DICTION, théâtre

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La diction est l'un des éléments du jeu du comédien caractérisant l'énonciation d'un texte. Elle prend en compte l'intonation, le débit, l'articulation, la prononciation, le volume sonore, etc. Souvent associée à la versification, elle déborde cependant le seul cas de l'alexandrin (« diction classique ») : tout acteur confronté à un texte travaille sa diction. L'intérêt porté à cette notion, s'il peut s'accompagner parfois d'une certaine tendance au passéisme, rappelle avec force qu'il n'y a de théâtre que joué, parlé, dit, soit dégagé de l'immobilité du texte écrit. Néanmoins, dès sa définition, la diction se trouve placée en tension entre son caractère prescriptif (ce qu'il convient de faire) et descriptif (le type de diction de chacun). Le souvenir d'acteurs et d'actrices « légendaires » (Gérard Philipe, par exemple) est en partie tributaire de la singularité de leur diction, de l'originalité de leur scansion. À l'inverse, les règles de la diction, pourtant historiquement variables, semblent a priori prévenir de toute innovation l'art dramatique. Et si, bien évidemment, l'acteur possède à l'intérieur de ces contraintes strictes une réelle liberté, celle-ci n'en reste pas moins encadrée. Cette tension/contradiction explique en partie l'évolution complexe de ce terme qui aujourd'hui tend à n'être plus conditionné par des dogmes sur l'art de dire, mais décrit un des matériaux au service du jeu et de la mise en scène, matériau soumis à l'épreuve des inventions formelles.

Composante importante de la formation de l'acteur, la diction fait l'objet d'une multitude d'exercices et de jeux censés développer l'articulation et l'aisance des acteurs. En France, les leçons graduées de déclamation de Paul Gravollet (Déclamation. École du mécanisme, 1894) ou de Georges Le Roy (Traité pratique de la diction française, 1960) ont contribué à la formation de nombreux comédiens – et, au-delà, de toute personne amenée à prendre la parole en public. Mais, outre cette application, la diction fait partie intégrante de l'histoire de l'esthétique théâtrale, et notamment du théâtre classique. Elle prend alors un sens restrictif. L'alexandrin implique, pour son respect, une certaine prononciation déduite des règles de la grammaire française (Jean-Claude Milner et François Regnault, Dire le vers, 1987). De là, on peut déduire qu'il existe une manière juste et une manière incorrecte de dire le vers. Toutefois, retrouver les modalités de la diction classique – une manière de dire et de marquer les accents qui apparaîtrait de nos jours comme forcée – constitue une tentation récurrente à laquelle s'emploient certains praticiens et philosophes. L'abondance des traités souvent contradictoires, comme celui du R. P. Bernard Lamy, La Rhétorique, ou l'Art de parler (1675), ou celui de René Bary, Méthode pour bien prononcer un discours, et pour le bien animer (1679), rend difficile et peut-être vaine une telle quête. La diction est soumise à un ensemble de codes, à propos desquels les spécialistes multiplient les désaccords, dont les traités témoignent. Dire le vers classique s'avère ainsi être l'enjeu d'une controverse : pour certains, il s'agit de la réitération à l'identique de ce qui fut, pour d'autres, c'est une redécouverte à partir de règles invariables de la diction classique – non dans le mimétisme de la période classique, mais dans le respect du vers, de ses liaisons, du « e muet », etc.

Il est toutefois impératif de ne pas circonscrire la diction au seul théâtre classique. On risquerait d'omettre le fait que tout langage parlé ou chanté appelle un travail sur la diction, mais aussi que les esthétiques théâtrales sont en partie éclairées par ce choix. L'une, par exemple, transparente ou naturaliste se fonde sur la nécessité de rendre le parler tel qu'il serait dans la vie courante. Telle est l'ambition de François-Joseph Talma (1763-1826) ; influencé par le théâtre élisabéthain, il cherche à compléter la révolution commencée par Lekain (1728-1778), l'acteur fétiche de Voltaire, en portant sur la scène la vérité de la diction. L'autre, « artificielle » ou fabriquée, refuse le diktat de l'imitation pour valoriser l'invention d'une langue singulière : celle du théâtre. Cette oppositi [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : maître de conférences en arts du spectacle à l'université de Strasbourg-II-Marc-Bloch

Classification

Autres références

«  DICTION, théâtre  » est également traité dans :

DÉCLAMATION, théâtre

  • Écrit par 
  • Dominique PAQUET
  •  • 897 mots

Issue directement de la rhétorique latine, telle que Cicéron et Quintilien l'ont recueillie des Grecs, la déclamation relève de la pronunciatio , moment ou partie du discours qui enseigne à l'orateur l'usage efficace de sa voix en fonction de la forme et du style, du but à atteindre et du public à convaincre. Les tragédiens grecs et romains — car cet art ne s'épanouit que dans les morceaux en vers […] Lire la suite

THÉÂTRE OCCIDENTAL - L'interprétation des classiques

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 7 282 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le retour du baroque et l'avènement d'un autre classicisme »  : […] Depuis près de trente ans, la période baroque (le « premier » xvii e  siècle) a bénéficié d'un regain d'intérêt. Elle est même devenue centrale. Alors que la musique de scène (ballets, opéras, tragédies lyriques) était mieux connue, notamment grâce au travail de William Christie et des Arts florissants, et que les musiciens et les instrumentistes eux-mêmes commençaient à se nommer les « baroqueux […] Lire la suite

Pour citer l’article

Olivier NEVEUX, « DICTION, théâtre », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/diction-theatre/