CULTUREVue d'ensemble

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Si elles supposent toutes un système symbolique de représentations et de pratiques, les définitions de la notion de culture s'inscrivent dans une double tension : entre une acception universelle qui l'oppose globalement à la nature et un sens relativiste désignant les mœurs et coutumes des peuples ; entre un usage restreint aux œuvres d'art reconnues comme telles et une approche anthropologique plus large englobant les manières de penser et de faire de différents groupes (nations, ethnies, classes...). Ces tensions s'enracinent dans l'histoire de la notion de la culture et de ses usages sociaux.

Apparue au xvie siècle pour qualifier l'enrichissement de l'esprit au moyen d'exercices intellectuels, elle fut opposée à la fin du xviiie siècle à celle de civilisation par des penseurs allemands qui, dans leur volonté d'affirmer leur identité nationale face à l'hégémonie française, lui ont conféré sa connotation relativiste. À rebours de l'idée d'un développement historique unique qui établit une hiérarchie entre les peuples, le terme « Kultur », conceptualisé notamment par le philosophe allemand Johann Gottfried von Herder, signifie en effet le génie propre à chaque peuple. Lié à l'émergence d'une sphère intellectuelle qui se différencie progressivement de la sphère religieuse en se réclamant de l'autonomie de la raison, il participe en même temps de l'avènement des États-nations.

À partir du milieu du xixe siècle, le concept de culture se développe parallèlement dans les sciences de l'homme naissantes pour constituer, contre les explications naturalistes qui ancrent les conduites humaines dans des données biologiques (races, instincts, besoins, hérédité) et environnementales (théorie des climats), un ordre de phénomènes et un domaine de savoir distincts de ceux des sciences de la nature. En Allemagne, les « sciences de la culture » rappellent que leur objet est également un sujet, doté d'une faculté réflexive, d'où la nécessité de recourir à la méthode interprétative et de s'interroger sur le sujet même de la connaissance. Elles ouvrent la voie à l'étude de la représentation du monde, qu'Ernst Cassirer engage dans une perspective historique en portant au jour les formes symboliques propres à une époque. C'est aux catégories de perception que s'intéresse également l'anthropologie culturelle américaine initiée par Franz Boas, mais pour rechercher le dénominateur commun aux différentes cultures – une tâche que se donne aussi la linguistique structurale en s'intéressant à la « langue », c'est-à-dire aux structures communes, plutôt qu'à la « parole ». En France, la sociologie durkheimienne a joué ce rôle, en établissant, contre le réductionnisme biologique ou psychologique, le caractère sui generis des faits sociaux. Son approche fonctionnaliste des faits culturels est reprise par l'anthropologie sociale britannique (Alfred R. Radcliffe-Brown et Bronislaw Malinowski notamment). L'anthropologie structurale de Lévi-Strauss réalisera, après la Seconde Guerre mondiale, la synthèse de la tradition empirique anglo-saxonne et de l'apport de l'école sociologique française, en se penchant, comme y invitaient Émile Durkheim et Marcel Mauss, sur l'étude des formes de classification.

L'utilisation du terme culture se généralise et s'institutionnalise dans l'entre-deux-guerres. Phénomène de société, la production culturelle dans le deuxième sens du terme devient un objet d'étude à part entière. L'industrialisation de la production des biens culturels, d'abord le livre et la presse (le roman-feuilleton), puis la musique et le cinéma, a engendré ce qu'on a appelé la culture de masse. Assignant à la culture le rôle de formation de la conscience collective qui revenait auparavant à la religion, l'État moderne laïc met parallèlement en place des politiques éducatives et des politiques de patrimonialisation des œuvres d'art tout en développant un système d'aide qui accompagne la professionnalisation des activités de création. Ce système, qui prendra le nom de « politique culturelle », participe de la légitimation d'une catégorie de biens culturels, au sens restreint.

L'étude sociologique des modes de production, de circulation et de consommation des biens culturels émerge à la conjonction de la demande des entreprises de presse désireuses de connaître leur public et de la réflexion critique sur la culture de masse. D [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : directrice d'études à l'École des hautes études en sciences sociales, directrice de recherche au C.N.R.S.

Classification

Autres références

«  CULTURE  » est également traité dans :

CULTURE - Nature et culture

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 7 881 mots
  •  • 2 médias

« Étant donné que la culture s'acquiert par apprentissage, les gens ne naissent pas Américains, Chinois ou Hottentots, paysans, soldats ou aristocrates, savants, musiciens ou artistes, saints, chenapans ou moyennement vertueux : ils apprennent à l'être. » Ce propos de T. Dobzhansky (1966) caractérise assez complètement la conception moderne de la culture : elle est acquise, mais d'abord par imprég […] Lire la suite

CULTURE - Culture et civilisation

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 14 334 mots
  •  • 2 médias

En septembre 1914, accordant au ton de la propagande de guerre l'anathème jeté par Luther sur l'universalisme romain et renouvelé par Herder sur la philosophie des Lumières, Thomas Mann posait en principe, dans la […] Lire la suite

CULTURE - Sociologie de la culture

  • Écrit par 
  • Vincent DUBOIS
  •  • 4 264 mots

Le découpage des spécialités sociologiques oscille habituellement entre deux principes. Selon une répartition thématique, elles sont constituées en fonction de domaines empiriquement distingués (comme la sociologie du sport ou de la santé). Un partage d'ordre plus conceptuel repose quant à lui sur des orientations ou au moins des questions de recherche (comme la sociologie des organisations ou de […] Lire la suite

