DIDASKALEION D'ALEXANDRIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Quand on parle d'école d'Alexandrie (en grec, didaskaleion), il faut distinguer entre deux réalités : les tendances générales communes à l'ensemble des théologiens alexandrins de Philon à Cyrille d'Alexandrie et l'institution scolaire concrète du iiie siècle évoquée par Eusèbe de Césarée dans son Histoire ecclésiastique.

L'existence de cette institution, ou du moins son importance, est aujourd'hui remise en question par certains historiens (P. Nautin et, déjà, G. Bardy), qui pensent qu'Eusèbe a mal interprété ses sources documentaires quand il a parlé d'une tradition scolaire officielle remontant dans le passé au-delà de Clément d'Alexandrie et de Pantène (Histoire ecclésiastique, VI, vi) pour se poursuivre jusqu'au début du ive siècle (VI, x, 1). Par conséquent, si l'on élimine les noms de Pantène, de Clément et, plus tard, de Didyme, qui n'ont apparemment enseigné qu'à titre privé, il reste à examiner l'enseignement d'Origène à Alexandrie.

Eusèbe parle, en effet, d'une « école de catéchèse » dirigée successivement par Origène, Héraclas, Denys, puis, plus tard, par Achillas (Philippe de Side a donné une liste plus développée des directeurs de cette école jusqu'au ve siècle, mais on pense aujourd'hui que cette liste ne repose pas sur des fondements sérieux et qu'elle entend seulement rattacher Side à la lignée des théologiens alexandrins). À l'époque de la persécution, Origène semble s'être chargé spontanément de l'enseignement de la foi (VI, iii, 1) ; mais, s'il faut en croire Eusèbe, il se serait agi d'une fonction ecclésiastique permanente confiée par l'évêque (VI, iii, 8).

Comme Eusèbe laisse entendre également qu'à une certaine époque de sa vie, après son voyage à Rome (VI, xiv, 10), Origène s'est vu contraint de dédoubler le groupe de ses étudiants devenus trop nombreux, et par là même de confier l'enseignement élémentaire à Héraclas, tandis qu'il se réservait l'instruction des élèves plus avancés (VI, xv), certains historiens ont supposé qu'Origène avait développé un secteur supérieur qui n'aurait cependant pas survécu à son départ pour Césarée (VI, xxvi). On voit, en effet, Origène se tourner vers la philosophie à un moment donné (VI, xix, 12) et enseigner les disciplines philosophiques et encyclopédiques comme préparation à l'étude des lettres sacrées (VI, xviii, 3). Son activité d'enseignement à Césarée (VI, xxvii) semble également déborder la simple catéchèse et inclure un cycle complet de formation, comme l'atteste le Discours de remerciement à Origène de son élève Grégoire.

—  Richard GOULET

Écrit par :

  • : docteur de troisième cycle, chargé de recherche au C.N.R.S.

Classification


Autres références

«  DIDASKALEION D'ALEXANDRIE  » est également traité dans :

ALEXANDRIE ÉCOLE PHILOSOPHIQUE D'

  • Écrit par 
  • Jean PÉPIN
  •  • 2 184 mots

Dans le chapitre « Le didaskaleion chrétien d'Alexandrie »  : […] L'influence de Philon se fit puissamment sentir dans l'école théologique que les évêques d'Alexandrie instituèrent en leur cité à la fin du ii e  siècle. Le premier maître en fut Pantène, vers 180 ; ses deux successeurs surtout sont illustres : Clément d'Alexandrie et Origène. L'un et l'autre sont, avant tout, des théologiens et des spirituels ; […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-philosophique-d-alexandrie/#i_8194

Pour citer l’article

Richard GOULET, « DIDASKALEION D'ALEXANDRIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/didaskaleion-d-alexandrie/