GOBI DÉSERT DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Population et économie

La densité de population est faible (inférieure à 1 habitant par kilomètre carré). La population est surtout composée de Mongols et de Chinois de Mongolie intérieure, ces derniers étant en forte augmentation depuis 1950. La plupart des habitants vivent du pastoralisme nomade, bien que l'agriculture prédomine dans les régions à forte concentration chinoise. Les nomades mongols vivent traditionnellement dans des yourtes de feutre (ou gher), tandis que les paysans chinois habitent des maisons en brique d'argile crue.

La province du Gobi et sa partie semi-désertique constituent essentiellement une région d'élevage. Les moutons et les chèvres représentent plus de la moitié du bétail, suivis par les bovins. Les chevaux sont peu nombreux et, comme les bovins, se concentrent dans les zones semi-désertiques les plus luxuriantes du sud-est. Le bétail compte aussi bon nombre de chameaux, parfois encore utilisés comme mode de transport. Le bétail peut pâturer toute l'année grâce à la présence d'eau souterraine. Les pasteurs, nomades, déplacent leurs troupeaux plusieurs fois par an, parcourant ainsi parfois de longues distances.

Malgré la rareté des ressources minérales exploitables, on extrait du sel, du charbon et des minerais de métaux légers. L'agriculture n'est développée que dans les vallées.

Le Gobi est traversé par des lignes de chemin de fer dans l'est et l'ouest. Plusieurs autoroutes le parcourent également. L'une d'entre elles relie Anxi à Hami en traversant les montagnes du Beishan et le Gobi-Altaï. Une autre part de la ville de Zhangjiakou (au nord-ouest de Pékin) pour rejoindre Ulaanbaatar (Oulan-Bator), avant de relier Dalandzadgad (à environ 480 kilomètres au sud - sud-est de la capitale mongole). De nombreuses anciennes routes caravanières maillent également le Gobi.

Depuis le milieu du xxe siècle, la croissance démographique et la surexploitation des terres peu productives ont diminué la surface du couvert végétal et accru l'érosion des sols. Ces deux phéno [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  GOBI DÉSERT DE  » est également traité dans :

KHALKHA

  • Écrit par 
  • Françoise AUBIN
  •  • 523 mots

Ethnie principale de la République mongole (qui s'est appelée successivement Mongolie-Extérieure puis république populaire de Mongolie), les Khalkha (ou Qalq-a, ou Xalx) étaient estimés à 1 777 730 en 1993, ce qui représente 78,8 p. 100 de la population totale du pays (2 256 000 hab.). Ils appartiennent au groupe ethno-linguistique des Mongols orientaux. La mise en place de cette ethnie au nord d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/khalkha/#i_26514

MONGOLIE, République mongole

  • Écrit par 
  • Françoise AUBIN, 
  • Marie-Dominique EVEN
  •  • 7 770 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Cadre naturel »  : […] La République mongole (ancienne République populaire de Mongolie, ou R.P.M.) et la Région autonome de Mongolie-Intérieure (R.A.M.I.) appartiennent à un même ensemble tectonique : une pénéplaine usée qu'un soulèvement au Pliocène (fin du Tertiaire) ou au Pléistocène (début du Quaternaire) a portée à une altitude élevée, tout en provoquant un rajeunissement de l'érosion. Ainsi, en Mongolie, le nive […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mongolie-republique-mongole/#i_26514

Voir aussi

Pour citer l’article

Guy S. ALITTO, Mikhail Platonovich PETROV, « GOBI DÉSERT DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/desert-de-gobi/