domaine germanique. Ainsi, « à partir du commencement du Moyen Âge, la France eut dans la Flandre une annexe germanique sur s […] Lire la suite

FRANCE : MISE EN PLACE DE L'ÉTAT MODERNE, XVe-XVIe SIÈCLE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 566 mots

1453 L'armée du roi Charles VII met fin à la présence anglaise en Guyenne à la bataille de Castillon (17 juillet). La guerre de Cent Ans est terminée. 1456 Un an après l'occupation des terres de Jean V, comte d'Armagnac (qui sera banni en 1460), un autre grand féodal, le duc Jean II d'Alençon, est puni (21 mai) pour avoir demandé une intervention anglaise. Le Dauphiné est définitivement annexé a […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean RICHARD, « BOURGOGNE DUCHÉ DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/duche-de-bourgogne/