COLCHIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'une des plantes les plus redoutables de la flore d'Europe. Toutes les parties du colchique (Colchicum autumnale L., liliacées) renferment, parmi une dizaine de substances toxiques à des degrés divers, un alcaloïde particulièrement dangereux, la colchicine, qui représente le principe actif médicinal. La dessiccation n'altère pas le poison. La colchicine isolée est toxique pour l'homme à la dose de 1,25 mg par kilogramme de poids. Son élimination est très lente. Les empoisonnements, rares à l'époque actuelle, frappent pourtant encore les jeunes enfants trompés par les capsules sèches qui rappellent la noix (cas mortels dans l'est de la France, vers 1960). L'ingestion entraîne de graves irritations internes avec spasmes douloureux, brûlures viscérales intenses, des désordres nerveux, délire et convulsions. La mort survient par paralysie vasomotrice et respiratoire. Il n'existe pas d'antidote spécifique ; le traitement est celui des intoxications par les alcaloïdes en général, avec une attention particulière accordée à la réhydratation. Trop dangereuse pour tenter même les empiristes amateurs de drogues héroïques, la plante restera longtemps exclue de la matière médicale. Les observations de Stoerck (xviiie s.) et les travaux modernes, très nombreux, ont fait du colchique, paralysant des terminaisons nerveuses sensitives, agissant à faible dose comme analgésique et anti-inflammatoire, le remède classique de la goutte aiguë, quand l'état des reins en permet l'usage (sous surveillance médicale étroite).

Colchique

Colchique

dessin

Le colchique : structure de la fleur, du fruit et du bulbe. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

La colchicine a une action remarquable sur la division cellulaire : elle en bloque le processus à la métaphase, quand les chromosomes se sont scindés en deux chromatides. Chez l'animal, la cellule meurt ou arrive à reprendre et à terminer sa division. Chez les végétaux, il se reconstitue un noyau porteur d'un nombre double de chromosomes. En traitant les plantes à la colchicine, on obtient des lignées polyploïdes souvent caractérisées par le gigantisme, ce dont la recherche agronomique sait tirer parti. La colchicine, inhibitrice de la mitose, a été expérimentée comme anticancéreuse, non sans résultats, en particulier dans les tumeurs ganglionnaires.

—  Pierre LIEUTAGHI

Écrit par :

Classification


Autres références

«  COLCHIQUE  » est également traité dans :

LILIALES

  • Écrit par 
  • André LAWALRÉE
  •  • 2 859 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Caractères botaniques des Liliales »  : […] Dans le système de H. Melchior et U. Hamann (1964) retenu dans cet exposé, l'ordre des Liliales comprend quelque 7 850 espèces de plantes, relevant de 465 genres et groupées en 17 familles, d'ailleurs très inégales puisque celle des Liliacées compte 220 genres et 3 500 espèces tandis que celle des Géosiridacées comporte un seul genre monospécifique. La grande majorité des Liliales sont des plantes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/liliales/#i_6821

Pour citer l’article

Pierre LIEUTAGHI, « COLCHIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/colchique/