Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

DIVAGATIONS, Stéphane Mallarmé Fiche de lecture

<em>Stéphane Mallarmé</em>, É. Manet

Stéphane Mallarmé, É. Manet

Publié l'année précédant la mort de Stéphane Mallarmé (1842-1898), le volume de Divagations recueille, sous forme d'anthologie, l'essentiel de ses écrits en prose. À plusieurs reprises déjà, le poète avait choisi cette forme : Album de vers et proses (1887-1888), Pages (1891) ou Vers et prose (1893) proposaient à chaque fois un « modeste florilège », seul substitut possible au grand œuvre, à l'achèvement toujours repoussé.

Comme Vers et prose, Divagations s'ouvre sur un avant-propos dépréciatif : « Un livre comme je ne les aime pas, ceux épars et privés d'architecture », affirme Mallarmé, qui se reproche entre autres des compromissions avec le journalisme. Aux dernières lignes se laisse pourtant deviner une réconciliation de l'auteur avec son projet : « les Divagations apparentes traitent un sujet, de pensée, unique – si je les revois en étranger, comme un cloître quoique brisé, exhalerait au promeneur, sa doctrine ». Il y a donc bien une architecture, fût-elle brisée.

À la fin du volume, une « bibliographie » minutieuse et très développée (comme le sera celle des Poésies) apporte des précisions sur ce « volume premier » de Divagations. Elle se justifie par l'extrême diversité des textes réunis et témoigne aussi de la difficulté qu'éprouve Mallarmé à mettre un point final : la bibliographie lui permet de glisser in extremis un article supplémentaire, récemment paru dans la Revue blanche.

Rejointoyer, refondre

Mallarmé opère sur ses écrits un travail de montage et de recomposition extrêmement complexe : par leur date de rédaction, de publication et surtout par leur nature très variée, les textes rassemblés forment a priori un corpus hétéroclite. Mallarmé remanie ses pages, pour les livrer « rejointoyées et refondues ». Non seulement il récrit et corrige, mais il démembre, fragmente certains ensembles : de sa Préface de 1876 au Vathek de Beckford, il publie deux extraits séparés. Si le portrait de Beckford trouve sa place logique dans la section des « Médaillons », l'autre extrait, le « Morceau pour résumer Vathek » fait un curieux effet, rien ne venant le présenter ou signaler au lecteur de quoi il s'agit.

La difficulté de lecture de Divagations tient alors moins à la complexité du style de l'auteur qu'à la construction proposée, à la problématique unité du tout. De quoi s'agit-il exactement ? Entre poésie et critique, le volume met constamment à l'épreuve la question du genre, Pourtant, la première partie est sans mystère de ce point de vue : « Anecdotes ou poèmes », « Quelques médaillons et portraits en pied » ou « Crayonné au théâtre », autant de titres qui renvoient à des formes connues et même conventionnelles : poème en prose, souvenirs sur des maîtres ou amis, critique de théâtre. Les treize poèmes en prose constituent les pages les plus anciennes du volume, (certains remontent à 1864) et mettent en scène la place problématique de l'art dans le monde moderne. Suivent les « Médaillons », série d'hommages : Manet, Whistler, Villiers de l'Isle-Adam ou Rimbaud – ainsi que le grand essai sur Richard Wagner, tous artistes le plus souvent en conflit avec la société. « Crayonné au théâtre », enfin, reprend les chroniques publiées en 1886-1887 : rêveries sur un désir de spectacles tels que les « vrais » théâtres ne savent plus les montrer. Mallarmé les recherche alors dans des formes marginales – ballet de music-hall, pantomime, mélodrame –, qui ouvrent comme par surprise l'espace d'un nouveau théâtre possible. Cette enquête critique par défaut apporta à la jeune génération symboliste les indispensables orientations d'un renouveau.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

<em>Stéphane Mallarmé</em>, É. Manet

Stéphane Mallarmé, É. Manet

Autres références

  • L'ACTION RESTREINTE. L'ART MODERNE SELON MALLARMÉ (exposition)

    • Écrit par Yves MICHAUD
    • 1 133 mots

    L'art de l'âge moderne avait fini par être écrasé sous sa propre vulgate. L'expositionL'Action restreinte. L'art moderne selon Mallarmé, au musée des Beaux-Arts de Nantes du 9 avril au 3 juillet 2005 (catalogue de Jean-François Chevrier, Musée des Beaux-Arts de Nantes-Hazan,...

  • MALLARMÉ STÉPHANE (1842-1898)

    • Écrit par Jean-Louis BACKES
    • 5 997 mots
    • 2 médias
    ...les revues du mouvement, se détachent impérieusement, difficiles et superbes, les poèmes en prose que publia Mallarmé sous le modeste nom d'articles. La continuité est en effet visible entre les poèmes en prose écrits à Tournon, les traductions, en prose, des poèmes de Poe, et les Divagations publiées...