CURIOSITÉ, histoire de l'art

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le dictionnaire de Trévoux (1771) donne en trois mots les composantes de la curiosité, « Curiosus, cupidus, studiosus » : l'attention, le désir, la passion du savoir. Il est étonnant que, dès les origines, le mot désigne à la fois l'état du sujet et la nature de l'objet, et qu'il soit toujours resté attaché à l'activité artistique ou scientifique de l'amateur. « Ce mot est reçu parmi les amateurs des arts, on dit familièrement : comment va la curiosité ? » (Trévoux). De fait, l'histoire de la curiosité suit comme une ombre l'histoire des objets dans leurs rapports avec notre désir, du plus inavoué (jouissance du collectionneur plus ou moins fétichiste) au plus honorable (amateur, chercheur...). Il est impossible aussi de séparer l'histoire de la curiosité de celle des collections avec laquelle cependant elle ne se confondra jamais. Dès l'Antiquité, sous le signe de la rareté et de la beauté, de grandes collections sont composées. Là, la curiosité surgit du trésor des butins. César oubliait la Gaule pour un camée. Quant au monstrueux Verrès « atteint d'une espèce de boulimie de beauté, il s'intéressait aux terres cuites, aux médailles, aux tapisseries, aux pierres taillées [...]. Capable d'acheter tout ce qu'il désirait, il dérobait tout ce qu'il ne pouvait acheter. » Se condamnant lui-même par ce cri : « Aucune fortune, aucune raison du monde ne pourrait me décider à me séparer d'un de mes trésors aussi longtemps que je vivrai ! » Durant le Moyen Âge, c'est l'Église qui se chargea d'accumuler un fabuleux patrimoine d'objets faits pour la beauté et l'étonnement dans les Schatzkammern (Chambre du trésor). Mais la curiosité se fait déjà plus subtile que le seul goût du lucre, plus exigeante que la simple jouissance esthétique. Très tôt, et surtout en Allemagne, il se mêle à cette soif de posséder le plaisir de la singularité merveilleuse, stimulatrice du savoir. Dans les « cabinets » germaniques s'accumulent les premiers oiseaux empaillés, les défenses d'éléphants, les crocodiles naturalisés, les conques fantastiques. C'est la passion de l'inconnu ; fasciné par la nature, le curieux préfère ses monstres et ses merveilles à toute la pompe et aux joyaux de la production culturelle. Dans ces derniers, il choisira toujours l'objet singulier générateur de surprise, complice de la folie. Ainsi souvent l'humour, et toujours le jeu sous ses formes les plus fines, est présent dans la curiosité.

Tout cela fait de la Renaissance, même tardive, l'âge d'or de la curiosité. L'enrichissement général, l'afflux d'objets et d'êtres exotiques, les découvertes physiques, optiques, mécaniques sont autant de causes favorables à telle passion. La soif du beau, la passion du neuf font aborder l'inconnu sans effroi ; le jeu est pratiqué avec profondeur et la propriété est encore l'apanage du savoir. Vient l'époque des Kunstkammern (littéralement chambre d'art en allemand) puis des Wunderkammern, chambres des merveilles où s'entasse la foule hétéroclite et monstrueuse des objets qui défient la raison et l'imagination. À la fin du xvie siècle, les deux termes fusionnent et l'on dit Kunst- und Wunderkammer (en français Cabinet d'art et de curiosités). On baptise son musée personnel Rarothèque, Ciméliothèque, Thesaurus fossilium... Sur l'étagère, la merveille côtoie la mystification : Albert V de Bavière pouvait montrer, sur la foi d'un ecclésiastique, « un œuf sorti d'un autre œuf », et, dans une tasse, « une pincée de poudre de manne divine ». Auguste Ier de Saxe possédait des poils provenant de la barbe de Noé ! Le fétichisme n'est pas loin. À côté de ces farces se constituent d'admirables collections ; elles n'attendent que le signal de la spéculation marchande, que donneront antiquaires, courtiers et experts. Apparaît également le goût de l'insolite poussé jusqu'au morbide. Marguerite de Valois, cultivant le funèbre, passait pour porter sur elle le cœur embaumé de ses amants. Il est en tout cas authentique que François Ier collectionnait les boutons. Quant à la reine Christine de Suède, elle devait aussi être fort « curieuse », et cela jusqu'à la kleptomanie. « Gardez cette folle à l'écart de mes cabinets, s'écriait Mazarin, sinon il y manquera bientôt quelques-unes de mes miniatures ! » Mais Mazarin, comme Richelieu, est déjà à ranger du côté des grands collectionneurs, chez qui l'esprit vivant et imprudent de la curiosité fait place au gestionnaire du patrimoine [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  CURIOSITÉ, histoire de l'art  » est également traité dans :

ANTIQUAIRE

  • Écrit par 
  • Gérard ROUSSET-CHARNY
  •  • 1 228 mots

Le terme d'antiquaire désigne aujourd'hui un marchand d'objets d'art, d'ameublement et de décoration anciens. Mais le nom avait autrefois un sens voisin de celui que nous attribuons maintenant à archéologue. L' Encyclopédie de Diderot proposait la définition suivante : « L'antiquaire est une personne qui s'occupe de la recherche et de l'étude des monuments de l'Antiquité, comme les anciennes méda […] Lire la suite

CABINET DE CURIOSITÉS ou WUNDERKAMMER

  • Écrit par 
  • Myriam MARRACHE-GOURAUD
  •  • 4 019 mots
  •  • 3 médias

« Tous les hommes désirent naturellement la connaissance », déclare Aristote au début de la Métaphysique . Ce désir qui serait propre à la nature humaine, et qu’on nomme en latin libido sciendi , est une idée qui connaît une fortune particulière à la Renaissance, où les ambitions humanistes d’embrasser tous les domaines de la connaissance donnent raison à un élan, jugé proprement humain, vers les […] Lire la suite

COLLECTIONNISME

  • Écrit par 
  • Olivier BONFAIT
  •  • 11 967 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « Des cabinets scientifiques ? »  : […] En 1587, le programme du cabinet de Christian I er de Saxe est universel  : il englobe peintures, sculptures, curiosités et bibliothèque. Trente ans plus tard, Francis Bacon, dans son New Atlantis propose d'installer, dans le collège et le laboratoire du Salomon's House à Oxford, deux longues galeries, l'une regroupant les exemples des plus grandes inventions scientifiques, l'autre comportant d […] Lire la suite

CONNAISSEURS

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 2 037 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Amateurs et connaisseurs »  : […] Au xvii e  siècle, l'histoire de l'art élabore ses structures. Les ouvrages des historiens suscitent l'intérêt des gens épris de culture et celui des grands amateurs. Sans employer le terme, Carel van Mander dans son Livre de peinture (1604) évoque les connaisseurs, dont les avis font autorité et s'appliquent principalement à l'attribution des œuvres. En France, Roger de Piles publie en 1677 une […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marie-José MONDZAIN-BAUDINET, « CURIOSITÉ, histoire de l'art », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/curiosite-histoire-de-l-art/