Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

TRUMP DONALD (1946- )

La campagne, la défaite et l’insurrection manquée

Retour perdant pour Donald Trump, 2020

Retour perdant pour Donald Trump, 2020

Le président Trump espère une réélection triomphale grâce à la forte croissance de l’économie américaine et au taux de chômage historiquement bas, mais la pandémie de Covid-19 met le pays à l’arrêt. La Maison-Blanche minimise le problème et sa gestion de la crise sanitaire fait l’objet de critiques virulentes. Les soignants manquent d’équipements de protection tandis que le refus du président de promouvoir le port du masque et les mesures de distanciation physique alimentent les réticences voire le déni de la gravité de la situation au sein de son électorat.

Inculpation de Donald Trump, 2023

Inculpation de Donald Trump, 2023

Atteint par le virus en octobre 2020, Trump est hospitalisé quelques jours après un premier débat télévisé extrêmement chaotique au cours duquel il se montre très agressif envers son adversaire Joe Biden. Durant ses meetings de campagne, il improvise des diatribes décousues aux accents complotistes pour semer le doute quant à la légitimité d’une élection qui, du fait du contexte sanitaire, relève pour une part inédite du vote par correspondance. Le décompte des voix du scrutin du 3 novembre 2020 dure plusieurs jours et donne finalement la victoire à Joe Biden. Donald Trump refuse de reconnaître sa défaite et entame une longue série de procédures judiciaires pour contester le résultat des urnes en arguant d’irrégularités et de fraudes dont ses avocats ne parviennent pas à donner la moindre preuve. Réuni le 14 décembre 2020, le collège des grands électeurs confirme la victoire du candidat démocrate. Le 6 janvier 2021, alors que le Congrès commence à certifier le vote des grands électeurs, le président Trump harangue ses soutiens et leur demande de se rendre au Capitole pour faire pression sur les élus afin qu’ils refusent la certification, ce qui lui permettrait de se maintenir au pouvoir. Les forces de police sont débordées et les manifestants parviennent à pénétrer dans les bâtiments l’arme au poing, tandis que sénateurs et représentants sont évacués à la hâte. Malgré les scènes d’insurrection retransmises en direct, le président rechigne à condamner les émeutiers et à leur demander de se retirer. Son rôle dans ce qui s’apparente à une tentative de coup d’État lui vaut une seconde mise en accusation à la Chambre des représentants, situation inédite dans l'histoire des États-Unis. Donald Trump quitte ses fonctions le 20 janvier 2021 sans assister à la cérémonie d’investiture de son successeur. Vingt jours plus tard s’ouvre son procès au Sénat pour « incitation à l’insurrection ». Le 13 février 2021, les cinquante sénateurs démocrates et sept sénateurs républicains votent pour le déclarer coupable, mais la majorité des deux tiers nécessaire pour sa condamnation n’est pas atteinte. Malgré les multiples poursuites judiciaires dont il fait l’objet (notamment pour fraude et agressions sexuelles), il annonce officiellement en novembre 2022 son intention d’être candidat à l’élection présidentielle de 2024.

(Voir également ÉTATS-UNIS D’AMÉRIQUE, chronologie contemporaine)

— Alix MEYER

— Vincent MICHELOT

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : maître de conférences en civilisation américaine, université de Bourgogne, Dijon
  • : professeur des Universités, Sciences Po Lyon

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Donald Trump, 2016

Donald Trump, 2016

Signature du nouveau traité de libre-échange nord-américain, 2018

Signature du nouveau traité de libre-échange nord-américain, 2018

Retour perdant pour Donald Trump, 2020

Retour perdant pour Donald Trump, 2020

Autres références

  • ARABIE SAOUDITE

    • Écrit par Philippe DROZ-VINCENT, Universalis, Ghassan SALAMÉ
    • 25 169 mots
    • 10 médias
    La personnalisation de la relation avec les présidents américains a ses avantages. Pour le royaume, lapériode Trump (2017-2021) est une aubaine. Le fait que le président américain décertifie l’accord sur le nucléaire iranien en octobre 2017 et déchire de facto le texte signé par son prédécesseur est...
  • BIDEN JOE (1942- )

    • Écrit par Annick FOUCRIER
    • 1 412 mots
    • 1 média
    ...mobilisation de l’électorat se révèle historique : il obtient le plus grand nombre de voix de toute l’histoire des États-Unis (81 282 900 voix) et son adversaire Donald Trump, qui conteste le résultat, le second plus grand nombre de voix (74 223 000 voix). C’est une victoire franche, mais pas une « vague...
  • COUR SUPRÊME DES ÉTATS-UNIS

    • Écrit par Thomas HOCHMANN
    • 3 323 mots
    • 2 médias
    La « Cour Roberts », du nom du président John Roberts en fonction à partir de 2005, s’est transformée en une véritable « Cour Trump », tant sa composition est marquée, à partir de 2020, par une large majorité conservatrice de six juges – cinq d’entre eux pouvant être qualifiés de radicaux –,...
  • CUBA

    • Écrit par Universalis, Marie Laure GEOFFRAY, Janette HABEL, Oruno D. LARA, Jean Marie THÉODAT, Victoire ZALACAIN
    • 24 436 mots
    • 26 médias
    L’élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis en 2016 a provoqué la remise en cause de la politique d’ouverture américaine envers Cuba. Le président Trump a dénoncé l’accord conclu entre Barack Obama et Raúl Castro. Il a notamment annoncé qu’il renforcerait les contrôles sur les voyages...
  • Afficher les 18 références

Voir aussi