DENG XIAOPING [TENG SIAO-P'ING] (1904-1997)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Deng Xiaoping, 1994

Deng Xiaoping, 1994
Crédits : PA Photos

photographie

Rajiv Gandhi et Deng Xiaoping, 1988

Rajiv Gandhi et Deng Xiaoping, 1988
Crédits : J. Giannini/ AFP/ Getty

photographie


Vétéran de la grande geste révolutionnaire chinoise, membre de l'appareil du Parti communiste, proche de Mao Zedong, puis soumis à une rééducation politique après la révolution culturelle, Deng Xiaoping devient l'homme fort du régime chinois après la mort de Mao, parvenant à déjouer tous les pièges de la démaoïsation. Il est l'artisan de l'ouverture de la Chine aux méthodes et même aux capitaux étrangers, ayant su imposer les réformes économiques nécessaires pour faire de ce grand pays un acteur mondial.

Deng Xiaoping, 1994

Deng Xiaoping, 1994

Photographie

Dernière photographie officielle (1994) de Deng Xiaoping (1904-1997) qui, jusqu'à sa retraite politique à la fin des années 1980, mais aussi après celle-ci, fut le principal dirigeant de la Chine d'après Mao. 

Crédits : PA Photos

Afficher

Les débuts d'un révolutionnaire

Deng Xixian, qui ne prendra le nom de Xiaoping que dans les années 1920, est né, sans doute le 22 août 1904, dans le village de Paifang (province du Sichuan). En 1918, quelques années après la révolution républicaine de 1911, il reçoit à Chongqing, la capitale provinciale, l'éducation d'un tuteur. En 1920, sa famille l'envoie à Paris en compagnie de quatre-vingt-dix autres jeunes du Sichuan. Pris en charge par l'association des Chinois d'outre-mer en France, Deng Xiaoping a suivi, de 1920 à 1924, un vague programme d'études entrecoupé de séjours en usine. À partir de 1924, il se rapproche de la Ligue de la jeunesse communiste en Europe, fondée en 1922 par Zhou Enlai. À Moscou, où il arrive en janvier 1926, Deng Xiaoping fréquente l'université d'Extrême-Orient, puis l'université Sun-Yat-Sen destinée à former des cadres révolutionnaires « indigènes » pour la Chine et l'Asie. C'est sans doute à ce moment qu'il adhère formellement au P.C.C.

En 1927, il rentre en Chine en compagnie du seigneur de la guerre Feng Yuxiang, le « général chrétien », venu chercher à Moscou une aide militaire et un soutien idéologique. À partir de cette date, Deng Xiaoping suit toutes les étapes de l'activisme révolutionnaire, des soulèvements paysans du sud de la Chine à la base des monts Jingang. En 1933, il gagne le soutien de Mao Zedong quand il est démis de ses fonctions de secrétaire du parti de Ruijin pour s'être rangé au côté de la faction maoïste.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : directeur du centre Asie, Institut français de relations internationales

Classification


Autres références

«  DENG XIAOPING [ TENG SIAO-P'ING ] (1904-1997)  » est également traité dans :

CENT FLEURS LES

  • Écrit par 
  • Michel HOANG
  •  • 943 mots

C'est en mai 1956 que le président Mao Zedong énonce sa formule désormais célèbre : « Que cent fleurs s'épanouissent, que cent écoles rivalisent. » Ce slogan d'expression très classique fait référence aux « cent écoles », dénomination donnée par le philosophe taoïste Zhuangzi aux multiples écoles spéculatives de pensée qui fleurissaient aux ~ iii e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-cent-fleurs/#i_21577

CHINE - Hommes et dynamiques territoriales

  • Écrit par 
  • Thierry SANJUAN
  •  • 9 791 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La transition postmaoïste »  : […] La période qui commence en 1978 s'inscrit sous le double sceau des « réformes et de l'ouverture » et elle est annoncée dès 1975 par la politique des quatre modernisations – agriculture, industrie, sciences et techniques, et armée – de Zhou Enlai, avec l'aide de Deng Xiaoping. Ce dernier défend sa politique de réformes pour sortir la Chine de la misère et du désenchantement qu'a entraînés l'ère […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chine-hommes-et-dynamiques-territoriales/#i_21577

