SATIRIQUE DESSIN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Des typologies agressives et leur critique

L'opposition entre satire politique et critique des mœurs est courante. En 1865, Jules Vallès déclare préférer les œuvres dans lesquelles Daumier attaque les mœurs plutôt que celles qui atteignent « seulement les gouvernements ». La satire devient éthique. Elle se veut miroir des mœurs du temps, et J. Grand-Carteret peut, à travers elle, décrire vie quotidienne, coutumes et modes de chaque époque.

Des typologies plastiques sont instituées, d'autant plus célèbres qu'elles correspondent aux préjugés communs à une partie de la population. Dans certains cas, elles peuvent constituer un appui à une politique gouvernementale.

Les dessins racistes ou xénophobes utilisent souvent de prétendues caractéristiques physiques. L'Allemagne hitlérienne multiplie les charges antisémites. Pendant la guerre de 1914-1918, la presse française conçoit de scandaleux dessins « anti-boches ». Dans une curieuse et discutable bande dessinée, Les Russes, Gustave Doré montre la Russie comme un mélange de cruauté, de sottise, de vices et de volonté de conquête. La description d'un peuple n'est pas nécessairement aussi injuste. La vision de l'Allemagne par Ronald Searle allie férocité et tendresse...

Perverse, écrasée, enfermée dans ses préjugés, les écartant d'un geste impudique, géante écrasant l'homme petit, objet manipulé, cloaque fangeux, cathédrale inaccessible, vieille sorcière, ingénue libertine (R. Searle, Cabu), prostituée hargneuse ou satisfaite, la femme est l'un des centres du dessin satirique. Toutes les métaphores du désir et de la crainte se donnent une figuration. J. I.  Grandville montre une femme sans tête ; une autre sort une langue de vipère. Les mots sont pris, « à la lettre » et mis en images : un cœur de pierre, une tête de linotte... Les préjugés, les angoisses trouvent figure. La femme cesse d'être un inquiétant mystère pour être livrée au rire. Toutes les misogynies simplificatrices peuvent s'étudier à travers les critiques de la mode et les mises en scène de la femme.

Les métiers constituent un autre lieu d'exploration. Pour le dessin satirique, il y a des gestes, des physionomies, des corps propres à chaque profession. Les avocats, les médecins, les militaires, les religieux sont privilégiés par les dessinateurs. Le jeu consiste à faire éclater les contradictions : entre l'apparence et la réalité ; entre un savoir affirmé et une ignorance de charlatan ; entre la vertu affichée et les vices ; entre la défense de la vie et une complicité cachée avec la mort. Mais, en même temps qu'il classe les hommes et moralise, le dessin satirique établit la critique des classifications, des hiérarchies morales. La tromperie, la sottise sont universelles. Grandville (Un autre monde, 1844) inscrit, dans les scènes qu'il impose, une philosophie du masque et de l'inexistence de l'homme. Celui-ci n'échappe à la bestialité que pour devenir une machine automatique. Il est si trompeur que « le masque lui a été donné pour faire connaître sa pensée » ; que les rapports (habituellement affirmés) entre apparence et réalité sont perturbés, faussés. Entre l'animalité de ses pulsions et les mécanismes de sa fonction, il n' a qu'un choix fallacieux. Pantin à ressorts ou brute aveugle. Ou encore vide radical : les vêtements sans corps s'animent. Un dessin de la cruauté s'instaure ainsi. Avant de se suicider, le dessinateur Chaval déclare : « Si mes dessins sont meilleurs que les autres, c'est qu'ils vont jusqu'au bout parce que j'y vais moi-même, et que je me détruis aussi. » La complicité avec la mort n'est plus alors rejetée sur le soldat qui torture, sur le médecin qui empoisonne. Le désir de mort se situe là même où se dessine le dérisoire de la vie, où s'impose la trivialité. Chez Chaval, lorsqu'Edison « découvre le phonographe », il soulève un linge qui couvrait l'appareil. Pour lui, oiseaux et hommes sont des « cons », égoïstes et obtus. Il montre comment, perdu dans le désert, un explorateur recueille soigneusement sa sueur dans un verre et la boit. Pour un certain nombre de dessinateurs actuels, l'homme n'a pas à être classé, hiérarchisé. Il n'est même pas méchant. Seulement banal et ennuyeux. Un recueil féroce de Reiser s'intitule : Ils sont moches.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : professeur émérite de philosophie de l'art à l'université Paris-I-Panthéon-Sorbonne, critique d'art, écrivain

Classification

Autres références

«  SATIRIQUE DESSIN  » est également traité dans :

ASSIETTE AU BEURRE L' (1901-1914)

  • Écrit par 
  • Marc THIVOLET
  •  • 712 mots

Hebdomadaire de seize pages environ, tiré en couleurs, L'Assiette au beurre est l'aboutissement de la caricature sociale et de mœurs telle que Le Rire , Le Courrier français et Le Chambard socialiste l'ont approfondie et développée. La tendance anarchisante des créateurs de ce journal donne à la charge graphique un caractère extrêmement virulent. Chaque numéro est consacré à un thème précis et […] Lire la suite

BOSC (1924-1973)

