DIPNEUSTES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Dipneustes

Dipneustes
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Neoceratodus (nageoire pectorale)

Neoceratodus (nageoire pectorale)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Neoceratodus (cavité buccale)

Neoceratodus (cavité buccale)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Protopterus (larve)

Protopterus (larve)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin


Place des dipneustes dans l'évolution des vertébrés

Les plus anciens dipneustes connus ont été découverts dans le Dévonien inférieur (410 millions d'années) du Yunnan (Chine) et conservent encore un grand nombre de caractères primitifs permettant de les enraciner dans – ou à proximité – des porolépiformes. Dès le Dévonien moyen, on connaît des dipneustes typiques, mais plus ossifiés que les formes mésozoïques et actuelles. C'est au Carbonifère que les dipneustes quittent les eaux marines pour se confiner dans les eaux douces, bien que, peut-être, certaines formes restent ubiquistes jusqu'au Jurassique. Une révision des dipneustes post-dévoniens a montré que Neoceratodus a eu une distribution très vaste (Australie, Afrique, Amérique du Sud) au Crétacé, tandis que les lépidosirénidés (Protopterus, Lepidosiren) ont toujours été confinés à l'ensemble Afrique-Amérique du Sud.

Lors de leur découverte, au xixe siècle, tous les dipneustes avaient été classés parmi les amphibiens et, jusqu'en 1942, il y avait un consensus pour les considérer comme les plus proches parents actuels des tétrapodes. C'est Jarvik qui, en 1942, remit en question les ressemblances entre dipneustes et tétrapodes (notamment en ce qui concerne les narines internes ou choanes) et, plus tard, classa même les dipneustes parmi les « plagiostomes » en les rapprochant des holocéphales. Cependant, la possession des choanes par les deux groupes est certainement due à une convergence : Diabolepis, un dipneuste du Dévonien inférieur de Chine, avait encore des narines postérieures externes (sur le bord de la bouche). De la même manière, les formes les plus primitives de la lignée tétrapodomorphe, conduisant aux tétrapodes, tel Kenichthys, du Dévonien inférieur de Chine, possèdent une narine postérieure située juste sur le bord de la mâchoire supérieure [cf. tétrapodomorphes] ; les choanes des dipneustes et celles des tétrapodes seraient donc apparues indépendamment bien qu'il soit vraise [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  DIPNEUSTES  » est également traité dans :

CROSSOPTÉRYGIENS

  • Écrit par 
  • Philippe JANVIER
  •  • 541 mots

Le nom « crossoptérygidés » ( Crossopterygidae ) a été créé par le paléontologue britannique Thomas Henry Huxley (1825-1895) en 1861, pour désigner un ensemble de poissons comprenant les polyptères actuels ( Polypterus ) et divers poissons fossiles du Paléozoïque (ère primaire), dont des actinoptérygiens primitifs, des actinistiens, des dipneustes primi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/crossopterygiens/#i_16514

SARCOPTÉRYGIENS

  • Écrit par 
  • Philippe JANVIER
  •  • 3 887 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Phylogénie »  : […] Les relations de parenté entre les divers groupes de sarcoptérygiens actuels et fossiles sont toujours l'objet d'importantes recherches, car elles conditionnent l'étude de l'émergence des tétrapodes et de l'adaptation des vertébrés à la vie en milieu terrestre. Au début du xix e  siècle, les premières hypothèses scientifiques sur l'homologie des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sarcopterygiens/#i_16514

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre CLAIRAMBAULT, Philippe JANVIER, « DIPNEUSTES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/dipneustes/