DÉFRICHEMENTS, histoire médiévale

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les défrichements sont les progrès les plus spectaculaires réalisés par l'agriculture médiévale ; ils ont permis de cultiver de vastes étendues gagnées sur les landes et la forêt, mais aussi sur les marécages, les fonds de vallées humides, les bords de mer : les polders flamands ou les fens anglais sont à inclure dans ce mouvement. L'aire des défrichements couvre toute l'Europe occidentale, jusqu'à l'Elbe et parfois au-delà, mais il faudrait beaucoup nuancer dans le détail : des régions comme la Champagne ou la France du Nord n'ont pas connu les grands défrichements, étant déjà depuis longtemps entièrement occupées.

Chronologiquement, ces défrichements s'étendent du xe au xiiie siècle, et ont pour origine la poussée démographique qui rendait nécessaire l'extension des terres cultivées ; mais ils n'ont été rendus possibles que par un progrès de l'outillage : remplacement progressif de l'araire par la charrue, dans les régions à sol lourd ; amélioration de l'outillage en fer (collier d'épaule et ferrure du cheval notamment). Ces défrichements se sont déroulés selon des modalités diverses que l'on peut regrouper en trois grandes étapes.

La première vague, aux xe et xie siècles, était due à des initiatives individuelles et dispersées : les paysans grignotaient peu à peu l'espace inculte avoisinant leurs champs : l'aspect presque clandestin du phénomène interdit d'en mesurer l'ampleur. D'abord indifférents, les seigneurs et l'Église allaient vite mesurer les ressources qu'ils pouvaient tirer de ces nouvelles parcelles : ils imposèrent au paysan des redevances généralement en nature (champart, tâche...), malgré le désir de ce dernier de faire reconnaître comme « alleux » des champs qu'il ne devait qu'à son travail, mais qui relevaient du domaine seigneurial.

C'est cet intérêt nouveau des seigneurs pour les défrichements qui est à l'origine de la deuxième vague, qui marque l'apogée du mouvement, au xiie siècle : on assiste là à des créations de grande ampleur, des villages entiers et leur terroir étant créés de toutes pièc [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  DÉFRICHEMENTS, histoire médiévale  » est également traité dans :

ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne médiévale

  • Écrit par 
  • Pierre-Roger GAUSSIN
  •  • 14 146 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Évolution de la seigneurie rurale »  : […] Le cadre de la vie paysanne restait la seigneurie rurale, avec d'importants contrastes entre les pays de colonisation de l'Est et les anciens terroirs de l'Ouest. Dans les premiers, grands seigneurs ecclésiastiques et laïcs s'étaient taillé d'immenses domaines évalués en milliers de Hüfen , tenures correspondant au manse et comptant chacune une dizaine d'hectares. C'est ains […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/allemagne-histoire-allemagne-medievale/#i_15708

AQUITAINE

  • Écrit par 
  • Jean DUMAS, 
  • Charles HIGOUNET
  •  • 7 519 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Occupation du sol et peuplement »  : […] L'occupation du sol de l'Aquitaine antique était relativement faible ; cependant, de nombreux vestiges archéologiques subsistent de ses populations préhistoriques (en Périgord et dans les pré-Pyrénées surtout) et gallo-romaines. Les territoires de beaucoup de ses « cités » (Saintes, Angoulême, Périgueux, Bordeaux, Bazas, Agen, Dax) étaient étroitement bordés par des massifs de forêts et des landes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aquitaine/#i_15708

BELGIQUE - Histoire

  • Écrit par 
  • Guido PEETERS
  •  • 20 605 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « La vitalité économique »  : […] Pour que ces sociétés pussent s'épanouir politiquement, il fallait qu'il y eut des changements profonds d'abord dans la société rurale. À partir de 950, la poussée démographique entraîna le morcellement de la propriété foncière. Les grands domaines créèrent de nouvelles tenures et les réserves domaniales se divisèrent en exploitations. De ce fait, les corvées furent souvent remplacées par des paie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/belgique-histoire/#i_15708

