COMMERCE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le gain de l'échange

L'échange intervient si le gain, par rapport à une situation d'autarcie, est réciproque pour les deux partenaires. Il faut donc avoir un avantage à produire quelque chose (pour la Chine, des chemises par exemple) afin de l'échanger ensuite contre un autre produit (des avions Airbus) en provenance de l'étranger (France). « Le commerce permet alors aux individus et aux pays de se concentrer sur les biens qu'ils produisent le mieux » (Joseph Stiglitz, Principes d'économie moderne, 2000). Lorsqu'un pays possède une dextérité supérieure à tous les autres pour la production de tous les biens, il n'a que des avantages absolus, notion dégagée par Adam Smith en 1776 dans ses Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations. Mais un pays qui n'a aucun avantage absolu peut-il aussi participer au commerce international ? L'économiste anglais David Ricardo et son compatriote Robert Torrens ont établi, au début du xixe siècle, les bases scientifiques de cette interrogation. Pour pouvoir échanger, il suffit de disposer d'un avantage relatif ou comparatif concernant un bien. Un pays a intérêt à se spécialiser dans la production des biens et services pour laquelle il est relativement, et non pas absolument, plus efficace que les autres partenaires. Il en est de même pour un échange de services entre deux personnes. Un exemple anecdotique permet de bien cerner le principe de l'avantage comparatif : même si un avocat sait à la fois mieux taper à l'ordinateur et mieux plaider (détenant ainsi un avantage absolu dans les deux activités) que son secrétaire, c'est dans la plaidoirie qu'il excelle le plus ; mieux vaut alors qu'il se spécialise dans les plaidoiries et que son secrétaire tape et prépare les dossiers ; chacun y gagne alors pour la bonne marche du cabinet.

L'échange procure ainsi un gain réciproque, mais la répartition de ce gain entre les partenaires n'est pas prédéfinie. Au niveau international, la notion de gain est encore plus complexe. Car, même au sein d'un pays, le gain global est l'addit [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  COMMERCE  » est également traité dans :

AZTÈQUES (notions de base)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 3 524 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Organisation sociale des Mexica »  : […] La vie des anciens Mexicains est donc organisée à partir d’une structure sociale à la fois complexe et très hiérarchisée. Au sommet de la cité, sous l’autorité du tlatoani, l’« empereur », le pouvoir est partagé entre les prêtres et les guerriers. Les prêtres forment une caste assez fermée, qui se recrute principalement parmi les fils des dignitaires militaires, formés dans des écoles spécifiques, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/azteques-notions-de-base/#i_43532

FRANCE - (Le territoire et les hommes) - Espace et société

  • Écrit par 
  • Magali REGHEZZA
  •  • 13 927 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Un système productif national de plus en plus tourné vers les services »  : […] La part des services dans l’économie française a considérablement augmenté depuis les années 1970. Les activités relevant du tertiaire représentent aujourd’hui plus de trois quarts des emplois et n’ont cessé d’augmenter depuis 1975 alors que sur la même période, l’emploi industriel s’est réduit de moitié. La crise économique amorcée en 2008 a encore amplifié la tertiarisation de l'économie : entre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-le-territoire-et-les-hommes-espace-et-societe/#i_43532

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Louis MUCCHIELLI, « COMMERCE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/commerce/