CABU JEAN CABUT dit (1938-2015)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le goût et le talent du dessin se sont manifestés très tôt chez Jean Cabut, né le 13 janvier 1938 à Châlons-sur-Marne (Châlons-en-Champagne auj.). Son père, Marcel Cabut, peintre amateur, était professeur à l’École nationale supérieure des arts et métiers de cette ville. À dix ans, le jeune garçon recopie les dessins de Dubout dont il restera un fervent admirateur. Deux ans plus tard, lauréat d’un concours de dessin dans l’hebdomadaire catholique Cœurs Vaillants, il gagne un vélo qui lui sera remis au Vel’ d’Hiv’ à Paris. Encouragé par ce premier succès, il dessine avec passion et, dès le lycée, signe « J. K-Bu » ses premiers croquis dans Le Petit Fum's, un journal satirique qu’il a créé en réaction à l’appellation de « fumistes » donnée aux élèves des sections classiques par ceux des sections techniques, dont les horaires étaient plus chargés. Sa double vocation de dessinateur et de journaliste s’affirme lorsque, à l’âge de quinze ans, ses dessins sont publiés par L’Union, quotidien de Reims auquel il collaborera jusqu’en 1961. Dès cette époque, il assiste au conseil municipal de sa ville et en propose des croquis. Il quitte le lycée à seize ans et devient apprenti dans l’atelier de création d’une imprimerie d’emballages publicitaires à Paris et suit en alternance des cours d'art graphique à l'école Estienne, puis à l'Académie Julian. Il signe désormais « Cabu » toutes ses productions graphiques.

Cabu

Photographie : Cabu

Pilier de Hara-Kiri et de Charlie Hebdo, Cabu collabora également à Pilote. C'est là qu'il imagina le personnage du Grand Duduche, où l'on peut voir une manière d'autoportrait. Ici, le dessinateur dans son studio en 1990. 

Crédits : Sophie Bassouls/ Sygma/ Getty Images

Afficher

De mars 1958 à juin 1960, le service militaire le mobilise pour vingt-sept mois en Algérie. Il en naîtra une révolte viscérale à l'égard de l'armée, inspirant des dessins qui vaudront au dessinateur de nombreux procès pour « atteinte au moral des troupes ». L’adjudant Kronenbourg, motif récurrent parmi ses caricatures les plus féroces de l’armée, évoque un militaire alcoolique et obtus. Cabu collabore alors à un journal gratuit destiné aux appelés du contingent, Le Bled (1958-1960). Un personnage, la fille du colonel, y préfigure la fille du proviseur et emprunte aux souvenirs de ses années de lycée. Parallèlement, il continue à donner des dessins à la presse : Ici-Paris (1956-1960), Paris-Match (1957-1960), etc.

Son entrée à l’hebdomadaire Hara-Kiri en 1960 marque une date clé dans son inspiration. Le « journal bête et méchant », selon le sous-titre qui accompagne dès 1961 ce magazine, doit tout au zèle de ses contributeurs, François Cavanna, Georges Bernier (dit le professeur Choron sur proposition de Cabu), Fred, Gébé, Jean-Marc Reiser, Georges Wolinski, Roland Topor... Il jette un pavé dans l'espace médiatique d'une époque encore très respectueuse des tabous. Deux ans plus tard, l'interdiction de Hara-Kiri pour outrage aux bonnes mœurs conduit Cabu pour dix ans à PiloteRené Goscinny, son rédacteur en chef, l’encourage dans sa veine lycéenne. Il illustre La Potachologie. Histoire naturelle du potache (1963) et Le potache est servi (1965) sur des textes du créateur du Petit Nicolas et d’Astérix. En 1964 apparaît dans Pilote le personnage du grand Duduche qui, par bien des aspects, a valeur d’autoportrait de Cabu. Une naissance précédée un an plus tôt de celle de son fils Emmanuel, le futur chanteur Mano Solo (mort en 2010). Isabelle Monin, sa femme et la mère de son enfant, est la co-fondatrice du journal La Gueule ouverte avec Pierre Fournier. Le couple se sépare au cours des années 1970.

Le style de Cabu se distingue graphiquement par une grande maîtrise de la ligne claire au moment même où la bande dessinée est reconnue comme un neuvième art. Pierre Dac et Jean Effel lui remettent le crayon d'or en 1969, une distinction dont il reste le seul et unique lauréat. Parallèlement à ses dessins pour Pilote, Cabu travaille pour Charlie Hebdo, L'Enragé en 1968, Charlie Mensuel, La Gueule ouverte (1972-1977)... autant de magazines où explose une dérision féroce. Mais le registre de Cabu ne se limite pas à cette vision critique de la futilité du monde. Pour Hara-Kiri, à la demande de Cavanna, il alimente une rubrique « Coin de nappe » sur la vie culturelle des cabarets, dans laquelle il croque les débuts de Brassens, Brel, Pierre Perret, Barbara, Gainsbourg… Il réalise [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

Classification

Autres références

«  CABU JEAN CABUT dit (1938-2015)  » est également traité dans :

CHARB STÉPHANE CHARBONNIER dit (1967-2015)

  • Écrit par 
  • Yves FRÉMION
  •  • 719 mots
  •  • 1 média

Directeur de Charlie Hebdo , Charb fut la première cible des tueurs du 7 janvier 2015 . À quarante-sept ans, il était depuis des années le principal auteur des textes et dessins du journal qui étaient dirigés contre les terroristes islamistes. Né Stéphane Charbonnier le 21 août 1967 à Conflans-Sainte-Honorine, il passe son enfance à Pontoise. Ses études ne sont « ni ennuyeuses ni exaltantes », dir […] Lire la suite

Les derniers événements

7-21 janvier 2015 France. Attentats terroristes à Paris

Le 7, deux hommes armés pénètrent dans les locaux parisiens de l'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo où ils tuent onze personnes avec des fusils d'assaut: les dessinateurs de presse Charb – directeur de la publication –, Cabu, Wolinski, Tignous et Honoré, le journaliste Bernard Maris, la psychanalyste et chroniqueuse Elsa Cayat, le correcteur Mustapha Ourrad, l'ancien directeur de cabinet du maire de Clermont-Ferrand Michel Renaud, invité de la rédaction, le policier chargé de la protection de Charb Franck Brinsolaro et l'agent d'entretien Frédéric Boisseau. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Nelly FEUERHAHN, « CABU JEAN CABUT dit (1938-2015) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/cabu/