CONGÉABLE DOMAINE

  • Écrit par 
  • Françoise MOYEN
  •  • 187 mots

Mode de concession de la terre, le domaine congéable est surtout répandu en basse Bretagne : un propriétaire (ou « foncier ») cède, moyennant une rente convenancière annuelle, la jouissance d'une terre à un preneur (ou « convenancier »), qu'il peut à tout moment congédier ; mais le preneur est considéré comme propriétaire des « édifices et superficies » (bâtiments, fossés, plantations), préexistan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/domaine-congeable/#i_15708

ESSART

  • Écrit par 
  • Françoise MOYEN
  •  • 48 mots

Terre rendue cultivable après défrichement ; essart (et ses dérivés « sart », « écart ») a donné naissance dans la France du Nord à de nombreux toponymes qui sont une source de renseignements sur l'ampleur de la première vague de défrichements ( xi e  s.). […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/essart/#i_15708

EUROPE - Géographie

  • Écrit par 
  • Jacqueline BEAUJEU-GARNIER, 
  • Catherine LEFORT, 
  • Pierre-Jean THUMERELLE
  •  • 16 532 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Le tréfonds rural »  : […] Ces variations s'expliquent davantage par des facteurs humains que par les conditions environnementales, peu contraignantes hors des hautes altitudes et des hautes latitudes. La sécheresse méditerranéenne n'est qu'estivale. Les effets de la continentalité sont réduits, le continent étant pénétré en profondeur par les mers et fréquemment balayé par les dépressions océaniques. Le froid polaire est l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/europe-geographie/#i_15708

FORÊTS - La forêt, un milieu naturel riche et diversifié

  • Écrit par 
  • Yves BASTIEN, 
  • Marcel BOURNÉRIAS
  •  • 8 216 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « De l'époque de la cueillette à l'ère industrielle »  : […] En France, comme dans tous les pays tempérés, après les dernières glaciations (environ 10 000 ans avant Jésus-Christ), la forêt occupe à nouveau de vastes espaces. Les communautés humaines n'y exercent qu'une faible pression de subsistance : cueillette de fruits sauvages, récolte de bois de chauffage, pratique de la chasse. La forêt, à la fois menaçante et nourricière, suffit largement à satisfair […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/forets-la-foret-un-milieu-naturel-riche-et-diversifie/#i_15708

FRANCE (Histoire et institutions) - Naissance d'une nation

  • Écrit par 
  • Jacques LE GOFF
  •  • 8 949 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Le roi et l'unité du royaume »  : […] Trois personnalités dominent la scène dynastique : Philippe Auguste (1180-1223), Louis IX (Saint Louis, 1226-1270), Philippe IV le Bel (1285-1314). Philippe Auguste enlève aux Anglais la Normandie, le Maine, l'Anjou, la Touraine, le nord du Poitou et la Saintonge, et triomphe de la coalition dirigée par l'empereur à Bouvines (1214) ; de plus, en généralisant, sinon en créant, les baillis, il assu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-histoire-et-institutions-naissance-d-une-nation/#i_15708

PAYSAGE HISTOIRE DU

  • Écrit par 
  • Philippe LEVEAU
  •  • 4 741 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Fondements d'une histoire du paysage »  : […] La conscience du changement historique des paysages – et donc de la nécessité d'en écrire une histoire – est très ancienne. Évoquant dans Le Critias l'Atlantide, dont l'Attique serait un lambeau (111 a-d), Platon en donnait un exemple remarquable sur lequel le géographe J. Poncet a attiré l'attention ; ce texte décrit avec une clarté admirable, à partir du paysage que voyait […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-du-paysage/#i_15708

RURALE CIVILISATION

  • Écrit par 
  • Emmanuel LE ROY LADURIE
  •  • 14 397 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le bœuf et l'araire »  : […] Néanmoins, l'histoire des civilisations rurales n'est pas seulement, il s'en faut de beaucoup, constituée par une dialectique du maître et du serf. Un coup d'œil d'ensemble sur la stratigraphie temporelle de notre objet distingue immédiatement une autre innovation d'importance : c'est l'araire, machine à labourer, flanquée du bœuf de traction, sans lequel la technique aratoire est inconcevable. V […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/civilisation-rurale/#i_15708

Pour citer l’article

Françoise MOYEN, « DÉFRICHEMENTS, histoire médiévale », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/defrichements-histoire-medievale/