HARPAGE (mort apr. 545 av. J.-C.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Seigneur qui appartient à la famille d'Astyage, roi des Mèdes. Selon la tradition recueillie et transmise par Hérodote, Harpage aurait reçu l'ordre de mettre à mort le petit-fils du roi, Cyrus. Astyage a eu, en effet, deux rêves prémonitoires. Par le premier, il est avisé de ne pas donner sa fille Mandane en mariage à un prince mède dont l'énergie risque de se révéler dangereuse pour la dynastie. Il lui fait donc épouser un Perse de sang royal, mais qu'il considère comme très inférieur à un Mède, du nom de Cambyse. Un second rêve vient révéler à Astyage que de sa fille sortira une vigne dont les ceps recouvriront toute la surface de l'Asie ; il discerne dans ce second songe le même avertissement que dans le premier. Il fait accoucher Mandane dans son palais, et remet le nouveau-né à Harpage avec l'ordre de le tuer. Harpage, qui redoute le ressentiment de Mandane lorsqu'elle aura succédé à son père, préfère, après bien des hésitations, le confier au berger Mithridate qui l'exposera dans les montagnes. Cyrus est allaité par une chienne, animal sacré chez les Iraniens, ou, selon une version rationaliste, par la femme du berger Mithridate, nommée Spako (« chienne »). Celle-ci vient en effet d'accoucher d'un enfant mort-né auquel elle substitue Cyrus, tandis que le petit cadavre est présenté à Astyage. Cyrus grandit, est reconnu pour le fils de Mandane et Astyage paraît heureux de le retrouver vivant. Cette satisfaction n'empêche pas le roi de tirer une vengeance horrible d'Harpage, coupable d'avoir désobéi à ses ordres. Astyage fait tuer le propre fils d'Harpage. La chair de l'enfant est servie à son père au cours d'un banquet, cependant que les extrémités de la victime et sa tête lui sont présentées dans une corbeille. Harpage cache longtemps sa douleur et sa volonté de vengeance, mais lorsque Cyrus est devenu un homme, il l'incite à se révolter contre Astyage. Cyrus décide son père Cambyse à prendre les armes contre Astyage. Vaincu dans une première bataille où son père trouve la mort, Cy [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  HARPAGE (mort apr. 545 av. J.-C.)  » est également traité dans :

MÈDES

  • Écrit par 
  • Roman GHIRSHMAN
  •  • 4 000 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La fin du royaume mède »  : […] Astyage, le dernier roi mède (585 ou 584-550 av. J.-C.) était, s'il faut comprendre les sources anciennes, un homme suspicieux, méfiant, jaloux de son pouvoir, bref un caractère qui ne facilitait pas ses rapports avec la noblesse de son pays, jalouse, elle, de ses droits. Quelques gestes maladroits du roi créèrent une hostilité entre le prince et cette élite mède, à la tête de laquelle se trouvait […] Lire la suite

Pour citer l’article

Valentin NIKIPROWETZKY, « HARPAGE (mort apr. 545 av. J.-C.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/harpage/