BEN GOURION DAVID (1886-1973)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

David Ben Gourion, 1948

David Ben Gourion, 1948
Crédits : Hulton Getty

photographie

Immigrants refoulés

Immigrants refoulés
Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Attentat en Palestine, 1947

Attentat en Palestine, 1947
Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Création de l'État d'Israël, 1948

Création de l'État d'Israël, 1948
Crédits : The Image Bank

vidéo

Tous les médias


Treize ans à la tête d'Israël

Ben Gourion va rester chef du gouvernement de mai 1948 à juin 1963, à l'exception d'une retraite temporaire en 1954-1955. À ce poste, il s'attache méthodiquement à consolider l'État. L'enseignement est nationalisé, les bourses du travail transférées à l'État. Ce dernier est aussi l'agent de « fusion des immigrants », qui affluent par centaines de milliers, en un ensemble national cohérent. À l'extérieur, Ben Gourion a deux soucis. D'une part, imposer la réalité d'Israël à ses voisins arabes. Il ne tolère aucune atteinte, même mineure, à la souveraineté d'Israël. De concert avec le chef d'état-major Moshe Dayan, il met en œuvre une politique de représailles systématiques qui débouche, en octobre 1956, sur la guerre de Suez contre l'Égypte nassérienne, menée en concertation avec la France et le Royaume-Uni. D'autre part, pour pallier l'isolement régional d'Israël, il recherche des alliés en Occident. La France lui fournit de précieuses armes. Avec la république fédérale d'Allemagne, soucieuse de tourner la page du passé nazi, Ben Gourion parvient à conclure en 1952 des accords de réparation, incluant indemnisations individuelles et dédommagement collectif pour l'État d'Israël. Ces accords suscitent une crise majeure en Israël mais Ben Gourion, guidé par la realpolitik, tient bon : ces réparations allemandes sont indispensables pour la fragile économie israélienne. La fin de sa carrière comme chef de l'exécutif est ternie par le « scandale Lavon » (affaire d'espionnage impliquant des Juifs égyptiens), qui précipite sa démission en 1963. Désormais dégagé de toute responsabilité gouvernementale, Ben Gourion tente pourtant de peser encore sur la politique menée par son successeur, Levi Eshkol. Mais son étoile a pâli : il est mis en minorité au Mapaï et le quitte avec sa garde rapprochée (Moshe Dayan, Shimon Peres) pour fonder le Rafi, parti qui n'obtiendra qu'un soutien limité aux élections de 1965. Ben Gourion s'enfonce peu à peu dans la solitude. En 1970, il se retire définitivement de la vie politique et s'installe à Sdé Boker, dans le Né [...]

Moshé Dayan, 1967

Moshé Dayan, 1967

Photographie

Le général en chef Moshé Dayan (1915-1981), ministre israélien de la Défense, se rend à Bethléem, après la prise de la ville aux Jordaniens lors de la guerre de Six Jours, en juin 1967. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : directeur de recherche au C.N.R.S., Centre d'études et de recherches internationales-Sciences Po

Classification


Autres références

«  BEN GOURION DAVID (1886-1973)  » est également traité dans :

AUX ORIGINES D'ISRAËL (Z. Sternhell) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Ariane BONZON
  •  • 1 515 mots

Qu'est-il advenu de la société nouvelle que les pères fondateurs d'Israël voulaient instaurer sur la Terre promise ? Tel est l'objet de la recherche que propose Zeev Sternhell dans son livre Aux origines d'Israël. Entre nationalisme et socialisme (Fayard). Présentée dès l'introduction de l'ouvrage, la réponse est abrupte : l'âge d'or n'a jamais existé, ce n'est qu'un mythe m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aux-origines-d-israel/#i_31022

BEGIN MENAHEM (1913-1992)

  • Écrit par 
  • Claude KLEIN
  •  • 1 006 mots
  •  • 3 médias

Sixième Premier ministre de l'État d'Israël, Menahem Begin est né à Brest-Litovsk le 16 août 1913. La ville que les juifs appelaient Brisk, aujourd'hui biélorusse, était alors polonaise. Durant toute sa vie, Begin est marqué par l'atmosphère pesante, voire sombre, dans laquelle vivent les juifs de Pologne au cours des années 1920 : antisémitisme latent, parfois suivi d'explosions violentes, avec d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/menahem-begin/#i_31022

ISRAÉLO-ARABE CONFLIT - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Christophe PÉRY
  •  • 898 mots

29 novembre 1947 Le plan de partage de l'O.N.U. prévoit la création de deux États, l'un juif, l'autre arabe, et d'une zone sous contrôle international (résolution 181). Mai 1948-juillet 1949 Proclamation de l'État d'Israël par Ben Gourion (le 14 mai) à l'échéance du mandat britannique sur la Palestine. Première guerre israélo-arabe déclenchée ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/israelo-arabe-reperes-chronologiques/#i_31022

