DJÉRID

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Domaine des belles palmeraies, le Djérid (Tunisie) est un des pays les plus anciens et les mieux individualisés du bas Sahara. Dès l'Antiquité, il doit sa réputation d'opulence aux oasis échelonnées sur la bordure septentrionale d'une vaste sebkha, improprement appelée le chott el-Djérid. Leur existence est liée à des essaims de grosses sources, émergences naturelles d'abondantes nappes artésiennes localisées dans les sables mio-pliocènes et dans les calcaires du Crétacé supérieur qui affleurent dans la région. Ces eaux ont permis l'extension de l'irrigation à Tozeur, à Nefta, à El Hamma et à El Oudiane. Des palmiers produisent des dattes commerciales de haute qualité (deglat en nour). Les palmiers constituent la plante de base des jardins vergers ; la culture d'autres arbres fruitiers (grenadiers, figuiers, abricotiers, bananiers) et de légumes ne représente qu'un revenu complémentaire.

D'une façon générale, cette culture minutieuse est pratiquée par des propriétaires parfois étrangers au pays, la plupart très modestes, ou par des métayers (khammès), aidés temporairement par des ouvriers. Mais une grande inégalité existe dans la répartition des palmiers ; en conséquence, l'importance relative du faire-valoir direct et du métayage varie notablement selon les oasis. La concentration de la propriété et le développement du métayage atteignent leur maximum dans celle de Tozeur. Dans celle de Nefta, et surtout d'El Hamma et d'El Oudiane, l'exploitation directe par de nombreux très petits propriétaires est beaucoup plus répandue.

À l'inégalité de la répartition des revenus s'ajoute la disparition d'autres ressources pour expliquer la misère d'une grande partie de la population : cessation du trafic caravanier transsaharien (esclaves soudanais) qui aboutissait à Tozeur et Nefta jusqu'au xixe siècle, déclin de l'artisanat avec les produits fabriqués venus d'Europe. Sous le protectorat français, la pression démographique croissante a encore accentué cette misère. L'essor du tourisme a été favorisé par le charme des oasis et l'étrangeté du chott ; il ne réanime cependant que modérément Tozeur (32 400 hab. environ en 2004), chef-lieu du gouvernorat homonyme, centre du conditionnement et du commerce des dattes, et Nefta (20 300 hab. ) réputée pour sa « corbeille » au creux de laquelle se groupent les sources qui alimentent sa palmeraie.

—  Roger COQUE

Écrit par :

  • : professeur des Universités, professeur émérite à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification


Autres références

«  DJÉRID  » est également traité dans :

TUNISIE

  • Écrit par 
  • Michel CAMAU, 
  • Roger COQUE, 
  • Jean GANIAGE, 
  • Claude LEPELLEY, 
  • Robert MANTRAN, 
  • Khadija MOHSEN-FINAN
  •  • 19 909 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Les unités de relief »  : […] Le relief de la Tunisie doit ses traits majeurs à l'affrontement du système plissé des Berbérides avec la plate-forme saharienne. Au premier correspond l' Atlas tunisien, formé de chaînons montagneux d'orientation nord-est-sud-ouest séparés par des plaines. Dans les massifs de Kroumirie, des Nefza et des Mogods, il s'agit de montagnes peu élevées et compactes dues à des nappes de flyschs gréseux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tunisie/#i_46045

Pour citer l’article

Roger COQUE, « DJÉRID », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/djerid/