CULTURE - Culture de masse

  • Écrit par 
  • Edgar MORIN
  •  • 7 499 mots
  •  • 3 médias

C'est aux États-Unis qu'ont été créés les néologismes de mass media – terme qui englobe la grande presse, le cinéma, la radio, la télévision – et de mass culture – qui embrasse la culture produite, jouée et diffusée par les mass media.Au cours du premier demi-siècle, et singulièrement à partir des années trente, les mass media sont entrés […] Lire la suite

CULTURE - Le choc des cultures

  • Écrit par 
  • Jean-François MATTÉI
  •  • 6 367 mots
  •  • 10 médias

La crise de la culture, qui touche à sa définition, à sa transmission ou aux obstacles qu'elle rencontre, a pris aujourd'hui l'allure d'un lieu commun. Celui-ci est la manifestation abstraite de la crise de confiance que traverse l'Europe depuis les deux guerres mondiales. Les difficultés politiques rencontrées par sa construction, dont témoigne sa dif […] Lire la suite

ÉDUCATION / INSTRUCTION, notion d'

  • Écrit par 
  • Daniel HAMELINE
  •  • 1 300 mots

Dans le chapitre « Instruire »  : […] Instruire un individu éducable ne signifie pas l'entourer de soins, lui faire contracter des habitudes et le former. C'est à la fois beaucoup moins et beaucoup plus. C'est lui transmettre les savoirs savants ou techniques qu'il n'aurait pas trouvés de lui-même, en renforçant sa liberté de jugement à leur égard comme à l'égard de toute connaissance. C'est aussi le faire accéder à la culture dont c […] Lire la suite

AFFECTIVITÉ

  • Écrit par 
  • Marc RICHIR
  •  • 12 253 mots

Dans le chapitre « Difficultés du concept »  : […] C'est dans un contexte relativement indécis, aux frontières entre la philosophie et la psychologie, que le terme « affectivité » apparaît dans la seconde moitié du xix e  siècle, avec l'équivoque de désigner tout à la fois le pouvoir d'être affecté et le « système » des « affects », lesquels se distinguent des sensations en tant que celles-ci sont exogènes alors qu'ils sont censés être endogènes. […] Lire la suite

AFRIQUE (Histoire) - Préhistoire

  • Écrit par 
  • Augustin HOLL
  •  • 6 307 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La fabrication d'outils »  : […] Les recherches sur les origines de l'humanité sont pluridisciplinaires par nécessité et se composent d'une vaste panoplie de disciplines faisant partie de ce que l'on peut appeler la « nébuleuse paléoanthropologie ». La branche archéologique se concentre sur l'étude des produits des activités hominidés/humaines et vise à comprendre les modes de vie et leurs transformations dans le temps. L'idée […] Lire la suite

ANTHROPOLOGIE

  • Écrit par 
  • Élisabeth COPET-ROUGIER, 
  • Christian GHASARIAN
  •  • 16 099 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  L'anthropologie sociale et culturelle »  : […] Libérée d'une certaine histoire de type spéculatif, et obligée de forger de nouveaux concepts, l'ethnologie porta sa réflexion sur la culture et sur la société, cette dualité devant conduire à deux courants de pensée complémentaires et parfois opposés. Lorsque la notion de culture rejoignit celle de civilisation (sans qu'une hiérarchie fût présupposée entre l'une et l'autre), l'ethnologie repens […] Lire la suite

ANTHROPOLOGIE COGNITIVE

  • Écrit par 
  • Arnaud HALLOY
  •  • 5 804 mots

Dans le chapitre « Le connexionnisme »  : […] L’émergence des modèles connexionnistes dans le courant des années 1980 est venu renforcer la réalité psychologique des schémas et modèles culturels en leur conférant une réalité neurophysiologique. Très succinctement, les modèles connexionnistes décrivent les phénomènes mentaux et comportementaux comme le produit émergeant d’activation et de création de réseaux de neurones. Ils se distinguent ai […] Lire la suite

Les derniers événements

2-6 décembre 2021 Vatican – Chypre – Grèce. Visite du pape François à Chypre et en Grèce.

Accueilli par les représentants des Églises catholiques latine et orientale, il vante la « diversité » qui marque l’île, tant du point de vue religieux que culturel. « Par votre fraternité, vous pouvez rappeler à tous, à l’Europe tout entière, que, pour construire un avenir digne de l’homme, il faut travailler ensemble […] », affirme-t-il. Il évoque avec le président Nicos Anastasiades la situation de l’île coupée en deux – une « terrible lacération » –, ainsi que la question migratoire, et annonce son intention de transférer symboliquement des migrants à Rome. […] Lire la suite

2-29 mai 2007 France. Élection de Nicolas Sarkozy à la présidence de la République et formation par François Fillon du nouveau gouvernement

Le 10, au jardin du Luxembourg, à Paris, Jacques Chirac, chef de l'État sortant, et Nicolas Sarkozy, président élu, apparaissent ensemble pour la journée commémorative de l'abolition de l'esclavage. À l'issue de la cérémonie, ils ont un entretien avec Saad Hariri, chef de la majorité parlementaire antisyrienne au Liban. Le 10 également, le Conseil national de l'U. […] Lire la suite

2-28 mai 1997 France. Victoire de l'opposition de gauche au premier tour des élections législatives

) rend public son programme en vue des élections législatives anticipées convoquées par le président Chirac en avril. Intitulé Changeons d'avenir, changeons de majorité, ce programme propose « un choix de civilisation » qui consiste à « remettre l'Homme au centre de l'économie ; [à] remettre la France en marche : en créant des emplois, en diminuant la durée du travail, en rendant du pouvoir d'achat aux Français ; [à] reconquérir l'avenir : par la priorité à l'éducation, à la recherche, à la culture, à la santé, à, l'environnement ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Gisèle SAPIRO, « CULTURE - Vue d'ensemble », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/culture-vue-d-ensemble/