RÉACTION ARISTOCRATIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Nom qui désigne la réaction des privilégiés au cours du xviiie siècle contre l'ordre politique et social établi par Louis XIV. La réaction aristocratique comprend une réaction proprement nobiliaire, venue de ceux qu'on appelle des gentilshommes, une autre du clergé et, enfin, celle des parlementaires et de la noblesse de robe en général.

Chacun de ces groupes veut conserver ou rétablir ce qu'il considère comme des droits et privilèges attachés à sa naissance ou à sa fonction. La gentilhommerie écartée par le Roi-Soleil des responsabilités dans l'État, cherche à reprendre le pouvoir (polysynodie) et à rentabiliser ses terres puisque la loi de dérogeance lui interdit dans la plupart des cas une activité économique ; le clergé, lui aussi, veut jouer un rôle actif et surtout garder son indépendance (très entamée au xviie s.) à la fois institutionnelle et financière, en particulier le privilège exorbitant du don gratuit ; la robe, enfin, essentiellement les cours souveraines, s'estime elle aussi dépossédée par Louis XIV de ses prérogatives qu'elle cherche, non seulement à reprendre, mais à développer par des théories telles que celles de l'origine franque du parlement lui assurant une représentation nationale. Les trois groupes ont en commun un intérêt majeur : le maintien du plus exécré de leurs privilèges, l'exonération de l'impôt, et cette lutte les conduit à saper les fondements mêmes du trône qui les entraînera dans sa chute. Louis XV et Louis XVI luttent avec plus ou moins de succès contre ces privilégiés tout au long de leur règne, mais ils n'ont ni l'énergie ni l'habileté nécessaires pour en venir à bout, d'autant plus que la nation, abusée par les discours des parlementaires et les démonstrations des théoriciens, prend souvent le parti des privilégiés. La réaction aristocratique se traduit par un certain nombre d'accaparements.

Dans l'armée, la vénalité des grades permet aux roturiers d'occuper des charges : peu à peu, ils en sont éliminés. L'instruction du maréchal de Belle-Isle, en 1758, ordonne d'accorder la préférence aux nobles. La vénalité est supprimée dans l'infanterie en 1763 ; l'interdiction du recrutement des roturiers à l'École militaire en 1751, à l'École d'artillerie en 1761, aux écoles du génie en 1776, est liée à l'interdiction faite aux roturiers d'accéder à la garde de la maison du roi en 1758, au grade de sous-lieutenant en 1775. Pour entrer dans l'armée sans passer par le rang, il convient de justifier de quatre quartiers de noblesse en 1781 ; cette obligation de passer par le rang déplaît aux riches bourgeois. Dans la marine, la noblesse se réserve le Grand Corps, laissant aux roturiers les fonctions administratives. Dans l'Église, où le roi nomme les ecclésiastiques en vertu du Concordat, il n'y a plus un seul évêque roturier en 1789. Dans les parlements et les cours souveraines, malgré la vénalité, les roturiers sont écartés. Dans le Conseil du roi, la noblesse est présente ; sous Louis XVI, la plupart des intendants ont leur quatre quartiers de noblesse, les ministres (sauf Necker) sont des nobles d'épée. Prélats et nobles dominent dans les états provinciaux et les villes sont représentées par des anoblis. Le « règne de la vile bourgeoisie » est bien fini.

Pour augmenter ses ressources, la noblesse s'efforce de tirer un meilleur parti des droits seigneuriaux et des terres qu'elle possède. Les redevances sont exigées strictement, les droits tombés en désuétude sont remis en vigueur, les feudistes refont les terriers où sont consignés les droits et revenus du seigneur, ils arpentent soigneusement, toujours au profit du seigneur. Les progrès agricoles, d'après les physiocrates, sont entravés par la vaine pâture et l'existence de vastes communaux. Les droits d'usage imposent l'assolement, la jachère, l'absence de clôture. Ils s'étendent aux forêts, dispensatrices de ressources aux pauvres. Devant la pénurie de bois, on protège les forêts, propriétés des nobles et de l'Église ; le ministre Bertin s'attaque à la vaine pâture, autorise les enclosures pour favoriser les améliorations d'ordre agronomique. Il permet le partage des communaux, en accordant le tiers aux nobles [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur à l'université de Lille

Classification

Autres références

«  RÉACTION ARISTOCRATIQUE  » est également traité dans :

NOBLESSE

  • Écrit par 
  • Jean MEYER
  •  • 4 944 mots

Dans le chapitre « La première grande crise nobiliaire (XIIe-XIVe s.) »  : […] La cohérence de la domination incontestée de cette noblesse est, dès le xii e siècle, partout ébranlée par la renaissance urbaine et la montée des premières bourgeoisies, qui marquent la réapparition d'une puissance fondée sur l'argent. Dans le centre de l'Europe, l'autorité royale ou ducale avait d'ailleurs toujours imposé une certaine limitation à la puissance nobiliaire. Il en va désormais de […] Lire la suite

MAUPEOU RENÉ NICOLAS CHARLES AUGUSTIN DE (1714-1792)

  • Écrit par 
  • Louis TRENARD
  •  • 805 mots

Le magistrat René de Maupeou (1688-1775), premier président du parlement de Paris en 1743, est mêlé aux affrontements entre Louis XV et le parlement (1754-1756) ; éclipsé par Lamoignon, rappelé en 1763, chancelier de France en 1768, il laisse sa place à son fils René Nicolas, avec la protection de Choiseul. Esprit clairvoyant, Maupeou discerne quels dangers la fronde des parlements fait courir à l […] Lire la suite

Pour citer l’article

Louis TRENARD, « RÉACTION ARISTOCRATIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/reaction-aristocratique/