CONGRÈS DE VIENNE, en bref

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le 1er novembre 1814 débutent les négociations officielles du congrès de Vienne, réuni à l'initiative des quatre grands vainqueurs de Napoléon Ier (Grande-Bretagne, Prusse, Russie et Autriche), afin de restaurer la paix en Europe et d'en finir avec l'ère révolutionnaire issue de 1789. Neuf jours avant Waterloo, l'Acte final du 9 juin 1815 dessine une nouvelle carte du continent : la Russie, la Prusse et l'Autriche agrandissent leur territoire, et la Grande-Bretagne renforce ses positions maritimes, tandis que la France, toujours soupçonnée de menées révolutionnaires, est entourée d'un cordon sanitaire d'États secondaires. Dans le souci d'établir un équilibre entre les grandes puissances, le congrès de Vienne crée les conditions d'une paix durable qui, peu ou prou, va perdurer jusqu'à la conflagration de 1914. Mais, en consacrant les principes de légitimité et de restauration monarchique au mépris du droit des nationalités, les hommes de Vienne, à l'instar de l'Autrichien Metternich, jettent les bases des révoltes libérales qui, en 1848, secoueront l'Europe entière.

Congrès de Vienne

photographie : Congrès de Vienne

photographie

Congrès de Vienne (novembre 1814-juin.1815). Séance des plénipotentiaires des huit principales puissances européennes, signataires du traité de Paris du 30 mai 1814. Jean-Baptiste Isabey, Le Congrès de Vienne. Sépia, 1815. Musée du Louvre, Paris. 

Crédits : Erich Lessing/ AKG

Afficher

—  Olivier COMPAGNON

Écrit par :

  • : professeur d'histoire contemporaine à l'Institut des hautes études de l'Amérique latine, université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification

Autres références

«  VIENNE CONGRÈS DE (1814-1815)  » est également traité dans :

VIENNE (CONGRÈS DE)

  • Écrit par 
  • Guillaume de BERTHIER DE SAUVIGNY
  •  • 954 mots
  •  • 1 média

Après leur victoire sur Napoléon, au printemps de 1814, les quatre principales puissances victorieuses décident de convoquer à Vienne un congrès de tous les États d'Europe. Vingt années de guerre et de bouleversements territoriaux ne permettent pas d'en revenir simplement au statut de 1789 ; un nouvel ordre européen doit être établi qui perpétuera la paix ret […] Lire la suite

ABOLITION INTERNATIONALE DE LA TRAITE ATLANTIQUE

  • Écrit par 
  • Jean BOULEGUE
  •  • 191 mots
  •  • 1 média

La traite des Noirs par l'Atlantique a débuté au xv e  siècle, à destination de l'Europe, mais c'est après la découverte de l'Amérique qu'elle a pris son essor, pour fournir de la main-d'œuvre aux plantations. Les estimations sur le nombre de personnes déportées d'Afrique en Amérique varient, pour la plupart, entre dix et vingt millions. Le xviii e  siècle fut la pire période, mais il vit aussi le […] Lire la suite

ABOLITIONNISME, histoire de l'esclavage

  • Écrit par 
  • Jean BRUHAT
  •  • 2 929 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'accord des puissances contre la traite »  : […] En Angleterre, en revanche, les abolitionnistes, en raison surtout de l'entêtement de Wilberforce et de son disciple Thomas Buxton, et aussi parce que le travail servile ne présente plus d'intérêt économique, obtiennent en 1807 la suppression de la traite. Le 1 er  janvier 1808, aux États-Unis, entre en vigueur une décision datée de 1794 qui interdisait l'importation d'esclaves d'Afrique. Ces mesu […] Lire la suite

BELGIQUE - Histoire

  • Écrit par 
  • Guido PEETERS
  •  • 20 605 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « La parenthèse française et hollandaise (1795-1830) »  : […] Le 26 juin 1794, le général français JeanBaptiste Jourdan battait définitivement les troupes autrichiennes à Fleurus, et par le traité de Campoformio (1797) l'Autriche reconnaissait formellement la cession des Pays-Bas du Sud à la France. La France annexait également la principauté de Liège, laquelle faisait désormais partie de la France au même titre que les autres provinces belges. Au cours de […] Lire la suite

