COTE EN BOURSE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Lorsque les entreprises s'introduisent en Bourse, elles ne se font pas toutes coter sur le même marché. Tout dépend de leur réputation, de leur assise financière, de leur secteur d'activité, etc. En France, il existe trois marchés de cotation réglementés et un marché libre, ouverts aux entreprises françaises et étrangères.

Parmi les marchés réglementés, le premier marché est réservé à des entreprises dont la réputation et la solidité financière sont en principe acquises. Elles seules peuvent satisfaire aux critères quantitatifs et qualitatifs stricts de l'admission : une capitalisation boursière d'au moins 1 milliard d'euros, une ouverture au public d'au moins 25 p. 100 du capital, et d'autres conditions en termes de chiffre d'affaires, de résultat et de distribution de dividendes.

Le second marché a été créé en 1983 pour permettre le financement direct des P.M.E. Ses conditions d'accès sont plus souples : un seuil minimum de capitalisation boursière recommandé mais non imposé de 100 millions de francs, au moins 10 p. 100 du capital ouvert au public, une information régulière des actionnaires et des autorités de tutelle.

Le nouveau marché, appartenant au réseau de marchés européens appelé Euro N.M., a été ouvert en 1996. Il a vocation à accueillir, comme le Nasdaq américain, des entreprises jeunes et innovantes (start-up) à fort potentiel de croissance dans le secteur de la haute technologie. Pour s'y faire coter, aucune condition portant sur le chiffre d'affaires, la rentabilité ou l'historique des comptes. Les principales exigences sont un montant minimum de fonds propres de 1,5 million d'euros avant l'introduction et une ouverture au public d'au moins 20 p. 100 du capital.

Le marché libre (O.T.C. – « ouvert à toute cession ») – non réglementé comme son nom l'indique – a remplacé en 1998 le « hors-cote » ; il permet de négocier des valeurs n'appartenant à aucun autre compartiment de la cote.

Ces différentes catégories de marchés de cotation ne doivent pas être confondues avec le clivage fondamental entre marché primaire et marché secondaire. Le marché primaire désigne l'ensemble des valeurs à l'émission : c'est le marché du neuf, celui sur lequel les entreprises obtiennent leur financement. Le marché secondaire est, à l'inverse, celui de l'occasion, celui sur lequel on échange les titres déjà émis.

—  Christian de BOISSIEU

Écrit par :

Classification


Autres références

«  COTE EN BOURSE  » est également traité dans :

BOURSE - Marchés de valeurs mobilières

  • Écrit par 
  • Daniel GOYEAU, 
  • Amine TARAZI
  •  • 8 114 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La cotation des titres »  : […] La cotation à la criée , où les représentants des intermédiaires boursiers se réunissent sur un parquet pour « crier » leurs ordres, a été progressivement remplacée par un système de cotation assistée par ordinateur. La cotation informatisée constitue une étape importante dans le processus de modernisation des marchés. Elle permet, en effet, la délocalisation spatiale de la n […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bourse-marches-de-valeurs-mobilieres/#i_27991

BOURSE - Microstructure des marchés financiers

  • Écrit par 
  • Laurence LESCOURRET, 
  • Séverine VANDELANOITE
  •  • 5 865 mots
  •  • 1 média

La microstructure des marchés financiers est un domaine de la finance créé au début des années 1970 dans le but d'analyser l'influence des différents modes d'organisation de la négociation des valeurs mobilières sur la formation des prix des actifs et celle des coûts de transaction. Le mode d’organisation régit les règles de l’échange, et un des principaux enjeux de la microstructure est de compr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bourse-microstructure-des-marches-financiers/#i_27991

FUSIONS-ACQUISITIONS

  • Écrit par 
  • Patricia CHARLÉTY, 
  • Saïd SOUAM
  •  • 9 404 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La sous-évaluation de la cible »  : […] Toutes les informations pertinentes ne sont pas reflétées dans les cours boursiers : certaines sociétés sont surévaluées, d'autres sous-évaluées. Dans ce contexte d'inefficience des marchés financiers, des acquisitions de sociétés cotées s'expliqueraient par une sous-évaluation boursière de la cible quand les dirigeants de l'entreprise acquéreuse bénéficient d'une meilleure information que le mar […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fusions-acquisitions/#i_27991

NASDAQ

  • Écrit par 
  • Francis DEMIER
  •  • 288 mots

Le NASDAQ (National Association of Securities Dealers Automated Quotations), créé en 1971 à New York, est l'un des trois marchés de transactions boursières orienté par les prix (avec la Bourse de Londres et celle de Singapour). Par opposition aux marchés dirigés par les ordres, le mécanisme consiste à diffuser des prix à l'achat et à la vente par l'entremise d'intermédiaires boursiers et à suscite […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nasdaq/#i_27991

Pour citer l’article

Christian de BOISSIEU, « COTE EN BOURSE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/cote-en-bourse/