CONFESSIONS D'UN MANGEUR D'OPIUM ANGLAIS, Thomas De QuinceyFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un bouleversement de l'esprit

Des questions demeurent : que doit à l'opiomanie la magie de cette prose ? Et quel est le véritable dessein des Confessions : De Quincey voulait-il essentiellement se justifier ? En matière d'opiomanie, visait-il la dissuasion ou la propagande ? Qui le dira ? Deux grands chapitres des Confessions d'un mangeur d'opium traitent de l'opiomanie : les « Plaisirs », puis les « Souffrances » de l'opium. Rares sont les lecteurs qui ne trouveront pas la première partie plus chaleureuse que la seconde. Il décrit ainsi sa première expérience : « Je l'absorbai ; et en une heure, juste ciel ! quelle révolution ! quelle résurrection de mon être intérieur surgissant du fond du gouffre ! quelle apocalypse de l'univers qui m'habitait ! La disparition de mes douleurs n'était plus qu'une bagatelle à mes yeux ; cet effet négatif se trouvait englouti dans l'immensité des effets positifs qui s'ouvraient devant moi, dans l'abîme de félicité divine ainsi soudainement révélé. » Cette exaltation pénètre l'esprit du lecteur, d'autant plus que les visions terrifiantes annoncées comme la plus grande des souffrances de l'opiomane sont escamotées à la fin du livre. Il faut rappeler que dans l'Angleterre du xixe siècle, l'opium du peuple n'était pas tant la religion que le laudanum.

Les Confessions d'un mangeur d'opium donnaient le départ à une riche tradition littéraire : à commencer par Baudelaire qui, dans Les Paradis artificiels (1860), accorde une place considérable au livre de De Quincey qu'il commente et réécrit à la fois. Le rapport de l'écrivain aux drogues (chez Michaux, Burroughs, entre autres) n'allait plus cesser de mettre en question la nature de l'inspiration littéraire.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur émérite de l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification


Autres références

«  CONFESSIONS D'UN MANGEUR D'OPIUM ANGLAIS, Thomas De Quincey  » est également traité dans :

HALLUCINOGÈNES, littérature

  • Écrit par 
  • Jacques JOUET
  •  • 1 054 mots
  •  • 1 média

« Je comparerai », dit Baudelaire dans Du vin et du haschisch (1851), « ces deux moyens artificiels, par lesquels l'homme exaspérant sa personnalité crée, pour ainsi dire, en lui une sorte de divinité. » Pour Baudelaire, à ce moment, la différence entre les deux substances est assez radicale : si le vin rend sociable, le haschisch isole celui qui en use. À peine dix ans plus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hallucinogenes-litterature/#i_28279

QUINCEY THOMAS DE (1785-1859)

  • Écrit par 
  • Diane de MARGERIE
  •  • 2 011 mots

Dans le chapitre « La hantise de la mort »  : […] L'enfance de Thomas De Quincey le destine à devenir un de ces artistes hantés par l'antérieur comme le furent Baudelaire et Proust. Il est né à Manchester d'un père tuberculeux obligé de plus en plus de s'éloigner des siens. Sa mère, autoritaire et remarquable, dut, seule, élever une famille de huit enfants. Thomas est le cinquième, chéri par trois sœurs aînées ; circonstance dont l'importance est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thomas-de-quincey/#i_28279

Pour citer l’article

Sylvère MONOD, « CONFESSIONS D'UN MANGEUR D'OPIUM ANGLAIS, Thomas De Quincey - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/confessions-d-un-mangeur-d-opium-anglais/