CASTLEREAGH HENRY ROBERT STEWART marquis de LONDONDERRY et vicomte (1769-1822)

  • Écrit par 
  • Guillaume de BERTHIER DE SAUVIGNY
  •  • 367 mots

Né la même année que Napoléon et Wellington, issu comme ce dernier de l'aristocratie anglaise établie en Irlande du Nord, Castlereagh fait d'abord carrière dans l'administration irlandaise ; après l'Acte d'union, en 1800, il est élu député au Parlement de Westminster. Après avoir occupé un poste secondaire dans le ministère d'Addington en 1802, il est appelé par Pitt au ministère de la Guerre et d […] Lire la suite

COALITION GUERRES DE (1792-1815)

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 1 058 mots
  •  • 1 média

Pendant dix années consécutives, de 1792 à 1802, puis pendant douze autres années consécutives, de 1803 à 1815, la France s'est trouvée en guerre avec les principales puissances de l'Europe. La guerre déclarée par Louis XVI et l'Assemblée législative au « roi de Hongrie et de Bohême » trouve son origine dans les rassemblements d'émigrés en territoire allemand et les réclamations des princes posses […] Lire la suite

FLEUVES INTERNATIONAUX

  • Écrit par 
  • Hubert THIERRY
  •  • 3 822 mots

Dans le chapitre « Internationalisation des fleuves »  : […] Antérieurement à la Révolution, le droit fluvial européen était caractérisé par le monopole de chaque État riverain sur la portion du fleuve qu'il contrôlait. Aussi la navigation fluviale était-elle entravée par de nombreux octrois et, dans certains cas, par l'obligation de « rompre charge », c'est-à-dire de décharger les marchandises, dont le transport était assuré successivement par les navires […] Lire la suite

FRANÇOIS II (1768-1835) empereur germanique (1792-1806) puis FRANÇOIS Ier empereur d'Autriche (1804-1835)

  • Écrit par 
  • Jean BÉRENGER
  •  • 631 mots

Né à Florence, où son père, le futur Léopold II, gouvernait le grand-duché de Toscane (devenu depuis 1738 bien patrimonial des Habsbourg-Lorraine), François II est le dernier empereur germanique, puisque le Saint Empire est dissous en 1806, et le premier empereur héréditaire d'Autriche (1804) sous le nom de François I er . Cette simple affaire de protocole annonce le retrait progressif des Habsbou […] Lire la suite

LÉGITIMITÉ

  • Écrit par 
  • Paul BASTID
  •  • 4 455 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La règle et son dépassement »  : […] En quoi légitime se distingue-t-il de légal  ? Comment des pouvoirs légaux peuvent-ils être illégitimes ? Le dictionnaire de Littré, d'ordinaire si éclairant, ne nous est pas ici d'un grand secours. Ses définitions font tout de suite apparaître la difficulté d'établir un rapport rigoureux entre légitime et légal , entre légitimité et légalité . Le premier sens qu'il donne du mot légitime , c'es […] Lire la suite

LIGNE CHARLES JOSEPH prince de (1735-1814)

  • Écrit par 
  • Louis TRENARD
  •  • 735 mots

Issu d'une famille illustre des Pays-Bas, né à Bruxelles, Charles Joseph de Ligne est lui-même homme de guerre, diplomate et écrivain ; il hérite des titres de prince du Saint Empire, chevalier de la Toison d'Or, grand d'Espagne, grand bailli de Hainaut. Élevé avec rudesse, tôt intéressé aux récits et à l'observation des champs de bataille (Fontenoy, Ath, Mons, Tournai), il se distingue pendant la […] Lire la suite

Pour citer l’article

Olivier COMPAGNON, « CONGRÈS DE VIENNE, en bref », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/congres-de-vienne-en-bref/