HOPPER DENNIS (1936-2010)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Attachant et contradictoire, Dennis Hopper fut un personnage aux multiples facettes. S'il a exercé au cinéma en tant qu'acteur et réalisateur, il a été également un photographe inventif et un peintre original, comme l'a montré en 2008 une belle exposition de la Cinémathèque française.

Né à Dodge City (Kansas), il débute comme acteur dès l'âge de dix-huit ans à la télévision, puis surtout au cinéma dans La Fureur de vivre (Rebel Without a Cause, Nicholas Ray, 1955) où, bien qu'il soit dans l'ombre de James Dean, sa présence (regard clair, visage en lame de couteau, corps tendu et nerveux) se remarque. Il est proche de la jeune star au destin tragique qu'il retrouve dans Géant (Giant, George Stevens, 1956). Dennis Hopper a assumé avec grâce cette influence qui aurait pu devenir encombrante et qui allait lui permettre en fait d'accéder au statut d'icône. À plusieurs reprises, qu'il incarne le cow-boy trafiquant de tableaux de L'Ami américain (Der amerikanische Freund, Wim Wenders, 1977) ou le père alcoolique de Rusty James (Rumble Fish, Francis Coppola, 1983), on voit en effet se dessiner ce que James Dean aurait pu être s'il avait vécu plus longtemps.

Cet homme doux dans la vie privée, qui allait évoluer de la rébellion juvénile au conservatisme prudent vers la fin de sa vie, a trouvé un véritable bonheur d'acteur en incarnant une incroyable galerie de personnages détraqués : fou furieux rendu hagard par les drogues (le journaliste bardé d'appareils photo d'Apocalypse Now !, Francis Coppola, 1979), jaloux maladif (Red Rock West, John Dahl, 1993) ou méchant d'anthologie, au regard illuminé et à la voix rauque. Sans oublier, évidemment, le mafieux à l'inhalateur, imprévisible et aux colères terrifiantes, de Blue Velvet (David Lynch, 1986), l'artificier obsédé par la vitesse de Speed (Jan de Bont, 1994) ou le motard des mers de Waterworld (Kevin Reynolds, 1995). Dans cet emploi, Hopper ne faisait que donner de l'ampleur aux nombreuses figures de [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : historien du cinéma, maître de conférences à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne, rédacteur à la revue Positif

Classification


Autres références

«  HOPPER DENNIS (1936-2010)  » est également traité dans :

EASY RIDER, film de Dennis Hopper

  • Écrit par 
  • Kristian FEIGELSON
  •  • 917 mots
  •  • 1 média

Easy Rider est la première réalisation d'un acteur, Dennis Hopper, qui pour l'occasion décide d'occuper les deux côtés de la caméra. Après La Fureur de vivre (Rebel Without a Cause, 1955) de Nicholas Ray, Règlements de c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/easy-rider/#i_37545

Pour citer l’article

Christian VIVIANI, « HOPPER DENNIS - (1936-2010) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/dennis-hopper/