STRAUSS DAVID FRIEDRICH (1808-1874)

Théologien et exégète allemand, Strauss se rendit célèbre par sa Vie de Jésus, dont l'énorme retentissement lui ferma définitivement toute carrière ecclésiastique ou universitaire. La défense et l'illustration de ses idées l'amenèrent, peu à peu, à rompre avec le christianisme. Son intuition centrale – les évangiles sont des prédications et non pas des biographies – devait pourtant se révéler juste et fertile : les exégètes durent chercher des voies nouvelles dans l'interprétation des évangiles.

L'auteur de la « Vie de Jésus »

David Friedrich Strauss, né à Ludwigsburg (Wurtemberg), entra en 1825 au séminaire protestant de Tübingen où il amorça une brillante carrière : après avoir été vicaire, puis professeur suppléant au séminaire de Maulbronn, il étudie à Berlin auprès de Hegel et Schleiermacher, et il devient répétiteur au séminaire de Tübingen où il est chargé de cours de philosophie. La publication en 1835 de sa Vie de Jésus élaborée de manière critique (Das Leben Jesu kritisch bearbeitet) devait briser cette carrière et amener l'exégète à passer peu à peu de l'hégélianisme à l'athéisme. L'idée que les évangiles ne pourraient être que le produit d'un mythe de Jésus souleva un tollé général. Attaqué par tous les théologiens en renom, dénoncé par les journaux, Strauss fut muté. Lorsqu'en 1839 on lui offrit un poste de professeur à Zurich, un soulèvement populaire l'empêcha de prendre possession de sa charge. Mis à la retraite avant même d'avoir enseigné, Strauss vécut désormais en écrivain indépendant. En 1848, il se présenta aux élections de la Diète du Wurtemberg et se fit élire député. À l'énorme surprise de ses électeurs, il s'y signala comme ultra-réactionnaire et dut démissionner de son mandat la même année.

Les œuvres principales de Strauss, La Dogmatique chrétienne (Die christliche Glaubenslehre, 1840) et L'Ancienne et la Nouvelle Foi (Der alte und der neue Glaube, 1872) s'attachent, non sans quelques repentirs (K. Barth ne note pas moins de cinq revirements), à la dissolution du christianisme par la critique historique.

Pour nos abonnés, l'article se compose de 4 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Jean-Louis KLEIN, « STRAUSS DAVID FRIEDRICH (1808-1874) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL :

Autres références

  • PROTESTANTISME LIBÉRAL

    • Écrit par Jean-Louis KLEIN
    • 3 474 mots

    Tendance de la théologie protestante qui, née de l'Aufklärung, en poursuit l'œuvre, en Allemagne surtout, dans le domaine de la critique des dogmes et de l'Écriture.

    Le protestantisme libéral, qui a bien des points en commun avec le libéralisme culturel, politique et[...]

Voir aussi