DIAPASON

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La double nomenclature

Lorsque, au xie siècle, Gui d'Arezzo inventa les syllabes ut, ré, mi, etc., ce ne fut pas pour remplacer les noms alphabétiques des notes A, B, C, etc., qui existaient depuis deux siècles environ, mais bien pour les compléter selon des conventions très différentes de l'emploi actuel des mêmes syllabes. Celles-ci avaient pour objet de suggérer les intervalles en les dissociant des touches du clavier qui les produisait. Les lettres – qu'on appela justement claves (clefs) – désignaient la touche du clavier ; les syllabes s'y ajoutaient de façon variable selon le déroulement de la mélodie. On solfiait selon les syllabes – donc en hauteur rigoureusement relative, la même touche C pouvant s'appeler selon les cas ut, fa ou sol ; on touchait le clavier selon les lettres, le C restant toujours la « clef » de notre do actuel. Cela ne signifiait pas « hauteur absolue » car la valeur en fréquence de ce C restait indéterminée, mais c'était toujours la touche C, qu'on la solfiât ut, fa ou sol. On passait constamment, en cours de lecture, d'un groupe de syllabes à un autre par un procédé qu'on appelait muance ou mutation. Ce procédé, fort compliqué, disparut au xviiie siècle, et on fixa une fois pour toutes la correspondance entre syllabes et « clefs ». Mais alors se produisit un malentendu qui n'est pas encore dissipé. On pensa que lettres et syllabes se doublaient inutilement et qu'il suffisait de choisir l'un ou l'autre : les Anglo-Saxons choisirent les lettres, les Latins préférèrent les syllabes. Mais ce faisant, ces derniers donnèrent aux syllabes la valeur qu'avaient précédemment les lettres : ils leur firent désigner une fois pour toutes les touches correspondant à l'ancien « heptacorde naturel » : C = do, D = , etc. Comme, après 1859, la hauteur absolue des touches se vit normalisée par l'invention du diapason fixe, il en résulta que les syllabes prirent à leur tour, aux yeux de la plupart des musiciens, un sens de hauteur absolue qu'elles n'avaient nullement auparavant, et qu'il ne resta plus aucun moyen d [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : ancien directeur de l'Institut de musicologie de l'université de Paris

Classification


Autres références

«  DIAPASON  » est également traité dans :

HORLOGERIE

  • Écrit par 
  • Claude ATTINGER, 
  • André BEYNER
  •  • 7 799 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Historique »  : […] L' électricité d'abord, l' électronique ensuite ont joué, dès leur apparition, un rôle déterminant dans la mesure du temps : en chronométrie de haute précision comme en horlogerie courante. L'électronique, en particulier, a permis d'accéder aux fréquences très élevées et très stables liées aux transitions des niveaux d'énergie d'atomes et de molécules. On a construit ainsi des garde-temps et des g […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/horlogerie/#i_9848

MUSICALES (TRADITIONS) - Musiques d'inspiration chinoise

  • Écrit par 
  • TRAN VAN KHÊ
  •  • 8 745 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « La hauteur absolue et le diapason »  : […] Plusieurs musiciens orientaux croient qu'il est de bon ton d'accorder leurs instruments d'après le diapason occidental et certains avouent avec gêne qu'en Extrême-Orient il n'existe pas de diapason. Ils confondent le diapason avec la notion de hauteur absolue. Jacques Chailley, dans son cours Formation et transformations du langage musical (Sorbonne, 1954) et dans son ouvrage La Musique et le si […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/musicales-traditions-musiques-d-inspiration-chinoise/#i_9848

SARTI GIUSEPPE (1729-1802)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 472 mots

Le compositeur italien Giuseppe Sarti a signé quelque soixante-dix ouvrages lyriques, des pièces de musique instrumentale et des œuvres sacrées. Musicien cosmopolite, il a exercé une profonde influence sur la vie musicale du Danemark et de la Russie. Baptisé le 1 er  décembre 1729 à Faenza, près de Ravenne, dans les États pontificaux, Giuseppe Sarti (surnommé « Il Domenichino ») étudie très jeune […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/giuseppe-sarti/#i_9848

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques CHAILLEY, « DIAPASON », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/diapason/