Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CONFORMISME (psychologie)

Le conformisme désigne le processus d'influence sociale par lequel une personne est amenée à aligner ses propres perceptions, croyances ou conduites sur celles d'un ensemble d'autres personnes. Commander la même boisson que ses amis lors d'une sortie, adopter les codes vestimentaires en usage dans son entourage professionnel, ou encore adhérer aux préjugés en vigueur dans son nouveau club sportif à propos des membres d'un club concurrent constituent des manifestations ordinaires de cette forme d'influence. Elle est un facteur puissant de cohésion groupale et le vecteur privilégié de la reproduction des usages sociaux.

Les motivations à se conformer

La tendance à imiter autrui a d'abord été mise sur le compte d'une suggestibilité propre à certains humains voire d'un instinct fondamental partagé par tous. Toutefois, les psychologues sociaux ont très tôt abandonné l'idée d'un individu soumis passivement à l'influence de ses congénères au profit de la conception d'un individu actif développant sa vision du monde tout en intégrant le contexte social particulier du moment.

Ainsi, dans une situation nouvelle ou complexe, une personne doutant du bien-fondé de ses opinions ou comportements peut choisir de considérer les autres comme une source pertinente de connaissances et être alors tentée de se conformer, par exemple, au point de vue du plus grand nombre. S'en remettre à la majorité offre l'avantage d'une stratégie simple permettant d'affronter une situation de forte incertitude avec une plus grande confiance.

Mais l'adoption du point de vue dominant peut également répondre à une stratégie de strict ajustement social. En effet, si le non-conformisme est parfois célébré, s'écarter des normes ambiantes expose aux interrogations et aux moqueries, voire au rejet et à la marginalisation. Ainsi, le psychologue Solomon Asch a montré que les sujets d'une expérience préféraient suivre publiquement une réponse erronée mais unanime de leurs partenaires plutôt que risquer une éventuelle désapprobation sociale. Plus généralement, les manifestations d'adhésion d'une personne aux vues collectives et aux normes de comportement propres à un groupe s'avèrent une condition essentielle de son acceptation puis de son maintien au sein de ce groupe. Qu'elle soit directe ou plus subtile, la pression au conformisme exercée sur chacun des membres est néanmoins permanente.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Michel CHAMBON et Michaël DAMBRUN. CONFORMISME (psychologie) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 18/11/2016