SARDES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Capitale du royaume de Lydie qui a connu une histoire particulièrement brillante sous la dynastie des Mermnades et singulièrement sous le règne de Crésus (~ 561-~ 546). Après que celui-ci a été battu par le Perse Cyrus le Grand, Sardes devient la capitale d'une des plus riches satrapies de l'empire achéménide. Mais en ~ 498, lors de la révolte des cités grecques d'Ionie, les Grecs parviennent jusqu'à la ville et l'incendient. C'est, en partie, par mesure de rétorsion que Darius Ier envoie une expédition punitive en Grèce, ce que nous appelons la première guerre médique, et c'est à Sardes que Xerxès rassemble les troupes qu'il conduit en Europe lors de la seconde guerre médique. La ville est particulièrement réputée pour la richesse de ses monuments, et le développement d'un artisanat de luxe. Dès l'époque des Mermnades, elle subit déjà très fortement l'influence de l'hellénisme, et cette influence ira croissant tant sous la domination achéménide qu'après la conquête d'Alexandre, lorsqu'elle deviendra l'une des principales villes de l'Asie Mineure hellénistique.

—  Claude MOSSÉ

Écrit par :

Classification


Autres références

«  SARDES  » est également traité dans :

LYDIE

  • Écrit par 
  • André LARONDE
  •  • 1 771 mots

Dans le chapitre « Prospérité de la Lydie sous Crésus »  : […] Sous Crésus, la Lydie s'étend sur toute l'Asie Mineure à l'ouest de l'Halys. Des Éoliens, des Ioniens et des Doriens, Crésus se borne à exiger un tribut. La Lydie se trouve donc en contact avec le monde grec. Non seulement les Grecs accueillaient les caravanes parties de Sardes, mais ils vinrent en nombre s'installer à Sardes. Les mariages mixtes durent se multiplier, à l'imitation de celui d'Aly […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lydie/#i_29835

PALÉOCHRÉTIEN ART

  • Écrit par 
  • François BARATTE, 
  • Françoise MONFRIN, 
  • Jean-Pierre SODINI
  •  • 13 547 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Les rues et les places »  : […] Le réseau des rues s'ordonne presque toujours dans les grandes villes autour de grandes artères, se recoupant à angle droit, qui déterminent des quartiers divisés par des transversales étroites, souvent en pente (voire de simples escaliers) parfois couvertes (Éphèse, Rome). Ces grandes voies sont le plus souvent bordées de portiques, suivant un usage qui est attesté pour la première fois à Antioc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-paleochretien/#i_29835

Pour citer l’article

Claude MOSSÉ, « SARDES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/sardes/