CABU JEAN CABUT dit (1938-2015)

Le goût et le talent du dessin se sont manifestés très tôt chez Jean Cabut, né le 13 janvier 1938 à Châlons-sur-Marne (Châlons-en-Champagne auj.). Son père, Marcel Cabut, peintre amateur, était professeur à l’École nationale supérieure des arts et métiers de cette ville. À dix ans, le jeune garçon recopie les dessins de Dubout dont il restera un fervent admirateur. Deux ans plus tard, lauréat d’un concours de dessin dans l’hebdomadaire catholique Cœurs Vaillants, il gagne un vélo qui lui sera remis au Vel’ d’Hiv’ à Paris. Encouragé par ce premier succès, il dessine avec passion et, dès le lycée, signe « J. K-Bu » ses premiers croquis dans Le Petit Fum's, un journal satirique qu’il a créé en réaction à l’appellation de « fumistes » donnée aux élèves des sections classiques par ceux des sections techniques, dont les horaires étaient plus chargés. Sa double vocation de dessinateur et de journaliste s’affirme lorsque, à l’âge de quinze ans, ses dessins sont publiés par L’Union, quotidien de Reims auquel il collaborera jusqu’en 1961. Dès cette époque, il assiste au conseil municipal de sa ville et en propose des croquis. Il quitte le lycée à seize ans et devient apprenti dans l’atelier de création d’une imprimerie d’emballages publicitaires à Paris et suit en alternance des cours d'art graphique à l'école Estienne, puis à l'Académie Julian. Il signe désormais « Cabu » toutes ses productions graphiques.

Cabu

Cabu

photographie

Pilier de Hara-Kiri et de Charlie Hebdo, Cabu collabora également à Pilote. C'est là qu'il imagina le personnage du Grand Duduche, où l'on peut voir une manière d'autoportrait. Ici, le dessinateur dans son studio en 1990. 

Crédits : Sophie Bassouls/ Sygma/ Corbis

Afficher

De mars 1958 à juin 1960, le service militaire le mobilise pour vingt-sept mois en Algérie. Il en naîtra une révolte viscérale à l'égard de l'armée, inspirant des dessins qui vaudront au dessinateur de nombreux procès pour « atteinte au moral des troupes ». L’adjudant Kronenbourg, motif récurrent parmi ses caricatures les plus féroces de l’armée, évoque un militaire alcoolique et obtus. Cabu collabore alors à un journal gratuit destiné aux appelés du contingent, Le Bled (1958-1960). Un personnage, la fille du colonel, y préfigure la fille du proviseur et emprunte aux souvenirs de ses années de lycée. Parallèlement, il continue à donner des dessins à la presse : Ici-Paris (1956-1960), Pa [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

Classification


Autres références

«  CABU JEAN CABUT dit (1938-2015)  » est également traité dans :

CHARB STÉPHANE CHARBONNIER dit (1967-2015)

  • Écrit par 
  • Yves FRÉMION
  •  • 719 mots
  •  • 1 média

ses débuts professionnels en participant à l'hebdomadaire satirique La Grosse Bertha, fondé en 1991, huit ans après l'arrêt de Charlie Hebdo première version. En 1992, la rédaction éclate : Cabu et Philippe Val relancent alors Charlie Hebdo avec notamment des représentants de la jeune génération, dont Charb […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charb/#i_97681

Pour citer l’article

Nelly FEUERHAHN, « CABU JEAN CABUT dit (1938-2015) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 août 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/cabu/