CHINE, histoire, de 1949 à nos jours

  • Écrit par 
  • Jean-Philippe BÉJA, 
  • François GODEMENT
  •  • 19 149 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « La décennie Jiang Zemin »  : […] En 1992, le XIV e  congrès du parti entérine la nouvelle ligne de relance de l’économie privée et d’ouverture. Deng décide également de renforcer la position du nouveau secrétaire général Jiang Zemin en éliminant son vieil ami l’ancien président de la République, Yang Shangkun, et son frère, le secrétaire général de la commission militaire du comité central Yang Baibing, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chine-histoire-de-1949-a-nos-jours/#i_21577

CHINE AU XXe SIÈCLE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 389 mots

1912 Proclamation, le 1 er  janvier à Nankin, de la République chinoise par Sun Yat-sen. Abdication du dernier empereur, Puyi, sous la pression du général Yuan Shikai (12 février). Création du Guomindang (août) qui prend la succession de la Ligue jurée de Sun Yat-sen. 4 mai 1919 Manifestation étudiante à Pékin contre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chine-au-xxe-siecle-reperes-chronologiques/#i_21577

CHINE - Économie

  • Écrit par 
  • Françoise LEMOINE, 
  • Thomas VENDRYES
  •  • 8 216 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Depuis 1979, des réformes au service de la modernisation économique »  : […] À partir de 1979, les dirigeants chinois, sous l'impulsion de Deng Xiaoping, lancent des réformes pour accélérer la modernisation économique du pays. Sans schéma d'ensemble initial, elles se propagent progressivement, entraînées par leurs succès, et transforment profondément l'économie et la société. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chine-economie/#i_21577

CHINE - Droit

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CABESTAN
  •  • 10 297 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'évolution du droit chinois au cours des trente premières années du régime communiste (1949-1978) »  : […] Avec l'établissement du régime communiste, l'influence occidentale prend une forme tout à fait différente. Les six codes du Guomindang sont abrogés et, pendant une décennie environ, la Chine s'inspire en matière juridique, comme dans les autres domaines, du modèle marxiste-léniniste de l'Union soviétique. La Constitution chinoise de 1954 est calquée sur la loi fondamentale stalinienne de 1936 ; d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chine-droit/#i_21577

HONG KONG

  • Écrit par 
  • Jean-Philippe BÉJA, 
  • Pierre SIGWALT
  •  • 9 996 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Un modèle de développement pour la République populaire ? »  : […] Tout au long du règne de Mao (à l'exception de quelques mois pendant la révolution culturelle), la République populaire s'est bien gardée d'intervenir dans la gestion de la colonie, la considérant surtout comme une fenêtre sur le monde facilitant ses échanges avec l'étranger. Pour le plus grand étonnement des Britanniques eux-mêmes, la Chine révolutionnaire, celle qui se posait en modèle pour le T […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hong-kong/#i_21577

HUA GUOFENG [HOUA KOUO-FENG] (1921-2008)

  • Écrit par 
  • Jean-Philippe BÉJA
  •  • 896 mots

Hua Guofeng, président du Parti communiste chinois (P.C.C.) de 1976 à 1981, est décédé le 20 août 2008 à Pékin. De son vrai nom Su Zhu, il était né le 16 février 1921 (1920, selon certaines sources) en Chine du Nord, dans une famille paysanne du district de Jiaocheng, province du Shanxi, célèbre pour ses mines de charbon. Entré au P.C.C. en 1938, il participe à la guérilla antijaponaise depuis la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hua-guofeng-houa-kouo-feng/#i_21577

HU JINTAO (1942- )

  • Écrit par 
  • Stéphanie BALME
  •  • 971 mots
  •  • 1 média

Né dans la province orientale de l'Anhui en 1942, secrétaire général du Parti communiste chinois (P.C.C.) de novembre 2002 à novembre 2012, chef de l'État (mars 2003-mars 2013) et de l'Armée populaire de libération (septembre 2004), Hu Jintao a cumulé, comme son prédécesseur direct Jiang Zemin, l'ensemble des positions institutionnelles importantes au sein du système politique chinois. Premier di […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hu-jintao/#i_21577

