CORPORATISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le corporatisme est une doctrine fondée sur le principe d'une organisation de la profession telle que toutes les catégories sociales lui appartenant participent à sa réglementation et à sa protection. La profession ainsi organisée devient une institution nantie de pouvoirs de décision, de représentation, de discipline, dans les domaines social, économique et éventuellement politique.

De nombreuses tendances se sont manifestées au sein de cette doctrine ; elles ont toutes un fond commun. D'abord, le respect des principes qui régissaient les communautés d'arts et métiers, les corps et ordres de l'Ancien Régime. Ensuite, l'admission des idées essentielles de catholiques sociaux, surtout René de La Tour du Pin et Albert de Mun qui, en France, préconisèrent un « ordre social chrétien ». Enfin, la croyance en un équilibre dynamique, sur le plan social et sur le plan économique, assuré grâce à la coopération productive de tous les hommes du même métier et à l'action directe des professions organisées en fonction des programmes et des politiques économiques de l'État.

Le corporatisme cherche à se situer à égale distance de l'individualisme libéral et du collectivisme. Les régimes politiques qui se sont recommandés de lui – à juste titre, selon les uns, abusivement, selon les autres – furent tous d'un type dictatorial. En cela la doctrine a été ternie. Il n'en reste pas moins que des expériences ont été sources d'enseignements et que toutes les théories modernes tendant à accroître la représentativité et le pouvoir réglementaire des professions, la coopération interprofessionnelle sur le plan national ou régional, la collaboration organisée entre les syndicats, la participation de toutes les catégories du travail à la gestion des entreprises ou à certains éléments de cette gestion, se sont inspirées implicitement de l'idée corporatiste.

Corporation économique et corporation sociale

Selon la théorie corporatiste qui, en se référant à La Tour du Pin, se présente comme seule orthodoxe, l'ensemble des problèmes financiers, économiques et sociaux qui se posent à une profession doivent être soumis à la discussion et à la décision des représentants de tous les membres des entreprises concernées. Chaque « catégorie » élirait donc en son sein ses représentants aux instances de la corporation. Les auteurs s'accordent sur la nécessité d'assurer ainsi une triple représentation : des patrons, des techniciens et des travailleurs. Mais ils diffèrent sur la détermination des effectifs élus par chaque catégorie, et aussi sur la composition de ces dernières : certains souhaitent une représentation massive des cadres techniques, d'une part, et de la main-d'œuvre ouvrière et employée, d'autre part, alors que d'autres veulent, pour les cadres techniques et pour la main-d'œuvre, une représentation proportionnelle à l'importance respective des principales spécialités.

Les pouvoirs de décision économique de chaque groupe d'élus dans les instances corporatives varient selon les auteurs. Un courant, dit « socialisant », préconise l'égalité au niveau du pouvoir de décision entre chacun des trois grands groupes : patronat, techniciens, personnel. Un autre courant, se recommandant de thèses émises par F. Perroux dans son ouvrage Capitalisme et communauté du travail (1936), penche pour une égalité entre la représentation patronale et la représentation ouvrière, arbitrée par des techniciens. Enfin, un troisième courant, dit « conservateur », tient à une majorité absolue du patronat face à l'ensemble des représentations de salariés, techniciens et main-d'œuvre. Il en est même qui ne reconnaissent aux instances « tripartites » que le droit à la discussion et à la délibération consultative, la décision demeurant au seul patronat.

Corporatisme de profession et corporatisme d'entreprise

La théorie du corporatisme de profession veut que les représentants de chaque catégorie à l'organisation corporative soient élus par leurs pairs de toutes les entreprises ressortissant à la profession, de manière qu'ils définissent les règles applicables au métier tout entier, et par suite à tous les établissements. Ce corporatisme admet en fin de compte l'existence de syndicats de base, obligatoires, qui délégueraient leurs dirigeants auprès des institutions corporatives.

La théorie du corporatisme d'entreprise rejette cette structure syndicale. Elle entend que les délégués de toutes les catégories soient l [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  CORPORATISME  » est également traité dans :

LA FIN DES CORPORATIONS (S. L. Kaplan)

  • Écrit par 
  • Reynald ABAD
  •  • 986 mots

Sous l'Ancien Régime, des pans entiers de l'artisanat et du commerce urbains étaient organisés en communautés d'arts et métiers. Ces dernières, aussi dénommées corporations à partir du xviii e  siècle, étaient vouées à l'exercice d'une activité – la boucherie, la cordonnerie, l'orfèvrerie, etc. – et dotées de statuts reconnus par l'autorité publique, qui leur garantissaient le monopole de l'activi […] Lire la suite

LA TOUR DU PIN CHAMBLY DE LA CHARCE RENÉ marquis de (1834-1924)

  • Écrit par 
  • René RÉMOND
  •  • 479 mots

Un des fondateurs, avec Albert de Mun et Léon Harmel, du catholicisme social, et le théoricien du mouvement. La Tour du Pin a subi l'influence de Frédéric Le Play et de son école de la Réforme sociale. Légitimiste de cœur, il a été marqué par la lettre adressée en 1865 aux ouvriers par le comte de Chambord, qui traçait un programme d'action sociale. Comme Albert de Mun, la défaite de 1871 et la Co […] Lire la suite

SYNDICATS AGRICOLES

  • Écrit par 
  • Jean VERCHERAND
  •  • 8 788 mots

Dans le chapitre « L'unité imposée sous Vichy : la Corporation paysanne »  : […] Après le profond traumatisme de la défaite de juin 1940 et l'effondrement de la République qui s'ensuit, se met en place un régime autoritaire, xénophobe et antisémite, clérical et fascisant. Le néo-corporatisme hérité de la branche conservatrice du catholicisme social devient la référence doctrinale de « l'État français » pour conduire le « redressement intellectuel et moral » du pays. Et c'est […] Lire la suite

VICHY RÉGIME DE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre AZÉMA
  •  • 6 922 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La « Révolution nationale » : une révolution culturelle »  : […] Philippe Pétain et bon nombre de ceux qu'on trouvait dans les allées du nouveau pouvoir se seraient bien passés de devoir gérer les relations avec le Reich, relations qui devenaient au fil des mois de plus en plus pesantes. Mais ils entendaient mettre en œuvre, coûte que coûte, le grand dessein de remodeler la France, dans ce qui sera appelé la « Révolution nationale », projet qui en terminerait […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

10 juillet 1997 France. Conclusions de la commission Truche sur la réforme de la justice

destinée à renforcer sa légitimité en prévenant toute forme de corporatisme : les magistrats y seraient à la fois minoritaires et plus représentatifs. Concernant la protection de la présomption d'innocence, le rapport Truche préconise une réforme de la procédure pénale : le juge d'instruction perdrait son pouvoir de mise en détention provisoire au profit d'une collégialité de trois magistrats ; l'avocat pourrait intervenir dès la première heure de garde à vue ; la durée des informations judiciaires serait limitée ; l'anonymat des personnes impliquées dans une enquête ou gardées à vue, avant l'ouverture d'une information judiciaire, serait garanti. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Maurice BOUVIER-AJAM, « CORPORATISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/corporatisme/