DIOLA ou JOLA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Sur les deux rives de la Casamance, au sud du Sénégal, entre la Gambie et la Guinée-Bissau, se trouvent des populations que l'on regroupe sous le terme de Diola (ou Jola). Au nombre de 900 000 environ au début du xxie siècle, les Diola constituent une des populations les plus jalouses de leur individualité que l'on rencontre au Sénégal, dont ils constituent 8 p. 100 de la population ; ils représentent l'un des trois rameaux mandingues.

L'organisation politique des Diola comporte une chefferie nobiliaire qui n'a plus guère que des fonctions religieuses, des conseils d'anciens qui règlent les litiges locaux et des chefs de village ou de cantons choisis par l'administration et qui ont surtout pour charge de collecter l'impôt. Mais le pouvoir réel est détenu par des sociétés secrètes, liées aux pratiques animistes. Une partie de la population adhère cependant à l'islam ou au christianisme.

Les Diola ont aussi une structure économique et agraire puissante. Les biens sont morcelés, mais le patriarche gère la propriété collective. Chaque famille possède ses parcelles de terre ou lougan, mais le défrichement reste une activité communautaire. Le Diola présente une alliance étonnante d'individualisme et de solidarité. C'est un cultivateur de qualité, pratiquant aussi bien la sylviculture que l'horticulture et l'agriculture, et aussi l'élevage et la pêche. Le riz est la culture dominante, mais elle n'éclipse pas une polyculture très diversifiée (manioc, igname, patate douce, oseille, gombo, haricot, mil, sorgho, arachide).

La société diola, quoique encore solide, subit de multiples attaques qui tendent à la désagréger : diffusion de l'islam qui refoule les cultes animistes ; attrait de la ville où s'affaiblissent les liens familiaux ; présence croissante d'ethnies différentes (Ouolof et Sérère, Peul et Mandingue) qui apportent une culture teintée d'islam.

—  Alfred FIERRO

Écrit par :

  • : archiviste-paléographe, conservateur à la Bibliothèque nationale

Classification


Autres références

«  DIOLA ou JOLA  » est également traité dans :

AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Langues

  • Écrit par 
  • Emilio BONVINI, 
  • Maurice HOUIS
  •  • 8 269 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le groupe atlantique occidental »  : […] Il rassemble toutes les langues de l'extrême Ouest africain : au Sénégal, le wolof, les parlers sérer, le diola et toutes les langues des minorités de Guinée-Bissau, de Guinée et Sierra Leone . Tous les auteurs sont d'accord pour y joindre le peul. À vrai dire, ce groupe est plutôt géographique que génétique. Aucune étude d'ensemble n'a été entreprise ; seuls le badiaranké, le bedik, le diola, le […] Lire la suite

CASAMANCE

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 423 mots

La Casamance est une région du Sénégal qui entoure le fleuve éponyme entre l'enclave de la Gambie, au nord, et la frontière de la Guinée-Bissau, au sud. Le climat y est humide, avec d'abondantes précipitations au sud. Le cours inférieur du fleuve Casamance forme un estuaire à la végétation luxuriante, où prédominent les mangroves, les palmiers à huile et les raphias. Le riz, le coton et le maïs […] Lire la suite

SÉNÉGAL

  • Écrit par 
  • François BOST, 
  • Vincent FOUCHER
  •  • 10 065 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Abdou Diouf : la crise continue »  : […] La prise de pouvoir de Diouf ne se fait pas sans mal : jeune technocrate sans base au sein du P.S., il va devoir faire face à l'opposition de ses aînés, les « barons » du parti. Il s'assure d'abord du retrait définitif de Senghor, qui envisageait de rester à la tête du P.S., puis autorise le multipartisme et la liberté de la presse. Si le P.D.S. remporte quelques succès, liés en partie au charisme […] Lire la suite

Pour citer l’article

Alfred FIERRO, « DIOLA ou JOLA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/diola-jola/