ROUGEMONT DENIS DE (1906-1985)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrivain suisse d'expression française en qui Saint-John Perse voyait « une figuration scientifique de l'Homo europeanus », Denis de Rougemont fut l'un des principaux animateurs du mouvement personnaliste et demeure l'un des partisans les plus ardents du fédéralisme européen. Seule, en effet, une Europe fédérée et respectant l'autonomie des régions permettrait, selon lui, de préserver les droits de la personne humaine pour lesquels il a toujours combattu. C'est déjà au nom de la liberté qu'il dénonce, dans Les Méfaits de l'instruction publique (1929) — un pamphlet qu'il rééditera en 1972 « aggravé d'une suite des méfaits » —, les tares de l'école, « distillerie d'ennui » et « machine à fabriquer des électeurs ». Ami d'Emmanuel Mounier, il participe, en 1932, à la fondation des revues personnalistes Esprit et L'Ordre nouveau. Rappelant en outre que « s'engager » ne doit pas être « s'embrigader », il préconise, comme l'indique le titre d'un essai qu'il écrit en 1934, une véritable Politique de la personne, qu'il définira également dans Penser avec les mains (1936). Moraliste et historien de l'amour, il publie en 1939 L'Amour et l'Occident. Ce livre, qui connaîtra un grand succès et dont les analyses seront complétées par Les Mythes et l'amour (1961), explique brillamment que l'amour passion n'est en réalité qu'une invention de l'Occident datant des xiie et xiiie siècles et ayant pour origine la secte des cathares. S'y trouve développée une analyse de l'amour comme pulsion — anarchique — et composante capitale de la psyché occidentale, nécessairement destinée à entrer en conflit avec l'institution du mariage.

Lorsqu'éclate la Seconde Guerre mondiale, Denis de Rougemont prend immédiatement position contre l'Allemagne hitlérienne, qu'il connaît bien depuis un séjour qu'il fit, en 1935, comme lecteur à l'université de Francfort et dont il avait rapporté un Journal d'Allemagne (1938). Après s'être interrogé, dans Mission ou démission de la Suisse (1940), sur l'attitude de son pays natal, il part pour les États-Unis où, pendant deux ans, il sera le rédacteur des émissions « La voix de l'Amérique parle aux Français ». Outre-Atlantique, il rencontre Victoria Ocampo, André Breton et Saint-John Perse, qui seront ses amis, et poursuit sa méditation sur l'homme et le monde, écrivant La Part du diable (1942), Les Personnes du drame (1945) et Lettres sur la bombe atomique (1946). De retour des États-Unis, il publie son Journal des deux mondes (1948) et, surtout, L'Europe en jeu (1948). Après les horreurs de la guerre, Denis de Rougemont est en effet plus que jamais convaincu par « la faillite retentissante des systèmes centralisateurs et du nationalisme étatisé », de la nécessité de construire sur le modèle helvétique une fédération européenne : « La Suisse, écrira-t-il dans La Suisse ou l'Histoire d'un peuple heureux (1965), est le pays dont je souhaite le plus qu'il communique sa grâce très secrète à l'avenir européen. » Denis de Rougemont travaille dès lors activement à la construction européenne, participant à la création de nombreux organismes tels que le Centre européen de la culture, le Centre européen de recherches nucléaires ou l'Association européenne de festivals de musique. Pour lui, l'Europe est avant tout, comme il le montrera dans L'Aventure occidentale de l'homme (1957) et dans Vingt-Huit Siècles d'Europe (1961), une culture et « un idéal qu'approuvent depuis mille ans tous ses meilleurs esprits ». Après avoir pesé Les Chances de l'Europe (1962), il poursuit, avec une Lettre ouverte aux Européens (1970) et avec L'Un et le divers ou la Société européenne (1970), sa croisade en faveur de la révolution européenne. Si ce protestant qui se définit lui-même non pas comme « un optimiste passif », mais comme « un pessimiste actif » fait preuve d'une telle opiniâtreté, c'est enfin, parce que, comme il le rappellera dans un livre qu'il écrit en 1977, il reste persuadé que L'avenir est notre affaire.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, agrégé de lettres, assistant de littérature française à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Autres références

«  ROUGEMONT DENIS DE (1906-1985)  » est également traité dans :

SUISSE

  • Écrit par 
  • Bernard DEBARBIEUX, 
  • Frédéric ESPOSITO, 
  • Bertil GALLAND, 
  • Paul GUICHONNET, 
  • Adrien PASQUALI, 
  • Dusan SIDJANSKI
  • , Universalis
  •  • 24 365 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Climat littéraire des six pays et républiques de la Suisse romande »  : […] Chez ces enfants de Rousseau, on n'échappe pas aux paysages et aux climats. Le Valais, méridional et alpestre, fortement tenu par la tradition catholique, a porté un très beau Moyen Âge paysan jusqu'au xx e  siècle. La littérature, distincte du discours ecclésiastique et de la chronique, y est apparue avec Maurice Zermatten (1910-2001) qui, dès 1936, a cherché à se dégager des écrits de terroir pa […] Lire la suite

TRISTAN ET ISEULT (anonyme) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Florence BRAUNSTEIN
  •  • 1 101 mots

Dans le chapitre « Le mythe de l'amour impossible »  : […] Tristan et Iseult est d'abord un creuset qui mêle différentes traditions littéraires. Lorsque Tristan tue le géant Morholt ou lorsqu'il terrasse le dragon en Irlande, son personnage se situe dans la continuité des héros de chansons de geste, qui accomplissent des exploits relatés sur un mode épique. De même, les motifs de la forêt épaisse et mystérieuse ou du philtre magique doivent beaucoup aux […] Lire la suite

Pour citer l’article

Vital RAMBAUD, « ROUGEMONT DENIS DE - (1906-1985) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 janvier 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/denis-de-rougemont/