IRGOUN

  • Écrit par 
  • Abraham TSITRONE
  •  • 516 mots
  •  • 1 média

Organisation nationaliste juive, l'Irgoun tsva'i l'oumi (Organisation militaire nationale) a été fondée en 1931 par Abraham Tehomi. Formé par des éléments issus de l'union des Birionim des années 1920, le premier mouvement sioniste « dissident » recrute ses troupes parmi les membres du Bétar, mouvement de jeunesse du Parti révisionniste, opposé au sionisme lent et « économique » du mouvement ouvri […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/irgoun/#i_31022

ISRAËL

  • Écrit par 
  • Marcel BAZIN, 
  • Claude KLEIN, 
  • François LAFON, 
  • Lily PERLEMUTER, 
  • Ariel SCHWEITZER
  • , Universalis
  •  • 26 707 mots
  •  • 40 médias

Dans le chapitre « La vie politique et les partis »  : […] Le mode de scrutin pratiqué par Israël favorise fort évidemment la multiplication des partis politiques. Mais pendant longtemps le Parti travailliste apparaissait comme le parti dominant, le seul capable de former un gouvernement, ce qui assurait une évidente stabilité. Puis, à compter de 1970, on a assisté à une tendance très nette à un regroupement autour de deux grands blocs, l'un travailliste […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/israel/#i_31022

LAVON PINHAS (1904-1976)

  • Écrit par 
  • Charles BLOCH
  •  • 665 mots

Né à Kopytchiniky en Galicie (Pologne), Pinhas Lubianiker (qui devait changer plus tard son nom en Lavon) étudia le droit à Lvov et milita activement dans le Mouvement de jeunesse sioniste socialiste (non marxiste) Gordonia. Après avoir immigré en Palestine en 1929 et s'être établi dans le kibboutz Hulda, il devint l'un des principaux théoriciens de son mouvement. Par la suite, il déploya une gra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pinhas-lavon/#i_31022

MEIR GOLDA (1898-1978)

  • Écrit par 
  • Amnon KAPELIOUK
  •  • 1 568 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Au service d'Israël »  : […] Après la proclamation de l'indépendance d'Israël, elle représente son pays à Moscou avec le rang de ministre plénipotentiaire. Élue député sur la liste du Mapaï (social-démocrate) à la première Knesset en 1949, elle rentre en Israël où elle occupe jusqu'en 1956 le poste de ministre du Travail et de la Sécurité sociale. Fidèle partisan de Ben Gourion dont elle partageait l'intransigeance dans le d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/golda-meir/#i_31022

INDÉPENDANCE D'ISRAËL PROCLAMATION DE L' (1948)

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 235 mots
  •  • 1 média

Alors que le mandat britannique sur la Palestine doit expirer le lendemain, David Ben Gourion proclame, le 14 mai 1948 à Tel-Aviv, l'indépendance de l'État d'Israël. Celui-ci est aussitôt reconnu par les principales puissances mondiales qui, au sein de l'O.N.U., recherchaient depuis l'année précédente une solution au problème du partage de la Palestine, devenu central depuis le génocide des Juifs […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/proclamation-de-l-independance-d-israel/#i_31022

PALESTINIENNE AUTORITÉ

  • Écrit par 
  • Olivier CARRÉ, 
  • Aude SIGNOLES
  • , Universalis
  •  • 28 716 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « La création de l'État d'Israël »  : […] Le génocide nazi des Juifs d'Europe a désormais fourni au programme sioniste en Palestine la valeur d'un droit humain international, imprescriptible et urgent. Le mouvement sioniste se rallie même à une option modérée : un État juif sur une portion seulement de la Palestine, l'autre portion pouvant devenir un État palestinien arabe souverain. Un plan de partage est en effet adopté par l'O.N.U. e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/autorite-palestinienne/#i_31022

PERES SHIMON (1923-2016)

  • Écrit par 
  • Claude KLEIN
  •  • 1 112 mots
  •  • 2 médias

Homme politique israélien, Premier ministre (1977, par intérim ; 1984-1986 ; 1995-1996) et président de l’État d’Israël (2007-2014). Shimon Peres (dont le véritable patronyme est Persky) est né à Wiśniew, en Pologne (aujourd'hui en Biélorussie), le 1 er  août 1923, dans une famille sioniste. Très tôt, il adhère à un mouvement de jeunesse sioniste de gauche. En 1931, son p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/shimon-peres/#i_31022

SIONISME

  • Écrit par 
  • Alain DIECKHOFF
  •  • 9 987 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre «  Le sionisme après la création de l'État d'Israël »  : […] Pour Ben Gourion, l'existence d'un État souverain devait, logiquement, conduire à la liquidation définitive de la Diaspora (shliḥat hagola) par l'immigration massive de tous les juifs. Cette perspective devait donc, à terme, amener la dissolution pure et simple du sionisme. À contrecœur, Ben Gourion dut toutefois bien reconnaître que, même si une vague d'immigration considérable submergea le pays […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sionisme/#i_31022

Pour citer l’article

Alain DIECKHOFF, « BEN GOURION DAVID - (1886-1973) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/david-ben-gourion/