  • Écrit par 
  • Marc THIVOLET
  •  • 375 mots

Comme Sempé, le Français Bosc appartient à cette génération de dessinateurs humoristes qui mettent en lumière le lien organique existant entre l'individu et la foule. Ils s'ingénient à mettre fin à un mythe, celui de l'individualisme. Le jeu graphique de Bosc va du plan d'ensemble au portrait de l'individu isolé perçu en tant qu'animal social. Pour Bosc, le comportement d'un homme pris isolément r […] Lire la suite

CABU JEAN CABUT dit (1938-2015)

  • Écrit par 
  • Nelly FEUERHAHN
  •  • 1 830 mots
  •  • 1 média

Le goût et le talent du dessin se sont manifestés très tôt chez Jean Cabut , né le 13 janvier 1938 à Châlons-sur-Marne (Châlons-en-Champagne auj.). Son père, Marcel Cabut, peintre amateur, était professeur à l’École nationale supérieure des arts et métiers de cette ville. À dix ans, le jeune garçon recopie les dessins de Dubout dont il restera un fervent admirateur. Deux ans plus tard, lauréat d’u […] Lire la suite

CARICATURE

  • Écrit par 
  • Marc THIVOLET
  •  • 8 338 mots
  •  • 9 médias

La caricature (de l'italien caricare , charger) est l'expression la plus évidente de la satire dans le graphisme, la peinture et même la statuaire. Elle fut longtemps confondue avec les manifestations du grotesque, mais depuis la fin des années 1950 on a cherché à préciser son domaine. Dans la caricature, il convient de distinguer le portrait en charge, qui utilise la déformation physique comme mé […] Lire la suite

CHAM AMÉDÉE DE NOÉ dit (1819-1879)

  • Écrit par 
  • Bernard PUIG CASTAING
  •  • 478 mots

Tout semblait devoir contrarier la carrière à succès qui fut celle du satiriste Amédée de Noé, dit Cham : son père, le comte Louis de Noé, était pair de France, et Amédée avait des dispositions pour les mathématiques qui permettaient tous les espoirs. Le destin voulut qu'il échouât au concours d'entrée à Polytechnique, pour avoir, disait-il, laissé circuler une caricature de son examinateur. Après […] Lire la suite

CHARB STÉPHANE CHARBONNIER dit (1967-2015)

  • Écrit par 
  • Yves FRÉMION
  •  • 719 mots
  •  • 1 média

Directeur de Charlie Hebdo , Charb fut la première cible des tueurs du 7 janvier 2015 . À quarante-sept ans, il était depuis des années le principal auteur des textes et dessins du journal qui étaient dirigés contre les terroristes islamistes. Né Stéphane Charbonnier le 21 août 1967 à Conflans-Sainte-Honorine, il passe son enfance à Pontoise. Ses études ne sont « ni ennuyeuses ni exaltantes », dir […] Lire la suite

CHARLIE HEBDO

  • Écrit par 
  • Yves FRÉMION
  •  • 1 003 mots
  •  • 4 médias

Le journal Charlie Hebdo est né de l’interdiction de la publication de Hara-Kiri Hebdo en 1970. À la suite des événements de Mai-68, le monde du dessin de presse subit un changement radical. Le dessin d'humour était jusqu’à lors dominé par des publications familiales, à l'esprit conservateur, auquel, malgré leur talent, les dessinateurs devaient se conformer. Après Mai-68, cet humour va être ba […] Lire la suite

CHAVAL (1915-1968)

  • Écrit par 
  • Marc THIVOLET
  •  • 423 mots

L'œuvre du Français Chaval, de son vrai nom Yvan Le Louarn, s'inscrit dans la tradition du dessin d'humour ; mais l'artiste a porté cette tradition bien au-delà de ce qu'ont réalisé ses prédécesseurs. « Si mes dessins sont meilleurs que les autres, a-t-il déclaré, c'est qu'ils vont jusqu'au bout. Mais ils vont jusqu'au bout parce que j'y vais moi-même, et que je me détruis aussi. » (Le dessinateur […] Lire la suite

CRUIKSHANK GEORGE (1792-1878)

  • Écrit par 
  • Marc THIVOLET
  •  • 671 mots

Fils et frère d'artistes qui ont consacré une part non négligeable de leur activité à la caricature, George Cruikshank clôt la grande période de la caricature anglaise qui débuta avec Hogarth et se poursuivit avec Gillray et Rowlandson. Hogarth avait créé la caricature de mœurs, Gillray s'était particulièrement distingué dans la caricature politique, Rowlandson avait oscillé entre les deux express […] Lire la suite

DAUMIER HONORÉ (1808-1879)

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 2 960 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La scène politique »  : […] La réputation de Daumier va se jouer entre les deux mouvements populaires de 1830 et de 1848. Stimulé, en effet, par le choc des Trois Glorieuses, auxquelles l'artiste participe aux côtés de ses bouillants amis, et par l'effervescence politique et sociale qui caractérise ensuite le règne du « roi bourgeois », le prodigieux talent de Daumier pour la satire et la caricature éclate alors au grand jou […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Gilbert LASCAULT, « SATIRIQUE DESSIN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/dessin-satirique/