Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

TRUMP DONALD (1946- )

Trump candidat atypique ou dysfonctionnel ?

L'entrée de Donald Trump en politique s'est faite progressivement : en 2000, il initie les démarches pour se présenter à la présidentielle au nom d'un tiers parti, mais ne donne pas suite. En revanche, en 2011, il s'empare d'une théorie conspirationniste très prisée par les franges les plus réactionnaires et racistes de la droite américaine, les « birthers » : Barack Obama, dont le père est kenyan, ne remplirait pas les conditions constitutionnelles pour être président car il ne serait pas né aux États-Unis. Cette polémique construite de toutes pièces donne à Donald Trump des lettres de noblesse auprès d'un segment de l'électorat américain qui éprouve un fort sentiment de déclassement économique et beaucoup de mépris pour la classe politique traditionnelle.

Lors des primaires républicaines de 2016, il déjoue les pronostics et élimine ses seize adversaires en refusant tous les codes de campagne conventionnels. Il adopte une rhétorique d'homme providentiel qui va sauver les États-Unis du déclin – « Make America Great Again » est son slogan – et d'une catastrophe économique et sécuritaire qui serait délibérément orchestrée par l'administration Obama. En matière de politique étrangère, Trump remet ouvertement en cause tous les préceptes stratégiques et diplomatiques de Washington, prônant une renégociation des grands accords commerciaux pour protéger les emplois américains, exprimant un scepticisme radical concernant les obligations des États-Unis en tant que membre de l'OTAN, un programme résumé dans un slogan, « America First », celui du mouvement isolationniste américain dans les années 1930.

Payante lors des élections primaires qu'il remporte aussi en raison de l'indigence de ses adversaires, des contradictions internes du Parti républicain incapable de se rassembler derrière un candidat qui puisse représenter une alternative crédible, cette stratégie semble dans un premier temps inopérante dans la campagne générale. Le candidat suscite plusieurs polémiques violentes qui forcent, pendant l'été de 2016, l'establishment du Parti républicain, élus et donateurs, à prendre ses distances. Trump s’aliène également trois segments importants de l'électorat – les minorités, les femmes et les diplômés du supérieur – et perd du terrain dans les sondages. En contrepartie, il parvient à mobiliser largement les abstentionnistes de son socle électoral, majoritairement les Blancs non diplômés de l’enseignement supérieur, et remporte, à la surprise générale, les élections du 8 novembre 2016 face à Hillary Clinton, son adversaire démocrate. De courtes victoires dans le Wisconsin, le Michigan et la Pennsylvanie lui permettent de l'emporter au sein du collège électoral malgré le net avantage de son adversaire en nombre de voix au niveau national.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : maître de conférences en civilisation américaine, université de Bourgogne, Dijon
  • : professeur des Universités, Sciences Po Lyon

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Donald Trump, 2016

Donald Trump, 2016

Signature du nouveau traité de libre-échange nord-américain, 2018

Signature du nouveau traité de libre-échange nord-américain, 2018

Retour perdant pour Donald Trump, 2020

Retour perdant pour Donald Trump, 2020

Autres références

  • ARABIE SAOUDITE

    • Écrit par Philippe DROZ-VINCENT, Universalis, Ghassan SALAMÉ
    • 25 169 mots
    • 10 médias
    La personnalisation de la relation avec les présidents américains a ses avantages. Pour le royaume, lapériode Trump (2017-2021) est une aubaine. Le fait que le président américain décertifie l’accord sur le nucléaire iranien en octobre 2017 et déchire de facto le texte signé par son prédécesseur est...
  • BIDEN JOE (1942- )

    • Écrit par Annick FOUCRIER
    • 1 412 mots
    • 1 média
    ...mobilisation de l’électorat se révèle historique : il obtient le plus grand nombre de voix de toute l’histoire des États-Unis (81 282 900 voix) et son adversaire Donald Trump, qui conteste le résultat, le second plus grand nombre de voix (74 223 000 voix). C’est une victoire franche, mais pas une « vague...
  • COUR SUPRÊME DES ÉTATS-UNIS

    • Écrit par Thomas HOCHMANN
    • 3 323 mots
    • 2 médias
    La « Cour Roberts », du nom du président John Roberts en fonction à partir de 2005, s’est transformée en une véritable « Cour Trump », tant sa composition est marquée, à partir de 2020, par une large majorité conservatrice de six juges – cinq d’entre eux pouvant être qualifiés de radicaux –,...
  • CUBA

    • Écrit par Universalis, Marie Laure GEOFFRAY, Janette HABEL, Oruno D. LARA, Jean Marie THÉODAT, Victoire ZALACAIN
    • 24 436 mots
    • 26 médias
    L’élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis en 2016 a provoqué la remise en cause de la politique d’ouverture américaine envers Cuba. Le président Trump a dénoncé l’accord conclu entre Barack Obama et Raúl Castro. Il a notamment annoncé qu’il renforcerait les contrôles sur les voyages...
  • Afficher les 18 références

Voir aussi