DÉRIVE DES CONTINENTS (modélisation numérique)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les approches modernes

Les géodynamiciens ont alors proposé deux manières de modéliser les continents. Une approche, dite mécanicienne, consiste à placer dans l'écoulement convectif un radeau. Celui-ci, pour persister sur de longues durées, comme l'atteste l'existence de portions de continents âgées de plusieurs milliards d'années (le Groenland, le nord du Canada ou le nord-est de l'Australie par exemple), doit être très résistant et peu déformable. Ainsi, les radeaux continentaux sont couplés mécaniquement au reste du manteau à la manière d'un bateau dans un courant.

L'autre approche, dite thermicienne, se fonde sur une observation clé : les continents semblent être des isolants vis-à-vis du manteau, puisque la chaleur interne de la Terre est évacuée plutôt dans les océans. Les continents sont donc aussi modélisés par des régions où le transfert de chaleur est restreint.

Ces deux méthodologies physiques convergent en première approximation. Les expériences et les calculs montrent que les continents sont transportés par les courants mantelliques, qui les transforment dans cette dynamique. Par exemple, ils sont tirés par leur enfoncement dans les zones de subduction, mais, lorsqu'ils les atteignent, leur résistance et leur faible potentiel de transfert thermique annihilent ces courants froids. La présence de continents génère aussi une organisation de la convection dans le manteau à très grande échelle. L'approche mécanicienne montre que les continents doivent être extrêmement résistants, sinon ils seraient entraînés et enfouis par le mouvement de subduction, et ce malgré leur faible densité.

Modélisation de la convection mantellique avec la dérive des continents

Modélisation de la convection mantellique avec la dérive des continents

Photographie

Instantané produit par une modélisation de la convection thermique avec des continents. La couleur en surface représente la résistance des roches : bleu pour résistant (continents) et rouge pour peu résistant (équivalent de limites de plaques). La couleur en profondeur correspond à la... 

Crédits : L. Bello

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : professeur des Universités, laboratoire de géologie de Lyon Terre, planètes, environnement à l'École normale supérieure de Lyon

Classification

Pour citer l’article

Nicolas COLTICE, « DÉRIVE DES CONTINENTS (modélisation numérique) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/derive-des-continents-modelisation-numerique/