SURF

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

On sait relativement peu de chose des origines du surf, dans lequel Jack London voyait « le sport roi des rois naturels de la terre ». Selon Luc Lueras, c'est vraisemblablement dans les îles du Pacifique que ces jeux ont débuté sous le nom de kaha nahu. Dans la première moitié du xixe siècle, les missions protestantes qui participent à la conquête des îles Hawaii portent un regard critique sur les pratiques de surf, qu'elles tentent de limiter sinon d'interdire.

Pratiquement oublié pendant plusieurs décennies, le surf renaît à partir de 1900 grâce à deux personnages emblématiques. Le premier, George Freeth, est un métis, né de parents irlandais et hawaiiens, qui s'initie au jeu grâce à une planche traditionnelle offerte par un de ses oncles hawaiiens. Freeth crée à Waïkiki, en 1908, le premier club de surf et de natation.

C'est dans ce contexte qu'apparaît Duke Paoa Kahanamoku, considéré comme le père spirituel des surfeurs. Sa notoriété en surf et en natation l'amène à faire des démonstrations en Californie, et l'Australie l'accueille avec éclat. La carrière hollywoodienne de Duke Kahanamoku et la médiatisation du surf dans la presse californienne favorisent l'organisation de compétitions et la création de clubs.

« Duke » Kahanamoku

Photographie : « Duke » Kahanamoku

L'Américain « Duke » Kahanamoku, de Hawaii, fut la première vedette de la natation. Il remporta notamment le 100 mètres nage libre aux jeux Olympiques de Stockholm en 1912 et d'Anvers en 1920. 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Ce n'est qu'après 1950 que le surf se diffuse vraiment, grâce à deux innovations technologiques majeures. La première, liée à l'utilisation des fibres de verre pour la construction des planches, est attribuée au Californien Bob Simmons, qui promeut l'idée de planches courtes et légères et conduit les premières réflexions à caractère scientifique sur leur forme par rapport aux vagues ainsi que sur le rôle de la dérive. La seconde innovation date des années 1950 et correspond à l'utilisation des planches de mousse plastique, qui vont progressivement remplacer le bois léger, en particulier le balsa servant jusque-là de support à la fibre de verre. Peter Peterson, puis Hobie Alter et Dave Sweet fabriquent de nouveaux engins légers. Ces planches permettent de délaisser les trajectoires de travers et de pratiquer un surf plus acrobatique, en jouant sur les manœuvres et les postures.

La vulgarisation du surf bénéficie alors d'un important soutien de la part des médias. Hugo Verlomme considère qu'il faut attendre l'été de 1967 pour mesurer l'étonnant impact du surf sur la société américaine. Il estime que durant un dimanche ensoleillé d'août plus de 450 000 surfeurs se pressent sur les plages, qui toutes possèdent leurs clubs et leurs champions. Les stations de radios spécialisées qui diffusent des bulletins météorologiques se multiplient, les grands magazines se développent : Surfer Magazine paraît en 1960, Surfing en 1961. Se précise une surf-musique, et des films tels que Ride the Wild Surf ou Endless Summer attirent un large public. Le surf est alors présenté comme un élément de contre-culture face à l'american way of life. Une image antiutilitariste qui n'aura qu'un temps.

Les Hawaii deviennent un lieu mythique qui attire des milliers de touristes et de surfeurs. La population y est répartie sur plusieurs îles, mais c'est sur celle d'Oahu, qui abrite la capitale, Honolulu, que les principaux centres touristiques vont s'établir. Le surf se pratique tout autour de l'île, et les surfeurs choisissent les lieux en fonction de leur niveau. Au sud, les vagues de Waïkiki sont généralement d'accès facile pour les débutants, alors qu'au nord les « spots » aux noms célèbres (Pipeline, Sunset, Waimea...) sont réservés aux professionnels. À l'est (Makapu) et à l'ouest (Makaha), les vagues attirent les surfeurs confirmés. C'est donc à partir des États-Unis que le surf en tant que sport s'est constitué. Mais d'autres foyers secondaires, situés sur tous les continents, vont devenir après les années 1960 des pôles de diffusion.

Surf : diffusion dans le monde

Dessin : Surf : diffusion dans le monde

La diffusion du surf dans le monde (d'après J.-P. Augustin). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

En Australie, le surf est organisé à partir des grandes villes côtières, mais de très nombreux spots sont répertoriés tout autour du pays. Introduit par des Californiens, le surf arrive plus tardivement en Afrique du Sud ; Jeffreys Bay, sur la côte est, est devenu un lieu mythique, et plusieurs films y ont été tournés, dont le célèbre Sea of Joy de Paul Witzig.

C'est par la France que le surf pénètre en Europe. En 1956, l'Américain Peter Viertel, qui tourne un film à Biarritz, est séduit par la forme des vagues de la côte basque. Il fait venir une planche de Californie et initie l'année suivante quelques amis, qui vont à leur tour favoriser la divulgation du sport. Un premier club se crée en 1959, puis d'autres s'établissent en même temps qu'est créée la Fédération française de surf-riding. Progressivement, les côtes landaise et girondine sont gagnées à la pratique. Les Championnats d'Europe de Seignosse en 1971 et 1975, puis les épreuves du circuit professionnel à Lacanau, Hossegor et Biarritz en favorisent la diffusion. À partir de la côte gasconne, un processus de diffusion vers la Grande-Bretagne, l'Espagne, le Portugal et bien d'autres pays côtiers s'accentue à la fin des années 1980.

Clubs et stations sur les côtes landaise et girondine

Dessin : Clubs et stations sur les côtes landaise et girondine

Clubs de surf et stations de surf. Étapes du développement touristique sur la côte aquitaine (d'après J.-P. Augustin, Cesurb). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Au sud des États-Unis, l'Amérique a été très tôt une terre de prédilection pour les surfeurs, qui y ont installé de petits groupes, d'abord en Amérique centrale et dans les îles des Caraïbes, puis sur les côtes du Brésil, d'Argentine, de l'Uruguay, du Chili, de Colombie et de l'Équateur. Les îles du Pacifique (Polynésie française, Marquises notamment), de l'océan Indien (Maurice, Réunion, Seychelles...) et celles proches de l'Asie et de l'Indonésie (Bali, Djakarta...) gardent un grand attrait pour les touristes surfeurs, dont le passage entraîne parfois l'organisation de pratiques locales.

Le surf en tant qu'activité sportive de pleine nature participe du « désir de rivage » qui touche l'Occident depuis le xixe siècle, et qui s'est accentué à la fin du xxe et au début du xxie siècle. Le phénomène est largement soutenu par d'autres agents économiques. À côté des artisans shapers, qui fabriquent des planches sur mesure, les multinationales américaines ou australiennes et leurs prolongements européens tiennent le marché et se spécialisent dans la production d'articles et de vêtements pour le grand public. Inventé par Tom Morrey en 1971, le body-board, petite planche permettant la pratique couchée, favorise la fréquentation des spots. Légère, maniable, de dimensions réduites, elle se vend en supermarché à plusieurs millions d'exemplaires chaque année.

Le surf peut être caractérisé comme un geste-discours qui allie performance et esthétisme. Il peut être également perçu comme une épure des sports de glisse, puisqu'il se joue dans un mouvement perpétuel où la vague et sa pente ne [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

« Duke » Kahanamoku

« Duke » Kahanamoku
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Surf : diffusion dans le monde

Surf : diffusion dans le monde
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Clubs et stations sur les côtes landaise et girondine

Clubs et stations sur les côtes landaise et girondine
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Jean-Pierre AUGUSTIN, « SURF », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/surf/