Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

DANSE SPORTIVE

La danse sportive ou de compétition (dancesport en anglais) est une discipline en pleine expansion en France comme dans le monde. Bien que pratiquée en couple, elle diffère considérablement de la danse de salon, encore appelée danse de loisirs ou danse de société, d'où elle tire son origine, car elle demande un niveau technique digne de sportifs de haut niveau. Elle est pratiquée sur toute la planète : de Singapour à Paris, de Londres à Prague. En France, on dénombre plus de 3 000 danseurs sportifs qui sont répartis dans plus d'une centaine de clubs, ce qui est peu face à l'enthousiasme d'autres pays comme le Japon, où les championnats sont retransmis en direct à la télévision, et le Royaume-Uni, où 20 000 étudiants sont membres de l'Inter Varsity Dance Association (IVDA).

Sportive ou artistique ?

Avant tout, la danse sportive est un sport, agréé comme tel, en France, par le ministère de la Jeunesse et des Sports. Elle a été reconnue discipline olympique par le Comité international olympique (CIO) en 1997 et présentée en démonstration aux jeux Olympiques de Sydney en 2000, mais n'a toujours pas été acceptée comme sport médaillé. Néanmoins, en 2008, l'International Dance Sport Federation (IDSF) et le Comité international paralympique ont collaboré pour promouvoir la danse sportive en fauteuil roulant.

Si les jeux Olympiques de Tokyo en 2021 consacrent le surf, le skateboard, le karaté ou l'escalade au rang des nouveaux sports médaillés, il n'est pas encore question de voir des danseurs « sportifs » sur le podium. Il semblerait que ce soit finalement le break dance (danse de culture hip-hop) qui accède au rang de discipline olympique à Paris en 2024.

En France, comme pour tout sport de compétition, les équipes de compétiteurs sont gérées par des associations loi de 1901 qui adhèrent au Comité national de danse sportive dépendant de la Fédération française de danse. L'Hexagone compte sept ligues. Les fédérations nationales sont rassemblées au sein de l'IDSF (devenue depuis 2011 le WDSF – World Dance Sport Federation) qui réunit les amateurs. Le WDSF est constitué de cent sept organisations nationales. Le World Dance Council (WDC) est une autre organisation internationale importante, autrefois tournée vers les compétitions de danseurs professionnels mais qui a créé aussi une filière amateurs. Les deux organismes considèrent que seuls les couples formés par un homme et une femme peuvent être homologués.

La danse sportive est répertoriée et codifiée. Les portés et les acrobaties y sont formellement interdits. Seules dix danses, réparties en deux catégories (les danses de style standard et les danses latines), sont acceptées dans les compétitions. Cette particularité est due tout autant aux possibilités de développement « sportif » de chacune des danses qu'à l'histoire de la danse sportive. Cette dernière est issue notamment de la danse de salon qui trouve son origine en Angleterre vers la fin du xviiie siècle, touchant tout d'abord les classes sociales élevées.

En 1924, cinq professeurs anglais de renom – Josephine Bradley, Eve Tymegate-Smith, Muriel Simmons, Lisle Humphreys et Victor Sylvester – furent invités à participer, au sein de l'Imperial Society of Teachers of Dancing, à un groupe de travail afin de codifier la danse de salon et d'établir un programme d'examen. Il était donc nécessaire de fixer des règles communes. Ainsi, le premier comité technique standardisa les bases, les caractéristiques et les pas de chacune des quatre danses homologuées à cette époque : la valse anglaise (ou valse lente), le slow fox, le tango et le quick step. La valse viennoise, alors connue mais peu populaire en Angleterre, fut ajoutée ultérieurement et devint la cinquième danse standard. Les cinq danses latines – la rumba, le cha-cha-cha, la [...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : écrivaine, journaliste dans le domaine de la danse

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Voir aussi