HU YAOBANG [HOU YAO-PANG] (1915-1989)

  • Écrit par 
  • Wojtek ZAFANOLLI
  •  • 1 423 mots

Ancien secrétaire général du Parti communiste chinois, Hu Yaobang est décédé à Pékin le 15 avril 1989. Sa disparition bouleversait le fragile équilibre entre « conservateurs » et « réformateurs » au sein de la direction chinoise : bien que démis de ses fonctions à la suite de l'agitation estudiantine de l'hiver de 1986-1987, Hu Yaobang avait en effet conservé son siège au sein du comité permanent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hu-yaobang-hou-yao-pang/#i_21577

JIANG ZEMIN (1926- )

  • Écrit par 
  • Stéphanie BALME
  •  • 1 098 mots

Président de la République populaire de Chine de 1993 à 2003. Né en 1926 à Yangzhou (province du Jiangsu) dans une famille d'intellectuels aisés, Jiang Zemin est le fils adoptif de Jiang Shangqing, son oncle paternel, qui est un militant marxiste actif, proche de Zhang Aiping (futur ministre de la Défense de la République populaire de Chine, R.P.C.), et le chef du Parti communiste chinois (P.C.C. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jiang/#i_21577

LI PENG (1928- )

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 588 mots

Homme politique chinois, Premier ministre de la République populaire de Chine de 1988 à 1998. Fils de l'écrivain Li Shouxun, exécuté par le Parti national (Guomindang) en 1930, Li Peng, né le 20 octobre 1928 à Chengdu, dans le Sichuan, est élevé à partir de 1939 par Deng Yingchao, l'épouse de Zhou Enlai. En 1948, après de premières études scientifiques à Yan'an, Li Peng est envoyé en U.R.S.S., où […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/li-peng-1928/#i_21577

MAO ZEDONG ou MAO TSÉ-TOUNG (1893-1976)

  • Écrit par 
  • Yves CHEVRIER
  •  • 7 609 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « « Post mortem » : un héros national »  : […] Il est aussi impossible de chiffrer le bilan de la révolution culturelle que d'en résumer le chaos. Il faudrait substituer des statistiques à ses officielles et symboliques « cent millions de victimes » (directes et indirectes) et, justement, tenir compte des dégâts psychologiques, sociologiques et culturels, qui sont incalculables. Reste une certitude : cet effrayant désastre scelle un échec qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mao-zedong-mao-tse-toung/#i_21577

MONGOLIE, histoire

  • Écrit par 
  • Françoise AUBIN, 
  • Vadime ELISSEEFF
  •  • 17 559 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « L'action d'Ulanhu (ou Ulanfu, 1906-1988) »  : […] La principale personnalité locale visée par les attaques de 1966-1968 était Ulanhu, membre du Parti communiste chinois depuis 1925, écrivain prolixe sur les questions des minorités ethniques, vice-Premier ministre au gouvernement central, maître du parti, de l'administration et de l'armée en Mongolie-Intérieure. Sinisé au point de n'avoir appris la langue de ses ancêtres que dans les années 1960, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mongolie-histoire/#i_21577

ZHU RONGJI (1928- )

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 383 mots

Premier ministre de la République populaire de Chine de 1998 à 2003. Né le 23 octobre 1928 à Changsha, dans la province du Hunan (Chine), Zhu Rongji adhère au Parti communiste chinois en 1949. Après avoir obtenu son diplôme de génie électrique à l'université de Beijing (Pékin) en 1951, il commence à travailler comme chef adjoint de division pour la Commission nationale de planification. Bien qu'e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zhu-rongji/#i_21577

Voir aussi

Pour citer l’article

Valérie NIQUET, « DENG XIAOPING [TENG SIAO-P'ING] (1904-1997) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/deng-xiaoping-teng-siao-p-ing/