DALLAS-FORT WORTH

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Avec 7,2 millions d’habitants en 2016, l’agglomération texane de Dallas-Fort Worth est la quatrième des États-Unis, après celles de New York, Los Angeles et Chicago. Si l’on ne prend en compte que les populations des villes, Dallas est au neuvième rang (1,3 million d’habitants) et Fort Worth au seizième (854 000 habitants). Située au nord de l’État du Texas, elle occupe une zone de contact entre la vaste plaine littorale qui s’étend jusqu’en Floride et les mesas de la « prairie », ces hautes plaines qui s’étendent jusqu’au Nouveau-Mexique avant les contreforts montagneux de l’Ouest. Dallas est parmi les agglomérations américaines qui connaissent les plus fortes croissances : elle comptait en effet 3 millions d’habitants en 1980. Les deux villes, distantes de 50 kilomètres, forment une conurbation qui s’étale sur une centaine de kilomètres d’est en ouest.

États-Unis : carte administrative

Carte : États-Unis : carte administrative

Carte administrative des États-Unis. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

La ville de Dallas est fondée par John Neely Bryan en 1841, cinq ans après la proclamation d’indépendance de la république du Texas vis-à-vis du Mexique, république qui sera incorporée aux États-Unis en 1845. Le nom de la ville provient d’un certain Dallas, ami du fondateur, dont l’identité reste discutée. Sa situation est liée à un gué sur la rivière Trinity, permettant d’installer un comptoir pour faciliter les échanges entre les Amérindiens et les colons. Une population majoritairement d’origine suisse et allemande s’y installe, rapidement rejointe par un groupe de colons français mené par Victor Considérant, adepte du fouriérisme, qui fonde en 1855 La Réunion, un phalanstère qui disparaîtra cinq ans plus tard, mais dont les membres participeront au premier développement de la ville de Dallas. Fort Worth, quant à elle, doit son origine à la fondation, en 1849, d’un fort militaire par le général Worth sur la frontière américaine après la guerre contre le Mexique, et son développement à sa position sur le Chisholm Trail, la route du bétail, entre les ranches texans et les voies ferrées du Kansas reliant l’Est.

Dallas connaît un premier boom économique lorsque, en 1873, deux lignes de chemin de fer s’y croisent, permettant d’exporter vers les autres États le coton, les céréales et le bétail ; ces productions seront progressivement transformées sur place, faisant rapidement de Dallas le premier centre industriel du sud des États-Unis, alimenté par une main-d’œuvre afro-américaine après la guerre de Sécession (1861-1865), puis latino-américaine après la révolution mexicaine (1910-1920). Les activités bancaires, les assurances et l’industrie du vêtement renforceront ce leadership de Dallas sur le Texas et sur tout le sud-ouest du pays au début du xxe siècle, tandis que la ville voit sa population multipliée par six entre 1900 et 1930 ; elle compte alors 270 000 habitants. Par ailleurs, la Bourse du coton est ouverte en 1907, faisant de Dallas l’un des premiers marchés cotonniers mondiaux. Fort Worth, surnommée Cowtown, se développe également grâce au chemin de fer qui fait d’elle un centre de première importance pour l’industrie bovine et le commerce de gros. Elle passe ainsi de 26 000 habitants en 1900 à 106 000 en 1920.

En 1930, un gisement de pétrole est découvert à 160 kilomètres à l’est de Dallas. La ville devient le centre financier de l’industrie pétrolière, non seulement du Texas et de l’Oklahoma, mais aussi, au-delà, de la nation tout entière. Fort Worth profite également de l’activité pétrolière grâce à ses raffineries et devient un important centre d’entraînement pour l’aviation américaine pendant la Seconde Guerre mondiale. Après la guerre, l’industrie aéronautique et les hautes technologies (en particulier les circuits intégrés), portées notamment par la firme Texas Instruments, fondée à Dallas en 1941, vont faire de la cité l’un des trois plus grands pôles de recherche à l’échelle du pays dans les domaines des télécommunications et des technologies de l’information. Malgré l’assassinat, en novembre 1963, de John Fitzgerald Kennedy alors qu’il défilait en voiture dans le centre-ville [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Laurent VERMEERSCH, « DALLAS-FORT WORTH », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/dallas-fort-worth/