DIAPASON

La transition

Alors que jusqu'au xviiie siècle l'usage des syllabes resta totalement indépendant de la hauteur réelle, par celui des « clefs », c'est-à-dire des touches du clavier (et par analogie de l'accord ou des doigtés des autres instruments), on semble avoir recherché à partir du début du xviie siècle, non pas encore une hauteur réelle définie, mais du moins une certaine zone commune de tessiture. Cela se fit progressivement et a laissé des traces néfastes jusque dans nos usages actuels. Pour certains instruments, principalement à vent, on prit l'habitude d'appeler do, quelle qu'en soit la fréquence, la note de base servant à leurs doigtés, de sorte qu'une même note était par exemple appelée do pour un hautbois et fa pour un cor anglais, ou encore do pour une trompette et pour une autre. Cette sottise est encore en vigueur ; on s'est borné à la formuler différemment en disant qu'en ce cas la trompette « est en  » et qu'elle « transpose », ce qui n'était pas du tout la notion ancienne.

La multiplication des instruments à clavier d'une part, des « bandes » ou orchestres réguliers d'autre part, obligea à convenir d'un mode d'accord, amorce du futur diapason. Les « clefs » alphabétiques commençant par la lettre A (la), on convint généralement de prendre le la comme référence, mais on ne disposait d'aucun moyen de le codifier objectivement. C'est pourquoi l'usage commun établi par convention tacite ne fut pas celui d'une hauteur définie mais d'une zone commune plus ou moins large dans laquelle se situait le son de référence, le la (A) de l'octave moyenne, qu'on appellera plus tard le la 3.

Ainsi s'explique le paradoxe de deux données apparemment contradictoires : d'une part, que l'on puisse avec raison parler de l'« évolution du diapason » du xviie siècle à nos jours, en y relevant un phénomène aussi constant que sa « montée » progressive ; d'autre part, que l'on puisse avec tout autant de raison observer que, jusqu'au milieu du xixe siècle, il n'y avait pas deux diapasons identiques, le la variant non seulement d'un pays ou d'une ville à l'autre, mais encore, dans la même ville, d'une formation à une autre. C'est ainsi qu'à Versailles, au xviiie siècle, nous savons par un diapason conservé, à double graduation, qu'il y avait environ un demi-ton d'écart entre le « ton de la chapelle » (le plus haut) et le « ton de l'opéra ».

[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

  • : ancien directeur de l'Institut de musicologie de l'université de Paris

Classification


Autres références

«  DIAPASON  » est également traité dans :

HORLOGERIE

  • Écrit par 
  • Claude ATTINGER, 
  • André BEYNER
  •  • 7 805 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Historique »  : […] B.I.H.) a confirmé dès 1933 l'existence de variations saisonnières et séculaires dans la rotation de la Terre. En 1941, par exemple, l'amplitude de la variation saisonnière a dépassé 4 millisecondes (amplitude de la moyenne mensuelle des écarts). C'est une précision tout à fait insuffisante pour les besoins de la science moderne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/horlogerie/#i_9848

MUSICALES (TRADITIONS) - Musiques d'inspiration chinoise

  • Écrit par 
  • TRAN VAN KHÊ
  •  • 8 749 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « La hauteur absolue et le diapason »  : […] Plusieurs musiciens orientaux croient qu'il est de bon ton d'accorder leurs instruments d'après le diapason occidental et certains avouent avec gêne qu'en Extrême-Orient il n'existe pas de diapason. Ils confondent le diapason avec la notion de hauteur absolue […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/musicales-traditions-musiques-d-inspiration-chinoise/#i_9848

SARTI GIUSEPPE (1729-1802)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 472 mots

la chapelle impériale et du théâtre de la cour à Saint-Pétersbourg. Pendant son séjour en Russie, de 1784 à 1802, Sarti fonde un conservatoire de musique, mène des recherches sur l'acoustique et invente en 1796 un appareil permettant de mesurer la fréquence du la de l'orchestre de Saint-Pétersbourg afin d'en fixer le diapason. L'Académie des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/giuseppe-sarti/#i_9848

Pour citer l’article

Jacques CHAILLEY, « DIAPASON », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/diapason/