DINNĀGA ou DIGNĀGA (VIe s.)

L'un des maîtres les plus importants de la logique bouddhique vivant au vie siècle. Dinnāga (on écrit aussi Dignāga) appartenait à l'école illustrée par Vasubhandu (de peu son aîné), qui tenait que les prétendues réalités du monde phénoménal ne sont, en fait, que des représentations (vijñāna) vides de substance (doctrine de la « vacuité » : śūnyatā). Du point de vue logique, si les représentations sont vides de substrat objectif, le jugement ne peut s'appuyer que sur la simple constatation et sur l'inférence (à la différence des logiciens hindous du nyāya qui croient à l'objectivité des représentations). Malgré la grande considération dont elle fut l'objet, même de la part de ses adversaires brahmaniques, l'œuvre de Dinnāga n'existe plus en sanskrit. Il ne subsiste qu'une traduction tibétaine de l'un de ses ouvrages.

—  Jean VARENNE

Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur à l'université de Lyon-III

Classification


Autres références

«  DINNAGA ou DIGNAGA ( VI e s.)  » est également traité dans :

BOUDDHISME (Histoire) - Littératures et écoles bouddhiques

  • Écrit par 
  • André BAREAU
  •  • 6 022 mots

Dans le chapitre « Les traités du Mahāyāna »  : […] L'ouvrage fondamental de Nāgārjuna est le Madhyamaka - śāstra , « Traité du Madhyamaka », exposé en vers, bref mais complet, de la doctrine du grand penseur. Il nous est parvenu en sanskrit et en traduction chinoise et tibétaine, alors que le court commentaire qu'en avait rédigé Nāgārjuna lui-même, intitulé Akutobhayā , n'existe plu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bouddhisme-histoire-litteratures-et-ecoles-bouddhiques/#i_27045

BOUDDHISME (Les grandes traditions) - Bouddhisme indien

  • Écrit par 
  • Jean FILLIOZAT, 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT
  •  • 10 625 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « École de logique bouddhique »  : […] À la dialectique élaborée chez les Mādhyamika s'est adjointe une active spéculation de logique positive, parallèle à celle des milieux brahmaniques. Avec Dignāga, cette logique bouddhique s'est constituée en science autonome. Dignāga étudie spécialement la connaissance et discute ses modes. Vijñānavādin, il soutient que l'objet de la connaissance est intérieur, aucun objet extérieur n'existant. I […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bouddhisme-les-grandes-traditions-bouddhisme-indien/#i_27045

LOGIQUE INDIENNE

  • Écrit par 
  • Kuno LORENZ
  •  • 6 603 mots

Dans le chapitre « Théorie de l'argumentation : essais de formalisation »  : […] Au moyen d'une liste de neuf rubriques, intitulée « hetucakra » (roue de raisons), qui figure dans son Hetucakraḍamaru , Dignāga a pu donner un relevé complet des arguments valides ; cette validité repose sur les relations qui peuvent exister entre le signe h , les exemples s qui sont les lieux où se manifeste le sādhya (lieux tels […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/logique-indienne/#i_27045

VAJRAYĀNA

  • Écrit par 
  • Corrado PENSA
  •  • 2 569 mots

Dans le chapitre « Mahāyāna et tantrisme »  : […] Pour se faire une idée de l'organisation doctrinale du Vajrayāna, il faut se reporter aux ultimes développements du Mahāyāna, dont les deux écoles centrales sont celle du Mādhyamika et celle du Yogācāra. La première insiste principalement sur la non-substantialité ( śūnyatā ) non seulement d'un principe individuel permanent ( ātman ), comme faisait déjà […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vajrayana/#i_27045

Pour citer l’article

Jean VARENNE, « DINNĀGA ou DIGNĀGA (VIe s.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/dinnaga-dignaga/