DÉVELOPPEMENT DU RAISONNEMENT

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les approches modernes et les capacités du jeune enfant

Les travaux des psychologues à partir des années 1970 du siècle dernier remettront doublement en cause cette conception. Il apparaîtra, d’une part, que les capacités des jeunes enfants d’âge préscolaire sont nettement supérieures à ce que supposait Piaget et que, d’autre part, la pensée adulte est beaucoup moins logique et rationnelle qu’on ne l’avait toujours supposé. Ainsi, la compréhension des relations causales et des principes qui les fondent serait-elle à la disposition des enfants de quatre ou cinq ans, de même que des formes de raisonnement que Piaget réservait à l’adolescent et à l’adulte comme le raisonnement par analogie. Même dans le domaine du raisonnement déductif, on observera chez les jeunes enfants des capacités à produire des inférences correctes, à résoudre des syllogismes, ou encore à conduire des raisonnements contrefactuels pour peu que ceux-ci soient introduits par le biais de scénarii de fantaisie aidant l’enfant à tenir à l’écart ses connaissances du monde (par ex., à partir des prémisses « tous les poissons vivent dans les arbres ; Tot est un poisson » évaluer la conclusion « Tot vit dans un arbre »). Pour rendre compte de ces capacités précoces, certains auteurs comme Martin Braine ont supposé l’existence, chez les êtres humains, d’une logique mentale composée de schémas d’inférences s’appliquant à la forme syntaxique des énoncés et permettant d’en déduire des conclusions (par ex., lorsqu’on dispose d’informations de la forme « a est vrai ou b est vrai », et « b est faux », une règle produirait une conclusion de la forme « a est vrai »). Ces règles, innées pour la plupart, constitueraient une logique élémentaire guidant les raisonnements des enfants dès leur plus jeune âge. D’autres, comme Patricia Cheng et Keith Holyoak, ont supposé que ces règles étaient non pas innées mais abstraites à partir de situations sociales auxquelles l’enfant se trouve confronté de manière répétée, telles que les situations de permission ou d’obligation (« si tu ve [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  DÉVELOPPEMENT DU RAISONNEMENT  » est également traité dans :

RAISONNEMENT

  • Écrit par 
  • Robert BLANCHÉ
  •  • 5 005 mots

Le mot de raisonnement est ambigu. On ne dispose pas, pour ce qu'il recouvre, de deux vocables, comme c'est le cas pour le concept et le terme qui le désigne, pour le jugement et la proposition qui l'exprime. Un raisonnement, c'est d'abord une certaine activité de l'esprit, une opération discursive par laquelle on pas […] Lire la suite

RAISONNEMENT CHEZ L'ADULTE, psychologie

  • Écrit par 
  • Jean-François BONNEFON
  •  • 1 160 mots

Le raisonnement est l'ensemble des opérations mentales qui nous permettent de distinguer le vrai du faux. On raisonne quand on s'efforce de juger si un énoncé est vrai (ou probablement vrai). On raisonne aussi quand on cherche à former une nouvelle conclusion à partir des informations à notre disposition. Le raisonnement peut prendre des formes très dif […] Lire la suite

PETITE ENFANCE ET DÉBUTS DE LA PENSÉE

  • Écrit par 
  • Roger LÉCUYER
  •  • 1 345 mots

En 1911, le médecin pédiatre René Cruchet affirmait qu’à la naissance l'enfant n'est qu'un réflexe. Il affirmait même qu'« il n'y a aucune différence de comportement entre un nouveau-né qui a un cerveau et un qui n'en a pas »… […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre BARROUILLET, « DÉVELOPPEMENT DU RAISONNEMENT », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/developpement-du-raisonnement/